A LA UNE »
L'extraction du miel

Coprin à tête rouge

Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala
Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala

Rouge vermillon à orange sur le sol nu, le Coprin à tête rouge se repère et s'identifie sans peine. Il perdra vite sa superbe, deviendra noir et liquide comme de l'encre, phénomène typique dans la famille des Coprins.

Botanique

Nom latin  : Coprinopsis erythrocephala
Synonymes  : Coprinus erythrocephalus, Agaricus erythrocephalus
Famille  : Psathyrellacées
Chapeau : ovoïde puis conique-convexe, 1 à 3 cm
Hyménium  : lames
Spores  : sporée noire
Anneau  : absent
Pied : blanc à rosâtre, parfois tâché de rouge-orangé, cylindrique 1 à 3 cm
Chair : blanche
Volve  : absente
Odeur : faible

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe
Periode : du printemps à l'automne
Habitat : sur sols riches en matières organiques, sur brûlis
Confusions possibles : Aucune
Toxicité : non comestible
Intérêt culinaire : aucun
Usages : inconnus

Généralités

Lorsque le Coprin à tête rouge pointe le bout de son sporophore, partie reproductive visible  de ce Basidiomycète de la famille des  Psathyrellacées, nul besoin de le chercher sous les feuilles ou les fougères. Rouge vermillon à orange sur le sol nu, Coprinopsis erythrocephalus se repère et s'identifie sans peine. Il perdra vite sa superbe, deviendra noir et liquide comme de l'encre, phénomène typique dans la famille des Coprins.

Description du Coprin à tête rouge

Nom latin, nom vernaculaire : les 2 appellations font référence à la teinte rouge qui caractérise sans équivoque les jeunes sujets de Coprin à tête rouge. De forme ovoïde ils sont couverts d'un voile d'un beau rouge, tirant parfois vers l'orangé. Le chapeau avec l'âge perdra sa forme d'oeuf, deviendra conique, convexe, les marges se relevant légèrement. Le voile persistera en une fine couche adhérente en surface, de teinte brune à roussâtre. La marge crénelée surplombe un hyménium formé de lames blanches à arêtes rouilles, libres et ascendantes. Elles deviendront rapidement brunes puis noires pour finir en déliquescence, phénomène typique chez les Coprins.

Le pied généralement blanc se couvre parfois de tâches rouges-orangées, il reste plutôt petit, assez fin.

La chair mince et blanchâtre dégage une odeur faible, que l'on peut parfois imaginer fruitée. Sa saveur est douce.

Le mycélium, partie végétative invisible, se développe en fins filaments blancs sur les débris organiques.

Détermination de Coprinopsis erythrocephalus

Le coprin à tête rouge s'identifie sans souci grâce à son voile rouge-orangé que l'on ne retrouve chez aucun autre Coprin européen.

Le milieu de vie

Coprinopsis erythrocephalus apprécie les sols riches en débris animaux ou végétaux, les charbonnières ou anciens brûlis. Saprophyte, comme la majorité des Coprins, il se nourrit de matières organiques en décomposition. Il montre son sporophore du printemps à l'automne, mais rare il sera difficile à observer.

Toxicité ou intérêt culinaire

Le seul Coprin réellement comestible est le Coprin chevelu, Coprinus comatus. Il est préférable de s'abstenir de tout essai pour les autres espèces.

Le saviez-vous ?

Les coprins ont donné leur nom à un syndrome d'intoxication par les champignons : le syndrome coprinien. Intervenant de 30 mn à 2 heures après l'ingestion, il est renforcé par la prise d'alcool, se traduisant par des malaises, sudations, vasodilatation du visage, problèmes cardiaques...Consommer de l'alcool plusieurs jours après la consommation peut déclencher le syndrome : le foie ne peut plus jouer son rôle. Les champignons responsables sont le Coprin noir d'encre, Coprinopsis atramentaria, le coprin micacé, Coprinellus micaceus, certains Clitocybes, le bolet blafard, Boletus luridus.

Espèces et variétés de Coprinopsis

Parmi une soixantaine d'espèces on trouvera :

  • Coprinopsis atramentaria : Coprin noir d'encre, toxique
  • Coprinopsis romagnesiana :   toxique, responsable du syndrome coprinien
  • Coprinopsis cinerea : Coprin cendré, sur fumier
  • Coprinopsis nivea : Coprin blanc de neige, blanc pur sur crottes de vaches
Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Coprin, Coprinopsis pachysperma Coprin, Coprinopsis pachysperma

ovoïde puis conique-convexe, 0,5 à 3 cmUn habitat riche, tempéré, limité à quelques centimètres carrés : la crotte. Coprinopsis pachysperma, champignon Basidiomycète proche des Coprins, a trouvé...

Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea

ovoïde puis conique-convexe, 3 à 7 cmIl est des sorties mycologiques dont on revient le panier vide, mais avec des images remarquables ; le Coprin pie, Coprinopsis picacea, chapeau noir brillant...

Le poisson rouge, un classique du bassin Le poisson rouge, un classique du bassin

Le poisson rouge est un grand classique des bassins extérieurs. De la famille de la carpe, ce poisson est facile à vivre dans les régions tempérées puisqu'il supporte des écarts de températures...

Le rouge-gorge Le rouge-gorge

Bien connu des jardiniers, le rouge-gorge est un passereau au caractère tout à fait singulier. Farouche défenseur de son territoire, il sait se faire aimable avec les hommes toujours perché à...

Vos commentairesAjouter un commentaire