Coprin pie, Coprin noir et blanc

Il est des sorties mycologiques dont on revient le panier vide, mais avec des images remarquables ; le Coprin pie, Coprinopsis picacea, chapeau noir brillant parsemé de mèches blanches perché sur un long pied floconneux, offre ce type de rencontre, rare et belle.

Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea
Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea

Botanique

N. scientifique Coprinopsis picacea
Synonymes Coprinus picaceus, Agaricus picaceus
Chapeau ovoïde puis conique-convexe, 3 à 7 cm
Hyménium lames
Spores sporée noire
Anneau absent
Pied blanc, cylindrique, fin,  long, 7 à 25 cm
Chair blanchâtre
Volve absente
Odeur désagréable

Habitat et usages

Répartition Europe, Amérique du Nord
Périodedu printemps à l'automne
Habitatforestier, en  lisière, sous feuillus
Confusions possiblesCoprinopsis stangliana, Coprinus comatus
Toxicitéincertaine
Intérêt culinaireaucun
Usagesinconnus
Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea

Il est des sorties mycologiques dont on revient le panier vide, mais avec des images remarquables ; le Coprin pie, Coprinopsis picacea, chapeau noir brillant parsemé de mèches blanches perché sur un long pied floconneux, offre ce type de rencontre, rare et belle. Le sporophore de ce Basidiomycète de la famille des Psathyrellacées , est parmi les Coprins l'un des  plus séduisant.

Description du Coprin pie

Jeune, le Coprin pie se développe ovale comme un œuf couvert d'un voile laineux blanc, parfois rosé. La croissance voit se déchirer ce voile qui va rester accroché en plaques blanches au chapeau conique puis convexe, de taille réduite, 7 cm au plus, sur un long pied de 25 cm blanc et floconneux. Avec l'âge, le chapeau évoluera du beige vers le brun puis le noir. Ce contraste de teintes est à l'origine du nom de  Coprinopsis picacea, Pica pica étant le nom latin de la pie. Par temps pluvieux, les sujets âgés peuvent totalement perdre leur ornementation blanche.

Les lames, partie reproductive sous le chapeau, de blanches deviennent noires puis se liquéfient comme de l'encre, s'écoulant et disséminant les spores avec la pluie.

La chair mince et blanchâtre dégage  une odeur de bitume rebutante,  sa saveur est plus douce mais tout aussi désagréable.

Le mycélium, partie végétative invisible, se développe en fins filaments blancs sur les débris organiques.

Détermination de Coprinopsis picacea

La version « en noir et blanc » du Coprin pie laisse peu de place aux confusions avec d'autres espèces. Les très jeunes sujets encore voilés  peuvent ressembler au Coprin chevelu, Coprinus comatus, à l'odeur faible mais bon comestible. Coprinopsis stangliana montre une vague ressemblance mais affectionne les prairies calcaires et reste petit.

Le milieu de vie du coprin noir et blanc

Coprinopsis picacea apprécie les milieux forestiers ouverts, les lisières et bords de chemins. Il se développe solitaire ou en petits groupes éparpillés sous les feuillus, hêtres principalement. Peu courant, il montre son sporophore du printemps à l'automne, recherchant de la matière organique en décomposition pour subvenir à ses besoins. Il est en effet saprophyte, comme la majorité des Coprins.

Toxicité ou intérêt culinaire

La toxicité du Coprin pie n'est pas établie pour tous les mycologues, il convient cependant d'être prudent, et de se laisser guider par le goût et l'odeur du Coprin pie, peu appétissants...

Le saviez-vous ?

Le genre Coprinus a été revu à la lumière de la biologie moléculaire, de nombreux Coprins ont été reclassés dans les genres Coprinopsis, Coprinellus et Parasola, proches des Psathyrella. Le Coprin chevelu, Coprinus comatus, comestible, est resté dans le genre Coprinus, plus proche des Agaricus.

Espèces et variétés de Coprinopsis

  • Coprinopsis atramentaria : Coprin noir d'encre, toxique
  • Coprinopsis romagnesiana :   toxique, responsable du syndrome coprinien
  • Coprinopsis cinerea : Coprin cendré, sur fumier
  • Coprinopsis nivea : Coprin blanc de neige, blanc pur sur crottes de vaches
Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala

Rouge vermillon à orange sur le sol nu, le Coprin à tête rouge se repère et s'identifie sans peine. Il perdra vite sa superbe, deviendra noir et liquide comme de l'encre,[...]

Coprin, Coprinopsis pachysperma Coprin, Coprinopsis pachysperma

Un habitat riche, tempéré, limité à quelques centimètres carrés : la crotte. Le coprin a trouvé son milieu de vie idéal. D'autres membres de sa famille adoptent ce mode de[...]

Coprin  à sucre, Coprin saupoudré de sucre, Coprinellus saccharinus Coprin  à sucre, Coprin saupoudré de sucre, Coprinellus saccharinus

La curiosité des amateurs gastronomiques reviendra à Coprinellus saccharinus, Coprin bien nommé « saupoudré de sucre », son chapeau beige se parsemant de paillettes blanches. Mais ce saupoudrage...

Coprin domestique, Coprinellus domesticus Coprin domestique, Coprinellus domesticus

Hôte occasionnel des maisons, le Coprin domestique est un habitué des forêts de feuillus, des vieilles souches, des bois en décomposition mais ne présente pas d'intérêt culinaire.

Vos commentairesAjouter un commentaire