Mélanpodium

Mélanpodium, Melanpodium paludosum
Mélanpodium, Melanpodium paludosum

Botanique

Nom latin  : Melanpodium paludosum
Synonyme  : Melampodium divaricatum
Origine  : Amérique centrale
Période de floraison : de juin aux gelées
Couleur des fleurs  : jaune
Type de plante : fleur
Type de végétation : annuelle
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 60 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : gélive
Exposition  : soleil
Type de sol : riche
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : normal
Utilisation : massif, pot, jardinière
Plantation, rempotage : mai
Méthode de multiplication : semis, division de la touffe
Maladies et ravageurs : oïdium

Le mélanpodium fait partie des plantes estivales les plus florifères. Etrange qu'on ne le croise pas plus souvent dans les jardins !

Son feuillage est luxuriant. Composé de feuilles caduques, de couleur vert clair et de forme ovale-rhombique (avec de jeunes feuilles presque lancéolées), il forme un large coussin végétal d'un cinquantaine de centimètres de haut. Du mois de juin, et jusqu'en octobre, il se couvre de petites fleurs ressemblant à des marguerites jaunes au cœur orangé, juchées sur de longs pétioles.

Vous aurez donc le temps de profiter de cette intense floraison lumineuse ! Et vous ne serez pas les seuls : les fleurs de Melanpodium paludosum sont également des hôtes de choix pour les abeilles et les papillons.

Quelle utilisation pour le mélanpodium ?

Melanpodium paludosum est une plante parfaite pour fleurir les massifs et les bordures. Plantée en groupe, l'espèce type, qui a tendance à retomber du fait de ses grandes tiges, arrive malgré tout à garder une bonne tenue. Cette faiblesse a été toutefois corrigée par les horticulteurs et, aujourd'hui vous trouverez des formats plus petits et compacts, comme les cultivars 'Derby', haut de 20 cm, ou 'Golden Globe', aux larges feuilles, pour remplir les jardinières ou les potées.

Astuce : Melanpodium paludosum embellit sans effort un coin disgracieux du jardin.

De quels soins a besoin le mélanpodium pour fleurir ?

Melanpodium paludosum est peu exigeant et facile à cultiver : il s'installe sur un sol plutôt riche et au soleil ou sous une ombre légère. Une terre fraiche lui convient mais il supporte très bien la sècheresse et la chaleur.

Bonus : Melanpodium paludosum n’a pas besoin de taille, même de nettoyage. Au fil des mois, le pied garde toute sa splendeur, les nouvelles et abondantes fleurs masquant celles qui ont perdues leur éclat.

Quand semer le mélanpodium ?

Les graines de Melanpodium paludosum se sèment dès la fin de l'hiver : au chaud de février à mars, et en place au mois d'avril. Les semences n'ont aucune peine à lever. Vous vous en apercevrez si vous laissez grainer les fleurs ! Vous obtiendrez pleins de nouveaux pieds le printemps suivant, sans avoir à fournir aucun effort !

Conseil : surveillez toutefois la venue des limaces ; elles pourraient être les premières à profiter de vos semis !

Espèces et variétés de Melanpodium

Il existe des variétés naines
- 'Derby' au port compact

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire