Plutée en parasol

Plutée en parasol, Pluteus petasatus, 17 avril 2018, milieu forestier, Ariège
Plutée en parasol, Pluteus petasatus, 17 avril 2018, milieu forestier, Ariège

Botanique

Nom latin  : Pluteus petasatus
Synonyme  : Agaricus petasatus
Famille  : Plutéacées
Chapeau : convexe, blanc crème
Hyménium  : lames libres
Spores  : sporée rose
Anneau  : absent
Pied : cylindrique, crème
Chair : blanche, filamenteuse
Volve  : absente
Odeur : douce, agréable, «de fleur fânée de sureau»

Habitat et usages

Répartition  : Europe, Amérique du Nord, Hémisphère Nord tempéré
Periode : printemps jusqu'au début de l'automne
Habitat : forestier, sur bois mort
Confusions possibles : Pluteus lipidocystis, Pluteus pellitus, Pluteus cervinus, Pluteus salicinus
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : faible
Usages : inconnus

Les prairies à la végétation courte, l'été et l'automne, attirent les pas des chercheurs de rosé-des-prés. Mais la promenade empruntant un petit bois, une rencontre insolite surprend : sur un tronc d'arbre mort, sombre, à un mètre du sol, se dresse fièrement un beau chapeau blanc protégeant des lames roses, sur un pied blanc. Ce n'est pas un Agaric champêtre grimpant aux arbres, mais un Pluteus petasatus, champignon Basidiomycète de la famille des Plutéacées, se développant sur les bois en décomposition.

Description de la Plutée en parasol

Le chapeau convexe peut atteindre 15 cm de diamètre, blanc grisâtre il porte de petites écailles sombres en son centre. La marge, ondulée, lisse parfois soyeuse, s'enroule finement et se fend radialement avec l'âge. Les lames libres, non attachées au pied, sont blanches chez les sujets jeunes puis roses à maturité. Le pied fibrilleux, souvent courbe, porte le chapeau en son centre. Blanc rayé de gris, surtout à la base, il mesure jusqu'à 10 cm pour un diamètre de 2 cm. Il ne porte pas d'anneau, contrairement aux Agarics, ni de volve. La chair blanche et filamenteuse se déchire facilement et dégage une odeur douce, variable selon les milieux, évoquant soit le radis, la terre ou la fleur fânée de sureau. La saveur est douce, relativement fade.

Pluteus petasatus pousse solitaire ou en groupe, les chapeaux s'mbriquant les uns dans les autres.

Le mycélium, partie végétative invisible, se répand en fins filaments blancs dans le bois en décomposition.

Détermination de Pluteus petasatus

Le genre Pluteus comprend de nombreuses espèces difficiles à différencier sans étudier les caractères microscopiques. Pluteus lipidocystis, très proche de Pluteus petasatus, ne se trouve que sur bois mort de conifères. Pluteus pellitus n'a ni odeur ni saveur. La Plutée des saules, Pluteus salicinus, se teinte de verdâtre. Par contre dans le groupe des Plutées à odeur de cerf, groupe constitué autour de Pluteus cervinus, aux couleur variables, le microscope s'avère indispensable pour une détermination sûre .

Le milieu de vie

La Plutée en parasol affectionne les troncs et branches de feuillus morts sous couvert forestier mais aussi le bois désagrégé en fins éléments. Sciure, copeaux, des exploitatios forestières lui offrent un milieu propice. Saprophyte, comme toutes les Plutées et ses cousines les Volvaires, elle se nourrit de matières organiques en décomposition.

Toxicité ou intérêt culinaire

La Plutée en parasol est comestible mais fade et molle. Peu courante et risquant d'être confondue avec la Plutée du saule, Pluteus salicinus, toxique, elle est rarement consommée.

Proche des Plutées, la Volvaire visqueuse, Volvopluteus gloiocephalus, est par contre un bon comestible.

Espèces et variétés de Pluteus

Le genre Pluteus compte plusieurs dizaines d'espèces.

  • Pluteus aurantiorugosus : la Plutée orangée, très belles couleurs mais rare, son hôte favori, l'orme, étant en voie de disparition.
  • Pluteus cervinus : représente un groupe de Plutées très proches les unes des autres.
  • Pluteus hispidulus : très commun, joli chapeau orné de petites méchules brunes.
  • Pluteus phlebophorus : chapeau ridé.

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Parasol, Arbre ombelle, Arbre-parapluie, Schefflera arboricola Parasol, Arbre ombelle, Arbre-parapluie, Schefflera arboricola

Plante d'intérieur très commune, le schefflera est un arbre au feuillage ornemental parfois panaché. Facile d'entretien cette plante peut être cultivée par les débutants. Un feuillage décoratif Le...

Pin parasol, Pin pignon, Pinier, Pinus pinea Pin parasol, Pin pignon, Pinier, Pinus pinea

Pinus pinea, le pin parasol ou pin pignon, est un conifère de haute taille, appartenant à la famille des Pinacées. Il est originaire du pourtour méditerranéen, mais son origine est imprécise, car...

Pin parasol japonais, Koyamaki, Sciadopitys verticillata Pin parasol japonais, Koyamaki, Sciadopitys verticillata

Sciadopitys verticillata, le pin parasol japonais, est un conifère persistant, unique représentant encore vivant de son genre et de sa famille, les Sciadopityacées. En effet, cette famille fut...

La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

Vos commentairesAjouter un commentaire