Le Daisugi, une technique étonnante

Non il ne s'agit pas du nouveau sport à la mode, mais bien d'une technique de taille et d'exploitation forestière un peu particulière nous venant du Japon. Visuellement surprenante, elle n'en est pas moins ingénieuse !

Des arbres taillés à la Daisugi à Ryōan-ji
Des arbres taillés à la Daisugi à Ryōan-ji

Le daisugi, où l'art de l'exploitation minimaliste

Au japon, il existe un bel arbre, localement nommé 'Sugi'. Il s'agit d'un conifère pouvant atteindre 60 m de hauteur pour un tronc de 4 m de diamètre. Cryptomeria japonica, le cèdre du Japon, encore nommé 'Cèdre Kitayama' du nom de la province où il pousse, est très souvent planté auprès des temples. Son bois entre dans la construction de poteaux décoratifs ou de structures dans les maisons de thé. Apprécié pour sa couleur brun/rose au grain fin et pour son parfum, il est très prisé depuis des siècles au Japon dans les travaux d’ébénisterie.

Pour pousser, ce bel arbre a besoin à la fois de pluie fréquentes et d'un climat doux, d'une altitude comprise entre 200 et 1100 m, et d'un sol fertile et léger. C'est ainsi qu'il se plaît sur les collines aux environs de Kyoto où il est exploité en sylviculture. Cependant, cette exploitation n'a rien de commun avec les exploitations classiques puisqu'elle est réalisée en hauteur afin de produire un maximum de bois sur un minimum d'espace, le tout en coupant très peu d'arbres.

Naissance d'une idée

Comme nous l'avons vu, le cèdre du Japon requiert des conditions climatiques très particulières pour bien pousser, et les forêts dans lesquelles il était exploité étaient trop étroites pour une plantation massive. Il a donc fallu trouver une solution ! Nos amis japonais toujours très réfléchis, décidèrent d'exploiter la verticalité en privilégiant une pousse démultipliée, en hauteur, rentable sur des décennies, plutôt qu'un système classique de plantation/abattage qui aurait pris trop d'espace et de temps. C'est ainsi que naquit la fameuse technique du 'Daisugi' vers 1400 après JC, au milieu de l'ère Muromachi.

Quelle est la technique de taille employée dans le Daisugi ?

Le 'Daisugi' ou 'Dai sugi' est une méthode de production constante de branches verticales et très droites sur le support naturel du cèdre qui est taillé afin de produire du bois sur près de 200 ans sans jamais être abattu. Cette taille donne une forme très particulière à l'arbre dont la large base touffue au dessus du tronc laisse surgir des branches aussi verticales que droites.

  • L'arbre commence à être taillé 5 à 6 ans après la plantation afin de lui donner sa forme de support de culture nommée en japonais "Toriki". Les branches basses sont conservées autour du tronc, alors que seulement trois ou quatre branches supérieures sont laissées au sommet, les autres sont élaguées.

  • La deuxième taille est effectuée deux ans plus tard lorsque l'extrémité des branches supérieures atteint un diamètre 3-4 cm. Il est temps de supprimer tous les départs de tiges latérales pour obtenir des branches verticales et lisses. Seul le toupet sommital est laissé sur chaque branche.

  • Cette taille intervient ensuite tous les deux ans avec des instruments traditionnels afin de donner cette forme si caractéristique aux cèdres.

Il faudra environ 20 ans pour que les branches soient exploitées, ce qui peut paraître long. Cependant, en multipliant les supports et en échelonnant les plantations, il est possible de produire du bois très régulièrement d'autant que chaque sujet planté est apte à assurer une belle production sur 200 à 300 ans sans jamais être abattu. Ensuite, l'arbre perd de la vigueur et devient moins productif bien qu'il puisse vivre encore longtemps comme l'atteste le vénérable Cryptomeria japonica du sanctuaire de Misaka à Nagano dont l'âge est estimé entre 1500 et 2000 ans.

Tout cela ne vous rappelle rien ?

Cette technique de production à partir de la base d'un arbre est aussi adoptée en Europe, sous la forme de 'Trognes', ces arbres taillés depuis le Moyen-âge afin de produire sans toucher à la souche, du fourrage pour les animaux, de la matière première pour les travaux de vannerie, la création de petits objets ou le bois de chauffage.

En ces temps reculés, les arbres appartenaient aux seigneurs, il était interdit aux paysans de les couper mais ils pouvaient les émonder tous les 5 ans et ainsi obtenir une production renouvelable sur une longue durée.

Chaque région privilégiait une essence bien particulière selon le climat ou le matériau recherché et ce, jusqu'au milieu de XXe siècle. Saule pour la vannerie, charmes, châtaignier ou chênes pour le bois de chauffage, tilleuls, peupliers ou platanes dans les alignements urbains, mûriers dans les zones d'élevage des vers à soie...

'Têtard', 'Ragosse', 'Candélabre', 'Tête de chat' : autant de formes qui constituent les célèbres trognes tombées un peu en désuétude mais étudiées dans le milieu de l'agroforesterie de nos jours pour leur intérêt majeur dans la valorisation de la biodiversité ainsi que dans la production de biomasse favorable aux cultures.

Le daisugi version ornementale

L'architecture traditionnelle au Japon commence a disparaître au profit de structures plus modernes ; les restrictions de la loi de protection contre les incendies sur les bâtiments a impliqué une forte diminution de la demande en bois de Sugi. La production est actuellement équivalente à 1/3 de ce qu'elle était à son apogée, c'est pourquoi le Daisugi prend place dans les parcs et jardins pour un usage strictement ornemental.

Seul bémol : le pollen très allergisant de ce conifère auxquelles toutes les narines ne devront pas être exposées !

Lire aussi
Le local technique de la piscine Le local technique de la piscine

Véritable coeur de votre piscine, le local technique accueille tous les équipements nécessaires au bon fonctionnement et au traitement de l'eau de votre bassin. Plusieurs critères sont à prendre...

Les 3 sœurs, une technique de culture ancestrale Les 3 sœurs, une technique de culture ancestrale

Venant d'Amérique où les indiens la pratiquaient de manière empirique, la technique 'des trois soeurs' associe des plantes compagnes installées en harmonie sur la même parcelle pour améliorer les...

La technique de la culture in vitro La technique de la culture in vitro

Dominique MENARD des pépinières André BRIANT nous présente la technique de culture in vitro en laboratoire.

Les ollas, une technique d'arrosage ancestrale Les ollas, une technique d'arrosage ancestrale

Technique d'arrosage ancestrale et très efficace, l'olla permet d'alimenter les plantes en eau directement au niveau des racines. Écologique, économique, elle n'a que des avantages. Découverte...

Vos commentairesAjouter un commentaire