Mauve du Cap, Mauve africaine, Anisodonte du Cap

Mauve du Cap, Mauve africaine, Anisodonte du Cap, Anisodontea capensis

Botanique

N. scientifique Anisodontea capensis
Synonymes Malvastrum capensis, Malva capensis
Famille Malvacées
Origine Afrique du sud
Floraison de mai à novembre
Fleurs rose, blanche
Typeplante méditerranéenne
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteur1m à 1 m 80

Planter et cultiver

Rusticité peu rustique, -8°C
Exposition ensoleillée à ombre partielle
Solriche et drainant
Acidité acide à basique
Humidité normal à sec
Utilisationmassif, conteneur
Plantationprintemps
Multiplicationsemis
Tailleprintemps, taille de moitié pour conserver une forme compacte
Mauve du Cap, Mauve africaine, Anisodonte du Cap, Anisodontea capensis

L’anisodonte du cap, Anisodontea capensis est une plante arbustive de la famille des Malvacées. Proche des mauves et des hibiscus, l’anisodonte du cap pourrait facilement être confondue avec une lavatère arbustive. La mauve du Cap est originaire d’Afrique du sud. Facile de culture, elle est plutôt réservée aux climats méditerranéens ou à la culture en conteneur. De nombreux cultivars sont disponibles dans toutes les nuances de rose.

Description de l’anisodonte du Cap

Anisodontea capensis est une plante vivace arbustive s’élevant de 1 m à 1 m 80 pour un étalement de 0,80 m. Elle se présente sous forme de multiples tiges ramifiées, de port vertical, qui partent d’une souche ligneuse. Ses feuilles persistantes sont alternes, trilobées et dentelées, de quelques cm à 10 cm de large. Les feuilles basales sont grandes tandis que sur les tiges, les feuilles sont de plus en plus petites en s’élevant sur la tige. Le limbe vert foncé est peu velu, le pétiole, long de 4 cm est stipulé : entouré de deux petites dents pointues caractéristiques.

Les fleurs apparaissent à partir d’avril jusqu’en automne. Solitaires ou par deux, elles sont disposées à l’aisselle des feuilles sur les branches de l’année. Cet arbuste est particulièrement florifère. Les fleurs comportent un épicalice à 3 segments, un calice à demi-fusionnée, à 5 sépales, et une large corolle faite de 5 pétales bien séparés dans les divers tons de rose. Les pétales en forme de spatule arrondie sont étroits à la base, se chevauchant ensuite, ils dessinent alors un fascinant richelieu sur fond de sépale vert. Les étamines sont regroupées en colonne staminale de 1 cm, puis se libèrent en multiples filets blancs aux anthères noires, le pistil est pourpre. Chaque fleur fécondée par les insectes produit une douzaine de graines légères disposées en cercle.

Culture de la mauve du cap

Anisodonte capensis est facile de culture, de croissance rapide, mais de rusticité limitée. On estime que c’est plutôt une plante méditerranéenne : elle est détruite par le gel, mais également si l’humidité hivernale est trop importante. Jusqu’à -8°C, elle est susceptibles de résister mais n’a plus rien de persistant, car toute les tiges aériennes sont tuées par le gel. Elle rejette cependant rapidement au printemps pour former un beau buisson dense et plus bas, très florifère. En pleine terre et dans les régions où sa rusticité pose problème, un voile d’hivernage et un paillage hivernal est nécessaire.

La mauve du cap est installée au printemps dans un sol humifère et drainant. Un apport de compost et de terreau enrichit la terre. Dans les sols trop compacts, du sable grossier accentue le drainage. L’anisodonte du cap nécessite quelques arrosages durant les 2 années qui suivent la plantation, ensuite elle devient résistante à la sécheresse.

L’exposition doit être d’ensoleillée à mi-ombre, une situation relativement protégée des vents violents qui ont tendance à rompre les hautes tiges à leur base.

L’anisodonte du cap peut se cultiver également en conteneur, ce qui permet de profiter de sa magnifique floraison partout en France. Elle est installée dans un mélange de terre franche, de terreau et de sable. Elle aura besoin d’apports réguliers d’engrais durant la croissance. Les arrosages sont importants et réguliers, mais le substrat doit presque sécher entre chaque apport d’eau. La mauve du cap est ainsi rentrée à l’abri du gel en automne, dans une pièce lumineuse et fraiche, entre 5 et 15°C.

L’anisodonte du cap gagne à être taillée de moitié tous les printemps.

Multiplication de l’anisodonte du cap

La multiplication se fait par semis, facile au printemps, ou par bouturage de tête.

Espèces et variétés de Anisodontea

19 espèces
Anisodontea julii, au feuillage très duveteux
Anisodontea scabrosa, fleurs pâles et rondes
Anisodontea capensis ’African Queen’ ou ‘Cape Africain Queen’
Anisodontea capensis ‘Very Cranberry', cultivar très foncé presque rouge
Anisodontea capensis ‘El rayo’, fleurs roses rayées de rouge

Lire aussi
Mauve de Mauritanie, Grande mauve, Mauve des bois, Mauve sylvestre, Malva sylvestris var Mauritiana Mauve de Mauritanie, Grande mauve, Mauve des bois, Mauve sylvestre, Malva sylvestris var Mauritiana

Malva sylvestris, la mauve des bois est une plante herbacée appartenant à la famille des Malvacées. La sous espèce nommée scientifiquement Malva sylvestris subs. mauritiana, appelée couramment...

Guimauve, Mauve officinale, Althaea officinalis Guimauve, Mauve officinale, Althaea officinalis

Althaea officinalis, appelée couramment guimauve ou mauve officinale, est une plante vivace de la famille des Malvacées. La guimauve est une plante originaire d'Europe et d'Asie occidentale, et se...

Mauve annuelle, Lavatère d'un trimestre, Lavatera trimestris Mauve annuelle, Lavatère d'un trimestre, Lavatera trimestris

Les mauves annuelles (Lavatera trimestris), appelées également lavatères, font parties de la grande famille des malvacées (mauves en arbre, althéas, hibiscus). La ressemblance de leurs fleurs en...

Althéa, Ketmie, Mauve en arbre, Hibiscus syriacus Althéa, Ketmie, Mauve en arbre, Hibiscus syriacus

L'althéa est un hibiscus aux fleurs à l'allure tropicale qui se plaît sous nos latitudes plus fraiches et enchante nos étés.

Vos commentairesAjouter un commentaire