La feuille, l'élément indispensable à la survie des plantes

Les plantes et les arbres ne sauraient vivre sans feuilles. Grâce aux feuilles, la plante capte et sépare le CO2 pour se nourrir mais aussi synthétise les acides animés. Ces deux actions sont rendues possibles par l'utilisation de la lumière du soleil.

Feuille du nénuphar géant ou Victoria d'Amazonie aussi appelée moule à tartes
Feuille du nénuphar géant ou Victoria d'Amazonie aussi appelée moule à tartes

Chaque plante doit sa survie à un phénomène complexe d'échanges entre l'air ambiant, l'eau du sol et l'énergie de la lumière du soleil. La feuille est au cœur de tous les processus chimiques vitaux. La plante active ses échanges chimiques grâce à l'énergie du soleil. Pour fabriquer des glucides, la feuille capte le CO2 de l'air.

Le « captage » se fait par l'intermédiaire de pores microscopiques appelées stomates situés en dessous des feuilles par millions. Les stomates aspirent l'air et l'envoient dans la sève. Lorsque les molécules de CO2 entrent en contact avec l'eau de la sève, elles se cassent naturellement d'une part en molécules d'oxygène que la plante rejette et d'autre part en molécules de carbone que la plante conserve. Les molécules de carbone associées à l'hydrogène de l'eau se transforment en glucides. Ces éléments nutritifs sont stockés dans le tronc pendant l'été pour mieux faire face à la demande énergétique nécessaire à la fabrication de nouvelles feuilles au printemps. Une partie de cette manne de glucides est conservée pour constituer les cellules du bois du tronc ou de la tige.

Outre la fabrication des glucides, la feuille est l'outil dédié à la synthétisation des acides aminés. La feuille est aussi à la base de la circulation de la sève dans la plante par l'effet de l'évapotranspiration. Lorsque la lumière est intense dans la journée, les stomates s'ouvrent au maximum pour capter le CO2 mais aussi rejeter de l'eau en abondance. Cette perte d'eau par les feuilles crée une force de succion qui a pour effet de faire monter la sève des racines.

L'évapotranspiration permet à la plante de puiser dans le sol les éléments nutritifs qui la font vivre. Pour faire fonctionner son « usine chimique », la plante utilise l'énergie de la lumière du soleil selon le procédé complexe de la photosynthèse. Ce procédé se base principalement sur les pigments photosynthétiques de la chlorophylle (la couleur verte des feuilles). Le vert de la chlorophylle sert de catalyseur d'énergie dans la réaction produisant les glucides. En effet, pour casser les liaisons du gaz carbonique et de l'eau d'une part et créer les liaisons entre les molécules de glucose, il faut de l'énergie. La photosynthèse transforme ainsi l'énergie solaire en énergie chimique.

Lire aussi
Feuille de rhubarbe herbicide gratuit Feuille de rhubarbe herbicide gratuit

Après avoir fait vos confitures avec les pétioles des feuilles de rhubarbe ne mettez pas la partie molle et verte de la feuille au terreau mais utilisez la comme paillage[...]

Physocarpe à feuille d'Obier, Physocarpus opulifolius Physocarpe à feuille d'Obier, Physocarpus opulifolius

Le physocarpe à feuille d'obier est un excellent arbuste ornemental décliné dans toutes sortes de feuillage coloré. Il est particulièrement tolérant et facile à vivre.

Eupatoire arbustive, Eupatoire à feuille de troène, Eupatorium ligustrinum Eupatoire arbustive, Eupatoire à feuille de troène, Eupatorium ligustrinum

Eupatorium ligustrinum est une espèce d'eupatoire arbustive au feuillage persistant. Eupatorium ligustrinum appartient à la grande famille des Astéracées. L'eupatoire à feuille de troène, est...

La serfouette, instrument indispensable au jardin La serfouette, instrument indispensable au jardin

Découvrez la serfouette et son histoire

Vos commentairesAjouter un commentaire