Helxine, Soleirole de soleir, Larmes d’anges

Helxine, Soleirole de soleir, Larmes d’anges, Soleirolia soleirolii

Botanique

Nom latin Soleirolia soleirolii
Famille Urticacées
Origine Europe
Floraison juin
Fleurs insignifiante
Typeplante herbacée
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteur6 cm

Planter et cultiver

Rusticité rustique, -12°C
Exposition ombre à mi-ombre
Soldrainant
Acidité neutre
Humidité frais
Utilisationcouvre-sol d’ombre, contour de pierre, mur végétal
Plantationprintemps
Multiplicationbouture, division
Helxine, Soleirole de soleir, Larmes d’anges, Soleirolia soleirolii
» Proposer une photo

 

Soleirolia soleirolii, l’helxine, ou encore larmes d’ange, est une plante vivace couvre-sol de la famille des Urticacées. Unique représentante de son genre, l’helxine est probablement originaire des îles méditerranéennes, on note cependant une évolution de sa distribution : elle devient présente en France dans de nombreux départements en bordure de mer. Echappée des jardins ou réchauffement climatique ? L’helxine n’est cependant pas considérée comme plante invasive en France.

En culture, les larmes d’anges s’utilisent pour décorer le pied des plantes d’intérieur aussi bien que pour tapisser un sol à l’ombre à l’extérieur, dans les climats océaniques.

Description de la soleirole de soleir

Soleirolia soleirolii est un tapis de tiges si ramifiées qu’elle forme un réticule dense, capable de s’enraciner à chaque nœuds. Les feuilles, rondes, sans pétiole de 1 à 3 mm de larges apportent une épaisseur à ce tapis, qui prend un aspect mousseux. D’un jolie ton de vert frais, l’helxine s’épaissit avec le temps sur 6 cm, voire plus rarement 10 cm. Dans ces conditions, elle couvre les adventices basses et ainsi limite le désherbage. Le réseau de racines fines s’enfoncent de 10 cm dans le sol. Fragile au froid, l’helxine, théoriquement persistante s’il ne gèle pas, perd ses feuilles à partir de -1 °C. De nouvelles tiges feuillées reparaissent au printemps. Les fleurs, petites miniatures verdâtre, sont insignifiantes.

Soleirolia soleirolii est cultivée pour son aspect frais et moutonnant, car elle épouse les pierres et les contours, retombe en rideau d’une potée ou d’un muret. Dans certains pays chauds et humides, Soleirolia soleirolii peut devenir envahissant, ce qui n’est pas le cas en France.

Quelques variétés existent, au feuillage dorée, argenté, ou bronze, elles permettent de jouer avec les couleurs.

Culture de l’helxine

Soleirolia soleirolii demande une atmosphère humide et un sol toujours frais. Elle ne supporte pas d’avoir soif. L’helxine est donc au mieux dans une exposition de mi- ombre à ombre. Le sol doit être relativement neutre et drainant, cependant elle tolère les sols caillouteux à argileux, riches ou relativement pauvres. Un excès d’azote peut toutefois la rendre plus fragile.

Les larmes d’anges sont capables de pousser aussi bien à l’intérieur des habitations qu’à l’extérieur au jardin, rustique jusqu’à -12°C. Elles font de jolies potées en couvre-sol au pied de plantes d’intérieur plus hautes, qui ont les mêmes besoins hydrométriques qu’elles : des arrosages réguliers qui laissent le substrat frais, sans tremper dans l’eau.

En extérieur, les larmes d’ange nécessitent un sol toujours frais : des pluies régulières ou un arrosage automatique. C’est pourquoi elle se plait en climat océanique et pluvieux, comme en Bretagne. Elles font merveille dans les interstices des dallages, sur les bords d’un chemin ombragé ou au pied des Hydrangeas. En sous-bois, l’helxine peut être associée aux perce-neiges, ou autres bulbes printaniers de terre fraiche.

L’helxine est parfois une alternative intéressante au gazon qui refuse de pousser dans les pelouses trop humides et ombragées. Par contre, elle ne supporte pas d’être piétinée.

Petits désordres de culture pour Soleirolia soleirolii

  • Le centre de la plante s’affaisse et noircit : trop d’arrosages. L’helxine repoussera dès que le problème sera réglé.

  • Les feuilles palissent et s’assèchent : l’helxine a manqué d’eau. Même si toutes les feuilles et tiges sont détruites, un bon arrosage peut faire réapparaitre quelques pousses.

  • L’hiver, en culture extérieure, toutes les tiges sont mortes : les parties supérieures de la plante sont gelées : s’il n’a pas gelé trop longtemps, elle repart des racines au printemps.

Espèces et variétés de Soleirolia

unique espèce du genre

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

La plante à bulbe La plante à bulbe

Mais qu'est-ce qu'une plante bulbeuse ? Quelques explications s'imposent avant un petit tour d'horizon des plantes à bulbes... Qu’est qu’un bulbe ? Le bulbe est un organe végétal...

Le bambou, une plante facile à vivre Le bambou, une plante facile à vivre

Muriel NEGRE, présidente et propriétaire de LA BAMBOUSERAIE nous présente les bambous et nous conseille sur leur culture. La bambouseraie est un parc très ancien construit en 1956 par Eugène Mazel,...

Vos commentairesAjouter un commentaire