Légumineuses, Fabacées, Papilionacées / Fabaceae

Mimosa des quatre saisons, Acacia retinodes

La famille des Fabacées, plus traditionnellement appelée légumineuses ou papilionacées, représente une très vaste famille comprenant  des arbres, les plantes herbacées annuelles ou vivaces, des lianes et même des plantes aquatiques. Bien représentées en France, elles sont présentes en plaine , en forêt, jusqu’en haute montagne et dans les cultures... Les Fabacées revêtent une  grande importance dans la vie humaine, car elles sont une source alimentaire de premier ordre, cultivées depuis la préhistoire. Beaucoup de plantes ornementales s’inscrivent également dans cette famille.

Les plantes populaires : Le haricot, le lupin, le pois, la lentille, l'arachide, la luzerne, le trèfle, le soja, la cacahuète

Les Fabacées sont des plantes dicotylédones (2 cotylédons lors de la germination).  On estime que la famille proche  qui leur est le plus apparentée  (du point de vue de l’évolution des espèces) est celle des Rosacées,  une autre grande famille qui alimente l’homme. Très cosmopolites, les Fabacées sont distribuées partout dans le monde sauf dans les climats arctiques. Cette large extension et leur évolution leur ont permis de se diversifier grandement.

Les caractères  généraux des Fabacées

Cette large famille qui comprend près de 20000 espèces  abonde d’exceptions concernant les caractères généraux, ce qui la rend riche et intéressante et en même temps difficile à définir.

Les feuilles sont généralement alternes,  pennées  avec des stipules; Ex d’exceptions, il y a des phyllodes, des feuilles simples, ou des feuilles simples sur les plantes juvéniles et composées sur les plantes adultes, des stipules épineuses..

Le nombre de folioles des feuilles pennées varie beaucoup d’une espèce à l’autre et peut  le plus souvent être un caractère distinctif entre les espèces.

Nombre d’espèces de Fabacées ont des folioles et feuilles articulées qui changent de position selon les conditions climatiques. L’exemple le plus fascinant est celui des  mouvements rapides chez Mimosa pudica : ses feuilles se replient  immédiatement au moindre contact.

Les inflorescences sont le plus souvent des racèmes ou des grappes plus ou moins denses (très denses chez mimosa, plus lâches chez le dolique).  Les fleurs de Fabacées portent 5 pétales, plus ou moins soudés entre eux. Les étamines sont nombreuses, 10 ou plus, soudées ou libres. Le carpelle et le stigmate sont uniques, l’ovaire est supère. Les caractéristiques morphologiques  de la fleur permettent de diviser les Fabacées en 2 groupes :

  • celles  aux fleurs  régulières unisexuées ou bisexuées,  chez les Mimosacées (ex: mimosa)
  • celles aux fleurs irrégulières et bisexuées  chez les Papilionacées (ex pois de senteur) et Caesalpiniacées (ex Cassia et  Arbre de Judée)

Les fruits sont des gousses à une loge  (parfois divisés en 2 segments) pouvant être resserrée entre les graines. Elles peuvent être indéhiscentes comme chez la cacahuète ou explosives comme chez le lupin, charnues ou sèches, aplaties ou cylindriques, ailées, colorées ou vertes. Elles contiennent souvent plusieurs grosses graines (pois,  haricots) comportant une enveloppe coriace.

La Classification des Fabacées

Les Fabacées   regroupent 19500 espèces  réparties en 765 genres.

les analyses génétiques éclairant d’une nouvelle lumière les ascendances et parentés des plantes (phylogénie), les Fabacées sont  actuellement très scientifiquement classées en 6 nouvelles sous-familles : Cercidoideae, Detarioideae, Duparquetioideae, Dialioideae, Caesalpinioideae, Faboideae.  Mais du point de vue « visuel », qui est celui du jardinier et du naturaliste observateur, l’ancienne   classification en trois grandes sous-familles est toujours utilisée:

  • sous famille des Mimosaceae / Mimosacées
  • sous-familles des Caesalpinioideae / Caesalpiniacées
  • sous-famille des Papilionaceae / Papilionacées

Dans la classification classique (1981), les Caelsalpiniacées et les Mimosacées étaient encore considérées comme des familles séparées.

Les mimosacées

Les Mimosaceae ont des fleurs régulières à 5 pétales égaux, plus ou moins soudés et généralement petits.  Les feuilles sont souvent bipennées. Cette sous-famille ou famille comprend surtout des arbres ou des arbustes, le plus souvent tropicaux. Les Mimosacées regroupent environ 56 genres et entre 500 et 3000 espèces. Rien que le genre Mimosa atteint les 500 espèces.

Ils sont divisés en 5 tribus :

  • Acacieae : ex  Acacia
  • Ingeae :   ex Albizia
  • Mimoseae : ex Mimosa
  • Mimozygantheae : ex Mimozyganthus
  • Parkieae : ex  Parkia

Les Caelsapiniacées

les Caelsapiniaceae regroupent 2500 à 3000 espèces, réparties  en 180 genres environ. Ce sont surtout des arbres ou des arbustes tropicaux ou subtropicaux, sauf Cercis, Gleditsia et Gymnocladus  qui sont cultivés en climat tempéré.  Ils ont une corolle irrégulière : parfois presque régulière comme chez les Cassia ou au contraire clairement zygomorphe, presque une papilionacée, comme chez l’arbre de Judée (Cercis siliquastrum). Il y a 10 étamines  parfois très longues et proéminentes ou moins, car certaines sont  réduites) ; elles sont libres.

4 tribus  de Caelsapiniacées :

  • Caesalpinieae : ex Caesalpinia, aux  sépales libres et pétales bien différenciés
  • Cassieae : ex Cassia, Senna, aux pétales bien différenciés et fleurs presque régulières
  • Cercideae : ex Cercis (l’arbre de  Judée)  Gleditsia (le févier)
  • Detarieae : ex Amherstia, une essence d’arbre  rare et tropical, mais cultivée pour ses extraordinaires inflorescences. Ses fleurs sont  très zygomorphes, il est appelé arbre à orchidées.

Les Papilionacées

Les papilionacées représentent la majorité des Fabacées que l’on connaît, et c’est pourquoi l’appellation de cette sous-famille est parfois utilisée pour les Fabacées en général. Les papilionacées représentent plus de 10 000 espèces réparties en 400 ou 500 genres. Bon nombre de ces Papilionacées sont cultivées, hybridées, sélectionnées depuis si longtemps qu’elles existent sous forme d‘une multitude de cultivars et variétés, sans que l’on connaisse vraiment leur parente sauvage.

Les  pétales des papilionacées sont  disposés en forme de papillon : le pétale dorsal est dressé  c’est l’étendard ; les étales latéraux sont les ailes ; et les 2 pétales inférieurs soudés forment la carène. Les étamines sont souvent protégées par la carène. Ces fleurs sont pollinisées par les insectes butineurs.

La sous-famille des papilionacées peut être divisée en une trentaine de tribus, un peu trop pour conserver leur caractère clairement en tête et donc les différencier au pied levé.

Parmi les genres connus, il y a :

  • Phaseolus, les haricots verts et blancs
  • Vicia ,sortes de pois bien représentés dans notre flore nationale  et fève
  • Dolichos ou Lablab, les doliques, ornementaux ou  parfois consommés
  • Trifolium,  les trèfles, utile en fourrage et engrais vert
  • Pisum , comme Pisum sativum ,  le petit pois de nos assiettes
  • Wisteria, les glycines
  • Laburnum et Robinia,  des arbres sauvages et/ou ornementaux
  • Arachis qui donne la cacahuète
  • Ulex, les ajoncs de nos côtes
  • Lupinus, les lupins
  • Lathyrus, les gesses  et le pois de senteur
  • Cytisus, les genets

Un caractère typique des Fabacées, les  nodosités

L’azote est un élément  indispensable à la fabrication de la matière vivante. Or pour les plantes, dans un milieu, il peut être rapidement  un facteur limitant. Lorsqu’on parle de terre riche ou pauvre, c’est le taux d’azote assimilable dans le sol qui est pris en compte. Les plantes l’assimilent le plus souvent sous forme de nitrites et nitrates.

Seuls quelques êtres vivants sont capables de métaboliser le diazote  atmosphérique: des bactéries et des cyanobactéries, qui vivent  dans le sol.

Les Fabacées ont conçu une stratégie pour s’émanciper plus ou moins du facteur limitant azote en s’associant  par relation symbiotique à des  bactéries  nitrifiantes, les Rhizobium,  au sein même de leurs tissus, mais limité à de petites zones: les nodules symbiotiques ou nodosités. Ces nodosités  (excroissance arrondie) se retrouvent dispersées sur les racines, où parfois sur les parties aériennes. L’échange entre le rhizobium et la Fabacée est gagnant/gagnant. Les rhizobiums absorbent le N2 de l’air et le transforment en  molécules azotées assimilables par la plante. En échange, la plante donne aux bactéries  la protection de ses tissus et des  substances carbonées qu’elle produit grâce à la photosynthèse.

Les Fabacées ont  acquis un avantage majeur  par rapport à beaucoup d’autres plantes à fleurs, car ils sont  donc capables de capter et d’utiliser le diazote  présent  dans l’air et de l’ absorber dans leur métabolisme.   Cela explique sans doute  en partie leur vaste répartition et leur multitude. Ils sont capables de croître dans toute sorte de milieux, limités seulement par les températures arctiques.  De même,  souvent ce seront des espèces pionnières, importantes pour l’évolution du milieu : elles s’ensemencent dans un sol pauvre et caillouteux, enrichissent le milieu en azote (une partie de l’azote assimilable est rejeté dans la terre, qui s’enrichit peu à peu, permettant ainsi à d’autres espèces de s’installer.

Pour cette  raison  aussi, les Fabacées herbacées sont d’excellents engrais verts.

Utilisation des Fabacées

Les Fabacées sont la deuxième famille plus importante  d’intérêt alimentaire après les Poacées (céréales), notamment avec ses légumes verts (pois , haricots verts)  riches en fer, et ses légumes secs, pauvres en vitamines, mais riches en protéines végétales. D’ailleurs, céréales et légumineuses sont particulièrement complémentaires, car  un plat mélangeant  les 2 permet d’obtenir un apport de  presque tous les acides aminés indispensables.

La Fabacée  la plus cultivée  dans le monde est  bien sûr le soja, et les mieux appréciés de nos potagers sont les haricots vers les et les petits pois. Cependant, grâce aux forums et échanges internet, la diversité de ce que l’on peut manger et  cultiver ne cesse de croître (ex Caragana).  Avec  quelques précautions cependant, car souvent la graine sèche  de légumineuse  doit subir quelques traitements  ( trempage, épluchage, cuisson… ) pour être débarrassée d’une certaine toxicité à moins d’avoir été très longuement sélectionnée.

Dans le jardin ornemental, les Fabacées ne sont pas en reste : les Sophora pleureurs  et Laburrnum sont de petits arbres très décoratifs alors qu’Erithrines, Lespedeza et Campylotropis sont des arbustes peu courants qui sortent des sentiers battus. Plus délicats,  des Anthillis ou des Oxytropis sont de précieuses plantes de rocaille de collection. Les glycines, les lupins ou les pois de senteur sont incontournables. Chaque année, de nouvelles variétés ornementales voient le jour.

Les Fabacées sont également  une source d’huile, de l’engrais vert,  du fourrage,  certaines espèces produisent du bois ou  de la teinture naturelle...

Nos fiches de culture

Acacia

Albizia

Anthyllis

Apios

Argyrocytisus

Baptisia

Calliandra

Campylotropis

Caragana

Cassia

Cercis

Cicer

Clianthus

Coronilla

Cytisus

Dorycnium

Erythrina

Genista

Gleditsia

Glycine

Glycyrrhiza

Hardenbergia

Indigofera

Laburnum

Lathyrus

Lens

Lespedeza

Lotus

Lupinus

Millettia

Mimosa

Phaseolus

Pisum

Robinia

Sesbania

Sophora

Trifolium

Ulex

Vicia

Wisteria

Lire aussi
Des légumineuses à la rescousse du sol Des légumineuses à la rescousse du sol

Que ce soit au potager, au jardin d'ornement ou même au verger, le semis de légumineuses apporte un plus au sol. Allégé, fertilisé et protégé celui-ci restituera le meilleur de lui-même à vos...

Améliorer le sol grâce aux légumineuses Améliorer le sol grâce aux légumineuses

Certaines plantes, dont les légumineuses, ont pour intérêt d'améliorer le sol de manière significative. Idéales en préparation du terrain avant une plantation ou un semis, elles peuvent aussi...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...