A LA UNE »
Poulet basquaise

Pulicaire dysentérique, Fausse vergerette, Inule des près

Parmi les plantes sauvages indigènes que l’on peut utiliser et cultiver dans le jardin, voici la pulicaire dysentérique. Adaptée aux zones humides, Pulicaria dysenterica fait une charmante plante de bassin, mellifère, avec un port soigné et une floraison durable.

Pulicaire dysentérique, Fausse vergerette, Inule des près, Pulicaria dysenterica

Botanique

N. scientifique Pulicaria dysenterica
Synonyme Inula dysenterica
Origine Europe, Asie occidentale, nord de l'Afrique
Floraison juillet à septembre
Fleurs jaune
Typeplante vivace indigène de France que l'on peut utiliser dans comme plante ornementale
Végétationherbacée
Feuillage caduc
Hauteur60 cm en moyenne

Planter et cultiver

Rusticité rustique, jusqu'à -15 °C
Exposition soleil à mi-ombre
Soltolérant ; limoneux, argileux ou humifère
Acidité indifférent
Humidité frais à humide
Utilisationzone humide, bassin, mellifère, médicinale
Plantationautomne, printemps, été en zone humide
Multiplicationdivisions, semis
Pulicaire dysentérique, Fausse vergerette, Inule des près, Pulicaria dysenterica

Pulicaria dysenterica, la pulicaire dysentérique ou l’inule des prés est une plante vivace indigène de France, appartenant à la famille des Astéracées. Sa distribution s’étend jusqu’en Asie et en Afrique du Nord ; la pulicaire dysentérique se rencontre en zone marécageuse, sur le bord des fossés, ou encore en prairie fraîche. Dans le jardin, elle se plaît dans une zone de terre fraîche ou au bord d’un bassin. C’est une plante facile à cultiver.

Description de la pulicaire dysentérique

Pulicaria dysenterica est une plante aux tiges dressées, caduques, croissant à partir d’un rhizome souterrain rougeâtre et moyennement traçant. Ses tiges bien raides, moins denses que sur un pied d’aster, sont pubescentes et laineuses, peu ramifiées en dehors du haut de la tige.

Ses feuilles sont alternes, lancéolées, au bord ondulé, velues, embrassantes sur la tige et pourvues de 2 oreillettes bien développées. Tout ce feuillage et ces tiges tomenteux donnent une belle teinte vert blanchâtre au massif. Leur port droit et régulier est agréable à l’œil, surtout lorsque les fleurs s’épanouissent en large corymbe lumineux à partir de juillet jusqu’en septembre.

Les fleurs sont réunies en capitule plat et très régulier : ces inflorescences comportent 2 types de fleurs, les centrales, au tube ocre qui forme un disque doré, serties dans un unique rang de fleurs à la longue ligule jaune vif. Comme les tiges et les feuilles, les involucres sont laineux.

L’inule des prés est mellifère ; attractive et fécondée par les insectes, elles produit facilement des graines. Ce sont des akènes longs de 1,4 cm portant un papus de 14 à 20 poils. Elles sont dispersées par le vent.

Comment utiliser et cultiver la pulicaire dysentérique au jardin ?

L’intérêt d’ajouter quelques plantes indigènes pour orner son jardin est de faire, à son échelle une réserve pour cette plante et tout le cortège animal qui va avec, à l’heure où le moindre fossé est drainé, ou le béton envahi notre espace ou où les bas coté sont si "entretenus", que les plantes fleuries sauvages disparaissent de notre horizon.

Outre le côté conservation de la biodiversité, l’inule des prés est vraiment décorative et facile de culture une fois que le sol ne se dessèche jamais. Elle croit en plein soleil ou à mi-ombre, dans tout sol qui reste frais à humide ou au bord du bassin. Ses rhizomes traçants s’étalent assez lentement sauf si la terre est très riche.

Elle peut se mélanger aux autres plantes de berge environnantes, mais si certaines de ses tiges sont gênantes, il suffit de tirer dessus pour les enlever : ce n’est pas une plante virulente.

Autres usages de Pulicaria dysenterica :

Plante insecticide : L’inule des prés était autrefois utilisée comme pour repousser les puces : des bouquets de ce feuillage odorant étaient accrochés dans les étables.

Plante médicinale : La pulicaire dysentérique est astringente. Et comme son nom l’indique, ses rhizomes ont des propriétés anti-diarrhées. Elle peut être également appliquée en pansement sur une plaie.

Comment mutliplier Pulicaria dysenterica ?

Pour la repiquer en zone humide, des pousses et des divisions de pulicaire dysentérique peuvent être transplantées presque toute l’année, si on ne les laisse jamais sécher. Les divisions d’automne ou de printemps demandent évidemment moins de surveillance.

Les graines germent déposées à la surface d’une terre humide à partir de l’automne ou en janvier/février. Elles germeront d’autant mieux au printemps si elles connaissent auparavant une période de froid. Le pot de semis est donc enfermé dans un sac congélation et laissé au-dehors.

Espèces et variétés de Pulicaria

  • Pulicaria vulgaris, autre espèce française
Lire aussi
Vergerette de Karvinski, Vergerette muscronée, Marguerite folle, Erigeron karvinskianus Vergerette de Karvinski, Vergerette muscronée, Marguerite folle, Erigeron karvinskianus

Erigeron kaviskianus, la vergerette de Karvinski, est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées. Originaire d'Amérique centrale, la vergerette de Karvinski est une plante pionnière...

Rosé-des-prés, Agaric champêtre, souris-rose, Agaricus campestris Rosé-des-prés, Agaric champêtre, souris-rose, Agaricus campestris

Représentant incontesté des champignons des prés, le bien nommé Rosé-des-prés est un excellent champignon comestible, cousin proche du Champignon de Paris.

Campanule fausse-raiponce, Campanula rapunculoides Campanule fausse-raiponce, Campanula rapunculoides

Campanula rapunculoides, la campanule fausse raiponce, est une plante vivace indigène, mais peu répandue. Cette robuste et charmante plante mellifère et comestible est une espèce à cultiver dans...

Matricaire odorante, Fausse camomille, Matricaria discoidea Matricaire odorante, Fausse camomille, Matricaria discoidea

La matricaire (Matricaria discoïdea) est une plante herbacée annuelle faisant partie de la famille des Astéracées. La fausse camomille serait originaire d'Amérique du Nord puis se serait répandue...

Vos commentairesAjouter un commentaire