Photographier les insectes

Chenille de machaon photographiée dans le jardin sur l'aneth ou la femelle avait pondu ses oeufs
Chenille de machaon photographiée dans le jardin sur l'aneth ou la femelle avait pondu ses oeufs

Le printemps est arrivé, la nature commence à s’activer. Les abeilles bourdonnent autour des fleurs, pourquoi ne pas les photographier ?

Mouche à damier sur une fleur de souci Membracide bison, quasiment invible dans la végétation, utilisation du trépied pour la stabilité. Chenille de machaon photographiée dans le jardin sur l'aneth ou la femelle avait pondu ses oeufs. Lucane, photographié dans la forêt, position à plat ventre, à hauteur de l'animal

Quel matériel choisir ?

Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Les APN compact ou les bridges ont un mode « macro » incorporé qui permet une mise au point de quelques centimètres. Pour les réflexs il est préférable d’avoir un objectif macro ou de s’équiper d’un accessoire permettant de réduire la distance de mise au point :

Les bonnettes macro, filtres s’adaptant sur les objectifs, leur puissance de grossissement est exprimée en dioptrie.

Les tubes ou bagues  allonge, tube creux s’intercalant entre le boitier et l’objectif et réduisant la distance de mise au point.

La bague d’inversion permettant l’inversion de l’objectif et d’avoir des rapports de grossissement très important.

Le trépied ou le monopode permettent la stabilité du matériel car le manque de lumière est souvent présent pour photographier les petits insectes. Cependant leur emploi n’est pas toujours aisé à cause de la végétation ou du gabarit (trépied).

Le monde des insectes

Avant de les photographier, il est préférable de les connaitre un peu. De nombreux livres et guides sont disponibles et un peu de lecture ne fait pas de mal. Si on prend l’exemple des papillons, la chenille se nourrie uniquement sur une  plante, le papillon butine et pond sur une autre. A chaque espèce sa spécificité, ce qui explique pourquoi ils sont si difficiles à trouver. Les insectes sont les animaux les plus nombreux sur terre, d’où les difficultés à trouver leur noms. Ne pas oublier de tenir compte des saisons car en fonction des mois, on ne voit pas toujours les mêmes.

Photo, les pièges à éviter

L’ennemi principal du photographe est le flou. Il peut-être provoqué par différentes raisons :

La mise au point

Plus on se rapproche du sujet, plus la zone de netteté diminue et la moindre erreur provoque un flou non artistique. Tout d’abord la mise au point effectuée par l’appareil photo est souvent délicate car il a du mal à trouver ses repères. Elle peut se faire devant ou derrière la bestiole, dans ces cas-là ne pas hésiter  à faire la mise au point en manuel (toujours sur l’œil) ou à fermer un peu plus le diaphragme.

Le flou de bougé

Qui dit fermer le diaphragme dit moins de lumière et vitesse plus lente donc flou de bougé. La règle pour l’éviter est d’utiliser une vitesse d’obturation égale où supérieure à la focale en tenant compte du facteur de correction. Exemple chez Canon pour un 100mm et un facteur crop (il est dû au fait que les APS-C ont un capteur plus petit que les Full Frame qui est de 24x36mm)  de 1,6 : vitesse  1/200ème pour un objectif de 160 mm. On peut compenser par l’utilisation d’un trépied ou d’un monopode mais leur utilisation n’est pas toujours très évidente. Pour les « ras du sol » le bean bag  (petit sac rempli de haricot) peut être une bonne solution.

Le vent

Le moindre décalage de mise au point et c’est le flou. On peut toujours compenser avec la mise au point en continue et une vitesse élevée mais ce n’est pas toujours efficace.

Le manque de lumière

Près du sol la lumière diminue et la vitesse d’obturation aussi. L’emploi du flash est délicat car la distance est très proche et on risque l’effet fromage blanc. Il faut utiliser soit un flash annulaire (spécifique à la macro) soit un ou plusieurs flashs cobra décalés sur le côté. On peut aussi utiliser un réflecteur argent, doré, blanc ou simplement un couvercle en polystyrène.

Les insectes

On oublie trop souvent que ce sont des animaux craintifs. Le bruit, les ombres ou un geste brusque peut les faire fuir. Il faut y penser lors des prises de vue.

Maintenant vous voilà armé pour immortaliser les habitants de votre jardin ou du champ à côté. Maintenant pour leur petit nom, à vous de jouer !

Lire aussi
Des insectes au menu Des insectes au menu

Çà craque sous la dent, çà croustille, c'est surprenant, et selon les dires des autorités européennes nous allons tous nous y mettre un jour : l'entomophagie est notre avenir ! Courage... Une...

Repousser naturellement les insectes Repousser naturellement les insectes

Pique-nique, promenade ou barbecue, dès la belle saison la tentation est grande de passer quelques moments de détente en plein air. Des insectes de toutes sortes s'invitent parfois, rendant les...

Photographier dans une serre à papillons Photographier dans une serre à papillons

Pris d’une envie bucolique de photographier les papillons ailleurs que sur les parebrises ?  Il y a bien sur le jardin mais si la patience n’est pas votre fort, il reste la serre à...

Les orties, utiles au jardin et aux insectes Les orties, utiles au jardin et aux insectes

Trop souvent arrachées car considérées comme des plantes indésirables, les orties ont pourtant de nombreuses qualités et se révèlent utiles dans bien des domaines. L'ortie, très commune mais...

Vos commentairesAjouter un commentaire