A LA UNE »
Far aux fraises

Coprin chevelu

Un jour silhouette chevelue, en doigt de gant d'un beau blanc, ferme. Le lendemain noir comme de l'encre, liquéfié en une petite mare sombre. Ainsi va le cycle de ce champignon, le Coprin chevelu.

Coprin chevelu, Coprinus comatus
Coprin chevelu, Coprinus comatus

Botanique

N. scientifique Coprinus comatus
Synonymes Agaricus comatus, Coprinus ovatus
Famille Agaricacées
Chapeau en « doigt de gant »,  3 à 7 cm de diamètre, 4 à 20 cm de hauteur
Hyménium lames  
Spores sporée brune à noire
Anneau crème
Pied blanc, 1 à 3 cm de diamètre, 7 à 25 cm de hauteur
Chair blanche
Volve absente
Odeur légère,  de champignon

Habitat et usages

Répartition France, Europe
Périodedu printemps à l'automne
Habitatprairies, bord de chemins
Confusions possiblesCoprinus spadiceisporus, Coprinus levisticolens,  Coprinus sterquilinus
Toxicitécomestible
Intérêt culinairebon comestible
Usagesculinaire, médicinal
Coprin chevelu, Coprinus comatus
» Proposer une photo

Un jour silhouette chevelue, en doigt de gant d'un beau blanc, ferme. Le lendemain noir comme de l'encre, liquéfié en une petite mare sombre. Ainsi va le cycle du Coprin chevelu, Coprinus comatus,  Basidiomycète de la famille des Agaricacées. Le sporophore, partie reproductive visible, de ce Coprin, le seul recherché pour ses qualités gastronomiques, se consommera, jeune, du printemps à l'automne.

Description du Coprin chevelu

Long chapeau blanc cylindrique replié sur son pied, le jeune Coprin chevelu se développe tout en hauteur, s'ouvrant légèrement en forme de cloche à plus de 20 cm du sol. Sous son chapeau couvert de mèches longues, blanches, recourbées, se cachent les lames libres, blanches, se teintant de rose avant de noircir et de couler comme de l'encre. A ce stade de maturité, le chapeau n'existe plus, seul vestige du sporophore persiste le pied long et cylindrique, avec un petit renflement à la base, et parfois le reste de l'anneau membraneux crème observé partie inférieure, près du sol.

L'hyménium, partie reproductive fertile du Coprin chevelu, montre une forte déliquescence, phénomène typique de propagation des spores chez les Coprins.

L'odeur reste faible tout au long du développement et rappelle l'humus, le champignon. La chair initialement mince et blanche est de saveur douce, puis devient noirâtre, liquide.

Le mycélium, partie végétative invisible, se développe en fins filaments blancs sur divers débris organiques, le Coprin chevelu étant saprophyte.

Détermination de Coprinus comatus

Sa forme caractéristique en « doigt de gant », ses longues mèches, permettent d'identifier facilement le Coprin chevelu. Coprinus spadiceisporus lui ressemble, mais en tout petit, et se trouve rarement, étant originaire d'Amérique. Coprinus levisticolens dégage une forte odeur de chicorée, Coprinus sterquilinus est inféodé au fumier.

Le milieu de vie du coprin chevelu

Coprinus comatus apprécie les habitats ouverts, prairies, bords de chemins, pelouses, jardins en friche, où il se nourrit sur sols riches de toute matière organique en décomposition. Très courant, il peut même se développer en bord de route, sur des lieux fréquentés, sa capacité à concentrer les substances polluantes exclue alors toute tentative de consommation. Présent du printemps à l'automne, il aime la compagnie, et se rencontre rarement seul.

Toxicité ou intérêt culinaire

Coprinus comatus se consomme à l'état jeune, sous sa forme cylindrique, sa chair et ses lames encore blanches. Si son odeur est légère, fungique, son goût est agréable, sa consistance ferme.  Apprécié pour ses qualités gastronomiques, il est important de le récolter avant toute amorce de  déliquescence. Une fois récolté, la seule méthode pour stopper sa maturation est l'immersion dans l'eau, ou l'ingestion, cru ou cuit, immédiate.

Usages

Les propriétés médicinales de Coprinus comatus sont étudiées dans le domaine de la  régulation du diabète, les troubles digestifs.

Le saviez-vous ?

Le syndrome coprinien, intoxication se traduisant par des nausées, sueurs, troubles cardiaques, a trouvé son nom chez le Coprin noir d'encre, Coprinopsis atramentaria, responsable de ces troubles, que l'on retrouve chez le Coprin micacé, Coprinus micaceus, certains Clitocybes, le Bolet blafard, Boletus luridus.

Espèces et variétés de Coprinus

De nombreuses espèces du genre Coprinus ont été redistribuées dans les Coprinellus après analyses moléculaires.

  • Coprinus calyptratus : Coprin à calotte en croix, champignon des dunes, rare
  • Coprinus xerophilus : apprécie les milieux secs
  • Coprinus comatus var.ovatus : variété de Coprin chevelu plus petite, ovoïde

 

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea

Il est des sorties mycologiques dont on revient le panier vide, mais avec des images remarquables ; le Coprin pie, Coprinopsis picacea, chapeau noir brillant parsemé de mèches blanches perché sur[...]

Coprin  à sucre, Coprin saupoudré de sucre, Coprinellus saccharinus Coprin  à sucre, Coprin saupoudré de sucre, Coprinellus saccharinus

La curiosité des amateurs gastronomiques reviendra à Coprinellus saccharinus, Coprin bien nommé « saupoudré de sucre », son chapeau beige se parsemant de paillettes blanches. Mais ce saupoudrage...

Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala

Rouge vermillon à orange sur le sol nu, le Coprin à tête rouge se repère et s'identifie sans peine. Il perdra vite sa superbe, deviendra noir et liquide comme de l'encre,[...]

Coprin, Coprinopsis pachysperma Coprin, Coprinopsis pachysperma

Un habitat riche, tempéré, limité à quelques centimètres carrés : la crotte. Le coprin a trouvé son milieu de vie idéal. D'autres membres de sa famille adoptent ce mode de[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire