Pourquoi les feuilles tombent en automne ?

Pourquoi les feuilles tombent en automne ?
Pourquoi les feuilles tombent en automne ?

La question peut faire sourire, mais qui ne se l'ai jamais posé ? Et elle en amène une autre : pourquoi certains arbres comme les conifères ne perdent pas leurs feuilles ? Tour d'horizon scientifique !

La nature est décidément bien faite, et la chute des feuilles en automne en est la parfaite illustration ! En effet, si la plupart des arbres perdent leurs feuilles en automne, ce n'est certes pas par caprice mais par nécessité. Le mécanisme de la chute des feuilles est vital pour l'arbre qui met ainsi en oeuvre une mesure de protection naturelle contre les grands froids à venir.

Pour mieux affronter les frimas, l'arbre doit se mettre au ralenti. Tout ce qui brûle de l'énergie est de fait sacrifié. Le tronc, les branches et les racines bien isolés du froid par l'écorce et la terre ne consomment pratiquement pas d'énergie pour subsister. Les feuilles elles par contre consomment de l'énergie en pure perte puisqu'elles ne résisteront pas au froid. L'arbre par souci d'économie coupe donc les vivres à ces feuilles dépensières.

Le signal est donné lorsque les températures se rafraichissent et que les jours s'écourtent. Les feuilles munies de capteurs envoient à l'arbre l'information en produisant un surplus d'éthylène. L'arbre sent que le froid va revenir et il sécrète une ribambelle de petits bouchons de liège qui arrivent dans les pédoncules des feuilles pour couper la sève.

Pourquoi les feuilles tombent en automne ? Les feuilles privées d'eau et de sels minéraux ne peuvent plus produire de chlorophylle par le mécanisme de la photosynthèse. Elles changent de couleur peu à peu en perdant le vert qui masquait le rouge et le jaune d'origine. Quand elles deviennent trop faibles, elles sèchent et tombent naturellement au premier coup de vent. Les cicatrices qu'elles laissent sur les branches sont rapidement colmatées par une fine couche de liège isolante.

L'arbre ainsi calfeutré peut dès lors concentrer sa sève sur ses organes vitaux pour mieux supporter les aléas du climat. Ce mécanisme naturel se vérifie chaque automne dans toutes les régions soumises à des variations bien tranchées de température au gré des saisons.

Certains arbres comme les conifères sont mieux armés contre le froid. Leurs feuilles ne sont pas tendres et fragiles comme chez les autres arbres puisqu'elles sont recouvertes d'une fine couche de cire isolante. A cette super-isolation s'ajoutent des substances particulières qui permettent à la feuille de mieux résister au froid. Les feuilles étant protégées naturellement, elles ne sont plus considérées comme des dévoreuses d'énergie. L'arbre les conserve donc puisqu'elles ne l'empêchent pas de se mettre en régime ralenti d'hiver.

Lire aussi
Conserver les plus belles feuilles d'automne Conserver les plus belles feuilles d'automne

En automne la nature s'embrase de mille couleurs. Le spectacle, d'une absolue beauté, est alors saisissant. Pour faire perdurer le moment pourquoi ne pas conserver les plus belles feuilles et les...

Primevère à feuilles dentelées, Primevère de l'Himalaya, Primula denticulata Primevère de l'Himalaya, Primula denticulata, Primula cashmeriana

La Primevère denticulée, Primula Denticulata, est également connue sous le nom de primevère de l'Himalaya. Comme son nom l'indique, elle fait partie des primevères asiatiques qui trouvent leurs...

Faux trèfle à quatre feuilles, Oxalis deppei Faux trèfle à quatre feuilles, Oxalide à quatre folioles, Oxalis deppei

L'oxalis deppei, que l'on nomme souvent trèfle à quatre feuilles ou faux trèfle à quatre feuille, en raison de ses feuilles à 4 folioles, trouverait ses origines au Mexique. Il s'agit d'une plante...

Statice sinué, Limonium à feuilles sinuées, Limonium sinuatum Statice sinué, Limonium à feuilles sinuées, Limonium sinuatum

Le statice sinué, appelé également Limonium à feuilles sinuées, se rencontre parfois dans la nature, en Provence. Vivace dans le midi, il se cultive essentiellement comme une plante annuelle, là où...

Vos commentairesAjouter un commentaire