Restio

Restio, Thamnochortus insignis
Restio, Thamnochortus insignis

Botanique

Nom latin  : Thamnochortus insignis
Famille  : Restionacées
Origine  : Afrique, le Cap
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : brune
Type de plante : feuillage décoratif
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 1,5 à 3 m

Planter et cultiver

Rusticité  : peu rustique, jusqu'à -7°C
Exposition  : ensoleillée à ombre légère
Type de sol : drainant
Acidité du sol  : légèrement acide à légèrement basique
Humidité du sol  : frais à sec
Utilisation : ornemental en massif, en isolé, fabrication  des toits de chaumes
Plantation, rempotage : printemps
Maladies et ravageurs : peu de problèmes si les conditions de culture sont bonnes

Thamnochortus insignis est une plante vivace persistante d’origine africaine appartenant à la famille des Restionacées. Les Restionacées, appelés globalement restio, comprennent une trentaine de genres dont certains sont cultivés pour produire le chaume des toits. Une autre espèce belle de restio, connue et cultivée pour ses qualités ornementales, est Elegia capensis. Bien qu’ayant un port proche de celui des graminées et fleurissant en épi, Thamnochortus insignis s’apparente davantage aux Joncs.

Rarement cultivée, Thamnochortus insignis arbore une silhouette magistrale et apporte une étonnante présence dans le jardin.

Description de Thamnochortus insignis

Ce restio se développe à partir d’un rhizome et forme une touffe dense et compacte. Ses nombreuses tiges, fertiles ou stériles, s’élèvent en un faisceau raide et graphique jusqu’à 2 m de hauteur environ. Les tiges vertes, légèrement bleutées sont partiellement couvertes de feuilles engainantes rougeâtres. Il n’y a pas de limbe, la photosynthèse est assurée par les tiges. Cette plante vivace se développe sur plusieurs années. La première année à partir d’un semis, elle ne fait que des tiges stériles, fleurit dès la deuxième année, puis s’étoffe ensuite. Après 3 années, la plante s’élargit en dôme, car les plus anciennes tiges s’affaissent en éventail.

Thamnochortus insignis fleurit à la pointe de ses tiges en plusieurs épillets. La plante est dioïque. Elle porte soit des fleurs femelles soit des fleurs mâles. Le sexe ne peut être déterminé qu’à partir de la floraison. Il reste d’ailleurs dans chacune des fleurs des stigmates du sexe éliminé. La pollinisation est donc forcément croisée, assurée par le vent. Cependant, la production de pollen est si abondante qu’il est récolté par les abeilles. Les graines produites ne sont pas toutes viables.

Planter et cultiver Thamnochortus insignis

Ce restio se transplante au jardin au printemps. Il est relativement tolérant pour les sols de ph aux environs de neutre, et qui sont assez drainants. Par contre, il exige d’être dans une situation ensoleillée et aérée : il supporte très bien le vent, mais sera malheureux contre un mur. Bien enraciné, il est rustique jusqu’à -7 °C, mais il gagne sans doute à être protégé lors de son premier hiver.

Le restio Thamnochotus insignis est adapté pour résister à la sécheresse. Il croît dans un climat où le sol est humide (mais non inondé) en hiver et sec en été. Cependant, dans les trois mois qui suivent sa transplantation, il devra être arrosé pour parfaire son enracinement.

Les tiges les plus anciennes pourront être ôtées si l’on veut au printemps.

Multiplier Thamnochortus insignis

Thamnochortus insignis se multiplie par semis. Les graines germent éventuellement en fin d’été si elles sont semées dès leur maturité. Les jeunes plantes seront alors protégées en serre froide ou sous châssis. Elles peuvent être également semées au printemps, lorsque les températures se réchauffent. Pour germer, elles demandent des températures du jour supérieures à 20 °C, mais qui diminuent de 5 à 10 °C chaque nuit.

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire