Dicentra grimpant, Larmes d'or

Dicentra grimpant, Larmes d'or, Dactylocapnos scandens, Dicentra grimpant, Larmes d'or, Dicentra scandens

Botanique

N. scientifique Dactylocapnos scandens
Synonymes Dicentra thalictrifolia, Dactylicapnos trifolia, Dicentra scandens
Famille Papavéracées
Origine Himalaya
Floraison juin à octobre
Fleurs jaune à crème
Typeplante ornementale d'ombre
Végétationvivace
Feuillage caduc
Hauteur2 à 3 m

Planter et cultiver

Rusticité rustique jusqu'à -16°C
Exposition ombre  à mi-ombre
Solhumifère
Acidité acide à neutre
Humidité frais
Utilisationpalissée sur un mur, un grillage, appuyée sur d'autres plantes grimpantes
Plantationprintemps
Multiplicationsemis
Dicentra grimpant, Larmes d'or, Dactylocapnos scandens, Dicentra grimpant, Larmes d'or, Dicentra scandens

Dicentra scandens, que l’on devrait appeler aujourd’hui Dactylocapnos scandens, larmes d’or ou dicentra grimpante est une plante vivace appartement à la famille des Papavéracées (parfois encore classée dans la famille des Fumariacées). Cette belle et rare espèce de cœur de marie volubile est originaire de l’Himalaya, croissant dans les zones forestières ouvertes, dans les broussailles ou en lisière à moyenne et haute altitude.

Bien que difficile à dénicher dans les fêtes des plantes, les larmes d’or sont une espèce qui mérite que l’on s’y intéresse, puisque son feuillage léger et attrayant se mêle harmonieusement à d’autres grimpantes sans les étouffer, et ses délicates fleurs pendantes se succèdent de la fin du printemps jusqu’en automne.

Une taxonomie un peu compliquée

La botanique a récemment séparé les Dicentra grimpantes des Dicentra herbacées, telles que le cœur de marie, Dicentra spectabilis, ou la Dicentra eximia, à feuilles de fougère. Les dicentras grimpantes sont donc devenues des Dactylocapnos. Mais la dénomination de cette dicentra grimpante est encore plus trouble du fait que plusieurs espèces très proches, difficiles à différencier se cultivent sous le nom de larmes d’or. Elles peuvent être vues sous les noms latins de Dicentra thalictrifolia et Dicentra macrocapnos.

Description de la dicentra grimpante

Datylocapnos scandens est une liane volubile tendre et souple, produisant une masse de tiges aérées. Les feuilles sont découpées en 3 à 5 folioles arrondis, un peu ovales à elliptiques, long de 1 à 2 cm. Les tiges se ramifient et s’allongent de 2 à 3 m, s’appuyant sur d’autres plantes, parfois rampant au milieu d’autres vivaces ou s’élevant sur un support.

Les larmes d’or apparaissent en grappe, des racèmes axillaires de 7 à 10 fleurs hautes de 2 cm. Les fleurs pendantes, bien que typique des dicentras, avec leur forme originale en cœur sont jaune citron en boutons, avec parfois une petite pointe verte ; elles s’éclaircissent en s’épanouissant. Quelquefois, la pointe des lèvres qui s’ouvrent prend une belle teinte pourpre orangée. Il arrive aussi que les fleurs soient plus proches du blanc que du jaune. Le «complexeDicentra scandens» est donc assez variable.

Les fruits sont de larges gousses de 15 à 20 mm de long, qui contiennent de petites graines noires à maturité.

Cycle de la dicentra grimpante

Les jeunes pousses démarrent de terre assez tardivement au printemps, à partir de racines tubéreuses profondes. Les tiges fibreuses se développent rapidement et fleurissent. En automne, le feuillage prend une jolie teinte automnale avant de geler et disparaitre.

Culture de la dicentra grimpante

Dicentra scandens se dit plus ou moins rustique selon les expériences de culture, sans doute en raison de sa variabilité. Mais son origine montagnarde nous assure une rusticité qui permet de la cultiver partout en France, si elle est bien exposée.

Dicentra scandens développe ses nouvelles pousses tardivement. Elles sont assez fragiles aux gelées matinales, et également aux limaces et escargots. La plante sera installée à une exposition qui évite le soleil tôt le matin au printemps, en mi- ombre à ombre légère. Un ensoleillement l’après-midi après les heures les plus chaudes est possible.

Les larmes d’or préfèrent un sol drainant et humifère, qui conserve une certaine fraicheur. A l’implantation, les racines de la potée ne doivent pas être démêlées, ni perturbées d’aucunes façon. La motte de racines est juste entourée d’un mélange de terre de jardin et de compost riche. Les larmes d’or sont arrosées régulièrement à l’eau non calcaire durant la première année de culture, un paillage d’écorce de pin maintient l’humidité au sol. Le Dicentra grimpant sera, une fois installée, une plante solide et fidèle.

Espèces et variétés de Dactylocapnos

Le genre comprend plus de 20 espèces,
Dicentra spectabilis, le cœur de Marie
Dicentra formosa dont la variété ‘Burning Heart’, une excellente vivace
Dicentra cucullaria, plus grande, aux fleurs blanches
Dicentra eximia, dicentra à  feuilles de fougères
Dicentra macrocapnos, autre grimpante très semblable à Dicentra scandens,  mais plus vigoureuse

Lire aussi
Dicentra cœurs brûlés, Cœur saignant, Dicentra 'Burning Hearts' Dicentra cœurs brûlés, Cœur saignant, Dicentra 'Burning Hearts'

Dicentra 'Burning Hearts' est une obtention assez récente japonaise, d'Akira Shiozaki. Cette plante vivace est un hybride entre Dicentra eximia et Dicentra perigrina. Ce cultivar ne manque pas de...

Dicentra à feuilles de fougère, Dicentra eximia Dicentra à feuilles de fougère, Dicentra eximia

Dicentra eximia, est une plante vivace de la famille des Papavéracées, anciennement Fumariacées. Originaire d'Amérique du Nord, ce Dicentra est aussi appelée parfois Coeur de Marie à feuilles de...

Dicentre à capuchon, Dicentra cucullaria Dicentre à capuchon, Dicentra cucullaria

Dicentra cuccularia, appelée dicentre à capuchon ou culotte de Hollandais, est une petite vivace herbacée appartenant à la famille des Papavéracées. C'est une plante originaire des forêts...

Helxine, Soleirole de soleir, Larmes d’anges, Soleirolia soleirolii Helxine, Soleirole de soleir, Larmes d’anges, Soleirolia soleirolii

  Soleirolia soleirolii, l'helxine, ou encore larmes d'ange, est une plante vivace couvre-sol de la famille des Urticacées. Unique représentante de son genre, l'helxine est probablement originaire...

Vos commentairesAjouter un commentaire