Pin parasol japonais, Koyamaki

Pin parasol japonais, Koyamaki, Sciadopitys verticillata
Pin parasol japonais, Koyamaki, Sciadopitys verticillata

Botanique

Nom latin  : Sciadopitys verticillata
Synonyme  : Taxus verticillata
Famille  : Sciadopityacées
Origine  : Japon
Période de floraison : avril
Couleur des fleurs  : cônes
Type de plante : conifère
Type de végétation : arbustif
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 20 m mais existe de très petites formes

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique jusqu'à - 20°C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : drainant
Acidité du sol  : acide
Humidité du sol  : normal à frais
Utilisation : en isolé, en bonsaï
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis, boutures

Sciadopitys verticillata, le pin parasol japonais, est un conifère persistant, unique représentant encore vivant de son genre et de sa famille, les Sciadopityacées. En effet, cette famille fut d’abord connue en Europe par ses espèces fossiles datant du crétacé. Sciadopitys verticillata, bien vivant, est donc une espèce très ancienne qui survit au Japon dans les zones ouvertes de forêts fraiches et humides.

Bien qu’en déclin dans son milieu naturel, il est cultivé dans les jardins comme arbre ornemental d’exception. Il existe de nombreuses variétés qui diffèrent par leur port, leur couleur ou leur taille, ce qui permet d’utiliser ce rare bijou végétal aussi bien dans les petits jardins que dans les grands.

Description du pin parasol japonais

La forme naturelle de Sciadopitys verticillata pousse jusqu’à 30 m au japon, mais reste plus modeste en Europe, rarement plus de 15 m de hauteur. Sa silhouette est pyramidale, régulière, dense lorsqu’il est juvénile, plus aérée avec l’âge. Sa croissance est très lente: de l’ordre de 3 à 5 m en 10 ans lorsqu’il est jeune; deux cent ans pour dépasser les 20 m. Ce qui peut expliquer que le Koyamaki et ses cultivars soient assez rares en pépinière.

Le pin parasol japonais produit 2 types de feuilles, les premières, brunes, petites et écailleuses, plaquées en spirale sur les tiges, puis les secondes, vertes et en aiguilles, en plusieurs verticilles de 20 à 30 feuilles aux extrémités des rameaux. Les aiguilles sont longues de 6 à 13 cm, plates et sillonnées de chaque côté. Chaque verticille ressemble aux baleines d’un parapluie.Ces feuilles persistent 3 à 4 années sur l’arbre.

Sciadopitys verticillata, monoïque, regroupe ses fleurs sous forme de cônes. Les cônes femelles font de grosses pommes de pin, oblongues qui sont matures au bout de 2 ans.

Le tronc présente une belle écorce épaisse et brune qui desquame par plaques. Le bois dégage une odeur épicée.

S’il vaut mieux posséder un grand jardin pour accueillir la forme naturelle du pin parasol japonais, il existe également beaucoup de variétés, mieux adaptées aux petits jardins: des formes compactes, pleureuses, fastigiées, ou même naines, comme ‘Pichola’, espèce de rocaille ronde, de 40 cm de diamètre en 10 ans de culture.

Planter et cultiver le pin parasol japonais

Sciadopitys verticillata se plante au printemps, lorsqu’il ne gèle pas. Il est rustique jusqu’à -20 °C. Il demande une exposition ensoleillée, sauf dans les régions où les étés sont chauds, la mi- ombre est alors recommandée, parce qu’il apprécie un été frais, avec une atmosphère qui reste un peu humide. On lui évite donc les expositions aux courants d’air desséchant.

Le sol ne doit pas se dessécher tout en restant relativement drainant. Le koyamaki demande un sol acide à très acide, d’un ph compris entre 4 et 6. Il ne supporte pas le calcaire.

Le pin parasol du japon demande deux années après avoir été repiqué avant de montrer qu’il est bien repris; durant cette période, on ne le laisse pas souffrir de soif. Il est régulièrement arrosé à l’eau de pluie.

Il supporte très bien d’être taillé, même s’il est préférable de lui laisser sa forme naturelle, très belle.

Multiplier Sciadopitys verticillata

Les graines germent après une stratification froide de 3 mois minimum.

Les boutures sont malaisées, mais possibles. Elles sont trempées dans l’eau 48 h puis plantées dans une terre fraiche, mais drainante, avec une chaleur de fond (20-25 °C) dans une forte humidité atmosphérique. L’enracinement demande des mois.

Espèces et variétés de Sciadopitys

Une espèce seulement mais de nombreux cultivars horticoles
Sciadopitys verticilatta ‘Joe Koosey’, très étroit
Sciadopitys verticillata ‘Pichola’, rond et nain Sciadopitys verticillata ‘Grune Kugel’, beaucoup plus compact
Sciadopitys verticillata ‘Winter sunset’ au feuillage changeant
Sciadopitys verticillata ‘Gold Star’, au feuillage jaune

Lire aussi
Les pas japonais Les pas japonais

D’inspiration asiatique, les pas japonais guident le visiteur dans la découverte du jardin de façon progressive et douce, moins abrupts qu’une allée gravillonnée rectiligne, ils...

L'ophiopogon, le muguet japonais L'ophiopogon, le muguet japonais

Thierry DENIS du JARDIN DU MORVAN nous présente le muguet japonais L'Ophiopogon ou muguet japonais est une vivace ressemblant à une herbe noire qui en fait une plante japonaise cousine du muguet....

Les érables japonais Les érables japonais

Gilles COLINET de la pépinière JEAN HUCHET vous présente les érables japonais qui remportent un grand succès dans les jardins La diversité des érables se traduit à travers leurs formes érigées ou...

Le Jardin japonais de Pascal LAFORGE pour TRUFFAUT Le Jardin japonais de Pascal LAFORGE pour TRUFFAUT

La fête des plantes de Courson 2014 fêtant sa trentième édition, TRUFFAUT a souhaité transmettre une vision zen de la Nature avec la création d’un jardin japonais qui mêle minéral et végétal...

Vos commentairesAjouter un commentaire