A LA UNE »
10 plantes chameaux

Polypore d'hiver

Polypore d'hiver, Polyporus brumalis
Polypore d'hiver, Polyporus brumalis

Botanique

Nom latin  : Polyporus brumalis
Synonymes  : Boletus brumalis, Leucoporus vernalis
Famille  : Polyporacées
Chapeau : convexe puis légèrement déprimé, brun-ocre à brun foncé
Hyménium  : pores, crème blanchâtre
Spores  : sporée blanche
Anneau  : absent
Pied : ocre-brunâtre, central, cylindrique
Chair : coriace, élastique
Volve  : absente
Odeur : fongique

Habitat et usages

Répartition  : Écosse, Europe
Periode : novembre jusqu'à mai
Habitat : branches et souches de feuillus, rare sur conifères
Confusions possibles : Polyporus arcularius, Polyporus ciliatus
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : sans particularité ou indigeste
Usages : non référencés

Le nom du Polypore d'hiver nous donne une petite indication sur la période où nous pouvons le rencontrer. Au cours d’une courte promenade dans une forêt de feuillus en hiver, où tout est froid, humide et mystérieux, il est possible d'apercevoir ce petit Polypore de la famille des Polyporacées, émerger d'une souche moussue. Polyporus brumalis a une particularité, on a beau essayer de casser le chapeau de ce basidiomycète de n'importe quelle manière, il est tellement élastique et caoutchouteux qu'il est impossible de le couper !

Description du Polypore d'hiver

Le chapeau du Polypore d'hiver mesure entre 1,5 et 8 cm de diamètre, il est d'abord convexe puis son centre devient légèrement déprimé. Sa face supérieure peut varier du brun-ocre au brun foncé et parfois, par endroits, elle peut être brune-noire. La marge concolore au chapeau est finement enroulée et elle ondule plus ou moins avec l'âge. La cuticule brunâtre de Polyporus brumalis est séparable, mince, mate à veloutée. La face inférieure du chapeau est tapissée de tubes blanchâtres à crème qui sont peu ou non décurrents. Les pores de Polyporus brumalis sont assez larges, de 1 à 2 par mm, ils sont bien visibles à l’œil nu et concolores aux tubes. Le pied brunâtre est feutré puis il devient lisse. Mesurant entre 2 et 8 cm de haut, le pied du Polypore d'hiver est généralement cylindrique et central. La chair est élastique et très coriace, blanche et peu épaisse. Polyporus brumalis dégage une odeur légèrement fongique et sa saveur est douce. Le mycélium, partie invisible des champignons, se répand sur le bois en fins filaments.

Détermination de Polyporus brumalis

Quelques petits Polypores comme le Polypore d'hiver peuvent se ressembler. On les différencie de manière certaine par la taille de leurs pores. En effet, Polyporus ciliatus a des pores plus fins que Polyporus brumalis, à peine visibles à l’œil nu. Alors que Polyporus arcularius, lui, au contraire présente des pores plus gros que Polyporus brumalis. Outre les pores, on note de légères différences. Chez Polyporus ciliatus le chapeau tend vers le grisâtre et il est légèrement ombiliqué au centre. De plus il apparaît quand il fait plus chaud. Pour le Polyporus arcularius, son chapeau est plus clair, il présente des teintes plutôt beige.

Milieu de vie du Polypore d'hiver

C'est un saprophyte commun qui vit essentiellement sur les branches et les souches mortes de feuillus durant tout l'hiver. Sa taille et sa forme sont fortement liées aux qualités nutritives du substrat sur lequel il se développe. Son mycélium se nourrit de débris organiques et provoque une pourriture blanche sur son hôte. Il se développe le plus souvent de façon isolée mais on peut parfois le retrouver en touffe de plusieurs individus.

Toxicité ou intérêt culinaire

Sans particularité ou indigeste, devient vite très coriace et caoutchouteux.

Espèces et variétés de Polyporus

Il existe de nombreux Polypores mais seuls certains poussent sur des arbres encore vivants :

  • Fomes fomentarius : Amadouvier, chapeau en sabot de 10 à 30 cm de longueur, brun-gris, sur feuillus vivants ou morts
  • Inonotus dryadeus : Polypore larmoyant, chapeau en console de 10 à 40 cm de longueur, ocre, brun-orangé à brun noirâtre, pousse sur les chênes encore vivants et parfois sur les souches
  • Meripilus giganteus : Polypore géant, chapeau en éventail de 15 à 60 cm de diamètre, brun-jaune à brun châtain, sur de vieilles souches de feuillus et parfois sur des arbres encore vivants
  • Polyporus squamosus : Polypore écailleux, chapeau en éventail de 10 à 50 cm de diamètre, écailles brunes sur fond crème, pousse sur feuillus vivants ou morts
  • Phaeolus schweinitzii : Polypore des teinturiers, chapeau de 5 à 30 cm, brun-jaune, pousse sur conifères vivants ou morts, sur les racines ou encore sur les souches

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Polypore des vergers, Phellin du prunier, Phellin des arbres fruitiers, Phellin tuberculeux, Phellinus tuberculosus Polypore des vergers, Phellin du prunier, Phellin des arbres fruitiers, Phellin tuberculeux, Phellinus tuberculosus

en sabot ou léger renflement , plaqué entièrement au supportLe prunier du jardin a offert un printemps fleuri, son feuillage est dense. Mais un coup de vent, léger, et une branche se casse. Puis...

Polypore en ombelle, Poule-des-bois, Liévrot, Polypore fidèle, Dendropolyporus umbellatus Polypore en ombelle, Poule-des-bois, Liévrot, Polypore fidèle, Dendropolyporus umbellatus

en forme de chou-fleur, ramifié en nombreux petits chapeauxParmi les Polypores comestibles de France il en est un remarquable : Le Polypore en ombelle, Dendropolyporus umbellatus, expose sur un...

Polypore soufré, Laetiporus sulphureus Polypore soufré, Laetiporus sulphureus

en consoles imbriquées, de 10 à 30 cm chacuneUn champignon jaune soufre, aux larges consoles tendres imbriquées en étages multiples se détachant sur du bois sombre : Laetiporus sulphureus est un...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Vos commentairesAjouter un commentaire