Fougère trompe d'éléphant, Dryoptéris noir

Fougère trompe d'éléphant, Dryoptéris noir, Dryopteris atrata
Fougère trompe d'éléphant, Dryoptéris noir, Dryopteris atrata

Botanique

Nom latin  : Dryopteris atrata
Synonyme  : Dryopteris cycadina
Origine  : Asie
Période de floraison : pas de fleurs, fructication de mai à octobre
Couleur des fleurs  : plante sans fleur
Type de plante : fougère
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : semi-persistant
Hauteur : 40 à 70 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -28°C
Exposition  : mi-ombre à ombre
Type de sol : sol riche et humifère
Acidité du sol  : légèrement acide à neutre
Humidité du sol  : normal à frais
Utilisation : sous-bois, jardin d'ombre
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : division

Dryopteris atrata ou Dryopteris cycadina, la fougère trompe d’éléphant ou dryoptéris noir est une plante sans fleur appartenant à la famille des Dryoptéridacées. Le dryoptéris noir est originaire d’Asie, il croît dans les milieux forestiers de montagnes, en Chine, en Inde et au Japon. Cette large distribution fait de cette fougère l’une des plus faciles à utiliser au jardin. Sa silhouette rappelle celle du cycas, d’où son autre qualificatif cycadina. C’est une remarquable fougère ornementale pour les jardins d’ombre, les sous-bois, mais aussi pour habiller le bas d’un mur très ombragé.

Description de la fougère trompe d’éléphant

Dryopteris atrata forme un court rhizome qui porte une grande rosette de longues frondes semi-érigées. La plante se développe sur 60 cm de large, et autant en hauteur. La fronde émerge du centre de la plante et se déroule lentement au printemps. Les jeunes frondes enroulées sont particulièrement esthétiques : épaisses et soulignées de noir, elles font penser à une trompe d’éléphant. Les frondes une fois déroulées montrent un limbe découpé en 20 à 30 pinnules, d’un beau vert sombre, légèrement dentelés. Cette feuille découpée très régulièrement est singulièrement mise en valeur par le pétiole et la nervure centrale noirs, recouverts d’écailles sombres. Les frondes qui s’allongent et s’assouplissent deviennent courbes, accentuant la ressemblance de cette fougère avec le cycas.

La fougère trompe d’éléphant ne fleurit pas, mais produit des spores en petits amas sous les feuilles pour sa reproduction sexuée.

Culture de Dryotperis atrata

La fougère trompe d’éléphant est de culture aisée. C’est une plante qui croît à l’ombre, mais qui supportera sans soucis quelques heures d’ensoleillement le matin. Elle préfère un sol riche et humifère, à tendance neutre. Elle sera installée au printemps ou en automne, avec un bon apport de compost, et un petit tapis de feuille en paillage. Des arrosages à l’eau non calcaire sont préconisés durant la première saison de croissance. Une fois reprise, elle n’en aura plus besoin.

Si le dryoptéris noir est acheté en pot et planté au milieu de l’été, ou en fin de printemps, les arrosages durant l’été devront être très réguliers.

C’est la plante idéale pour le bas d’un mur mal exposé ou un massif d’ombre. Elle s’associe avec un Brunnera argentée comme Brunnera macrophylla ‘Silver Heart’ ou un Podophyllum ‘Spotty Dotty’. Ce dryoptéris noir tranche admirablement sur le feuillage rouge sombre d’une Ligularia dentata ‘Othello’. Il s’associe joliment avec une petite plante de remplissage, tel que le Meconopsis cambrica, aux lumineuses fleurs jaunes.

Les feuilles de la fougère trompe d’éléphant sont capables de rester vertes durant l’hiver mais la plante sera nettoyée de ses vieilles frondes au moment de l’apparition des nouvelles crosses chaque printemps.

Multiplication de Dryopteris atata

Les plantes bien établies peuvent éventuellement produire quelques rejets. Le semis est mal aisé, mais quelques individus spontanés peuvent apparaitre.

Plante sans fleur, la fougère produit des spores sous ses frondes. Ceux-ci tombent sur le sol humide. En germant, ils produisent un prothalle : une masse de cellules, comme une feuille, plaquée au sol. Sous ce prothalle, contre le sol, sont produites les cellules sexuelles : les cellules mâles nagent dans l’eau jusqu’à un œuf. A partir de là, peut se développer un nouveau droyptéris.

Espèces et variétés de Dryopteris

200 espèces environ
Dryopteris erythrosora, aux jeunes feuilles rougeâtres
Dryopteris lepidopoda, très ornementale avec ses jeunes pousses orangées
Dryopteris filix-mas, la fougère mâle, une fougère de nos forêts
Dryopteris affinis, le drypotéris écailleux
Dryopteris robertiana, le polypode du calcaire

Nos fiches
Lire aussi
L'ail éléphant L'ail éléphant

Bernard BUREAU des pépinières Hortiflor nous présente l'ail éléphant L'ail éléphant est une très vieille variété d'ail, qu'on appelle également ail d'Orient. Bien qu'apparenté au poireau perpétuel,...

Un gendarme en rouge et noir Un gendarme en rouge et noir

On aperçoit souvent sa silhouette ovale se déplaçant avec d'autres congénères en petits groupes dans nos jardins. Très commun, le gendarme, au corps masqué de rouge et de noir, est un auxiliaire du...

Le savon noir au jardin Le savon noir au jardin

Utilisé depuis des millénaires, le savon noir est plus connu comme produit d'entretien à la maison ou comme soin corporel que comme produit de traitement au jardin et pourtant ! Qu'est-ce que le...

Un jardin en noir et blanc Un jardin en noir et blanc

Toujours sobre et élégant, le jardin en noir et blanc assure un effet graphique hors pairs. Mélangées, ces deux teintes très contrastées font toujours leur effet ! Intérêt du jardin en noir et...

Vos commentairesAjouter un commentaire