A LA UNE »
Cake à la carotte

Psathyrelle gracile

La Psathyrelle gracile est un champignon commun, ni comestible ni toxique qui apparaît fréquemment au bord des chemins.

Psathyrelle gracile, Psathyrella corrugis
Psathyrelle gracile, Psathyrella corrugis

Botanique

N. scientifique Psathyrella corrugis
Synonyme Psathyrella gracilis
Chapeau conique, hygrophane, 1 à 4 cm
Hyménium lames, claires puis brunes, ascendantes
Spores sporée brune à noire
Anneau absent
Pied crème, fin, radicant, haut.3 à 12 cm, diam.0,1 à 0,4 cm
Chair fine, blanchâtre
Volve absente
Odeur légère

Habitat et usages

Répartition France, Europe
Périodeété, automne, début d'hiver
Habitatau sol, sur débris organiques, bords de chemins
Confusions possiblesPsathyrella microrrhiza,  Psathyrella pseudogracilis
Toxiciténon comestible
Intérêt culinaireaucun
Usagespropriétés médicinales à l'étude
Psathyrelle gracile, Psathyrella corrugis

Commune, la Psathyrelle gracile, Psathyrella corrugis, appartient à ses champignons que l'on voit mais que l'on ne connaît pas. Ce Basidiomycète de la famille des Psathyrellacées, ni comestible ni toxique, apparaît fréquemment au bord des chemins.

Description de la Psathyrelle gracile

Gracile, élancée, la Psathyrelle gracile est un petit champignon d'environ 10 cm de haut pour 1,5 à 2,5  cm de diamètre. Le chapeau conique, puis campanulé, s'aplanit progressivement. L'humidité modifie fortement ses couleurs, on le dit hygrophane. De brun ochracé, avec des nuances grises, rouges, il devient gris pâle, voire rosâtre, par temps sec. Des stries s'observent, plus marquées vers la marge finement dentelée. De vagues fibrilles sont parfois à noter sur le chapeau, rares restes de voile persistants lors de la croissance du sporophore. Les lames, pâles puis grises, brunes, se caractérisent par un ourlet rouge sur l'arête, fréquent mais discontinu et non systématique. Leur insertion sur le pied est ascendante. Long, fin, le pied est crème à grisâtre, fragile, fibrilleux, et surtout radicant : la racine, ou pseudorhize, est marquée, mais parfois très courte...

La chair blanchâtre, très fine, s'épaissit en son centre, 1 à 2 mm  au plus. Son odeur est légère, sa saveur douce.

Le mycélium, partie végétative invisible, se développe en fins filaments blancs sur les débris organiques.

Détermination de Psathyrella corrugis

Psathyrella microrrhiza, très proche de Psathyrella corrugis, s'en distingue par des vestiges de voile sous forme de petites mèches sur son chapeau, et un ourlet rouge soulignant les arêtes des lames de manière continue. Psathyrella pseudogracilis  lui ressemble également, mais se rencontre rarement, et son chapeau est plus pâle.

Le milieu de vie

Psathyrella corrugis apprécie les sols riches en débris végétaux et animaux de toutes sortes, en forêts mais aussi dans les zones herbeuses, où elle se développe en  groupes plus ou moins denses. Il est courant de l'apercevoir en bords de chemins, allées forestières. Saprophyte, comme toutes les Psathyrella, elle se nourrit  de matières organiques en décomposition. Courante, elle se rencontre  de l'été à l'automne, parfois même en début d'hiver. 

Toxicité ou intérêt culinaire

Non toxique, mais sans goût, à la chair infime, la Psathyrelle gracile n'est pas consommée.

Usages

Les propriétés médicinales de Psathyrella corrugis  sont à l'étude.

Espèces et variétés de Psathyrella

Parmi une centaine d'espèces, on trouvera communément au sol :

  • Psathyrella microrrhiza : commune, au sol, sur débris organiques abondants, sur fumier occasionnellement
  • Psathyrella conopilus, ou Parasola conopilus :  commune, au sol, sur débris organiques abondants, sous feuillus
  • Psathyrella spadiceogrisea : Psathyrelle grisâtre, commune,  au sol, sur débris organiques abondants
  • Psathyrella candolleana : Psathyrelle de De Candolle, commune, au sol, dans l'herbe ou en sous-bois

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Forsythia de Corée, Gaenari, Corail doré, Forsythia koreana Forsythia de Corée, Gaenari, Corail doré, Forsythia koreana

Forsythia koreana, le forsythia de Corée est une autre espèce de mimosa de Paris, petit et plus gracile, mais surtout qui existe en quelques superbes variétés. Très robuste, il se[...]

Glaïeul d'Italie, Glaïeul des moissons, Gladiolus italicus Glaïeul d'Italie, Glaïeul des moissons, Gladiolus italicus

Gladiolus italicus, le glaïeul des moissons, fait partie des quelques espèces de glaïeuls européennes, indigènes de France. Gracile et élégant, il est rustique et supporte les sols frais, facile...

Famille des Psathyrellacées / Psathyrellaceae Famille des Psathyrellacées / Psathyrellaceae

Famille complexe, récemment remaniée, les Psathyrellacées regroupent des espèces communes, connues, mais rarement identifiées car non récoltées. Coprins, Psathyrelles, Parasola... se mêlent dans...

La colombe La colombe

La colombe est le nom que l'on donne dans le langage populaire à de nombreuses espèces d'oiseaux de la famille des Columbidés, pourvu qu'ils soient blancs. C'est le cas de[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire