Campylotropis macrocarpa

Campylotropis macrocarpa

Botanique

Nom latin  : Campylotropis macrocarpa
Synonyme  : Lespedeza macrocarpa
Origine  : Chine
Période de floraison : août jusqu’en automne
Couleur des fleurs  : violet
Type de plante : plante arbustive
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 1,20 m

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -24°C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : tolérant
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : massif, talus, en isolé
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis
Taille : rajeunissement par une taille de printemps

Campylotropis macrocarpa est un arbuste de la famille des Fabacées. Originaire d’Asie tempérée, il croit dans les milieux ouverts, en montagne ou en plaine. Ce genre est proche du genre Lespedeza.

Campylotropis macrocarpa est une très belle plante ornementale, malheureusement encore peu proposée à la culture. C’est une plante rare, car récemment introduit en horticulture, qui a déjà obtenu un prix de nouvelle introduction à Courson.

Description de Campylotropis macrocarpa

Ce petit arbuste se développe de 1 m à 1,50 en tous sens. Son tronc unique se ramifie bas et ses branches s’étoffent rapidement. Elles montrent des feuilles alternes composées de 3 folioles ovales d’un beau vert frais.

Typique des Fabacées (anciennement appelées Papilionacées), les fleurs sont de symétrie bilatérales, composées de 5 pétales, dont un grand appelé étendard, deux autres forment les ailes et protègent les pièces sexuelles de la fleur, et enfin les deux derniers sont peu visibles en-dessous. Chez Campylotropis macrocarpa, l’étendard et les ailes sont de couleur pourpre violacée, éclairci de blanc à la base. Le calice ceinture cette fleur de rose foncé. Ces fleurs tricolores sont disposées en grappes lâches, et réparties à l’aisselle des feuilles des tiges de l’année.

Au début de la floraison, les jeunes branches se dressent en tous sens, puis au fur et à mesure qu’elles s’allongent, elles ploient sous le poids des fleurs : tout l’arbuste prend alors un port en cascade et disparait sous ses fleurs délicates.

Les fleurs éclosent au milieu de l’été et la floraison perdurent jusqu’en automne. Elles produisent des gousses plates contenant de petits Haricots d’environ 5 mm.
Campylotropis macrocarpa étant caduc, son feuillage prend une belle couleur dorée avant de tomber.

Culture de Campylotropis Macrocarpa

Campylotropis macrocarpa est un arbuste parfaitement rustique capable de résister à des températures de -24°C. Assez tolérant pour l’acidité et le type de sol, il est implanté de préférence dans un sol bien drainé, dans une situation ensoleillée. En effet, Campylotropis macrocarpa craint l’humidité hivernale. Il est donc idéalement planté sur le haut d’une pente, ce qui lui offre un drainage naturel. Planté de préférence de novembre à mars, on peut aussi augmenter le drainage autour des racines avec un lit de gravier grossier en profondeur dans le sol, au fond de la jauge de plantation. Il résiste bien à la sécheresse, une fois bien enraciné, mais la reprise à la plantation est assurée par des arrosages réguliers pendant l’été la première année.

Campylotropis macrocarpa supporte des sols arides et pauvres. En effet en tant que Fabacées, il est capable d’utiliser de l’azote de l’air grâce à des bactéries symbiotiques (rhizobium) qui se développent au sein de nodules sur les racines.

Taille

Les branches fines de Campylotropis macrocarpa peut-être taillées chaque printemps juste avant la reprise de la végétation. La taille permet de rajeunir le buisson, et de favoriser la floraison qui se développe sur les branches de l’année. Ainsi l’arbuste garde aussi un port moins échevelé.

Propagation

Les graines de Campylotropis macrocarpa germent facilement en 2 à 6 semaines, à 15 °C. Il semblerait qu’une stratification à froid lève la dormance de la graine. Les graines sont donc semées en châssis froid où elles subiront le froid hivernal, et pourront germer au printemps.

Espèces et variétés de Campylotropis

Environ une quarantaine d’espèces dans ce genre

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire