L'hêtre, un arbre à l'élégante noblesse

La forêt de hêtres accompagne l'homme depuis des millénaires. Ses noms, fau, fayard, fouteau, fouillard, résonnent à l'ombre de nombreux lieux-dits. Partons à la découverte de cet arbre à l'élégante noblesse.

Des hêtres en automne...
Des hêtres en automne...

Un arbre de l'ombre

Le hêtre commun, Fagus sylvatica, apprécie l'humidité et la fraîcheur de la montagne, des régions Nord ou subatlantiques, l'ombre de ses confrères... Présent dans nombre de forêts françaises, il s'impose parfois dans des hêtraies exclusives, ou s'associe avec le chêne, le frêne, le sapin, parfois l'épicéa. Adapté à tout type de sols, profond des vallons, superficiel sur des roches affleurantes, il montrera quelques réticences pour l'acidité. Arbre remarquable de nos forêts, le hêtre doit sa réputation à son altière beauté, à ses qualités de bois de chauffage, mais aussi à ses petits fruits comestibles, ses propriétés médicinales enfouies dans nos mémoires, ses utilités variées et ses légendes oubliées.

Recettes de hêtre

« Le gland du hêtre », nom commun de la faîne du hêtre, rappelle le temps où les cochons étaient nourris des fruits de la forêt, sous les chênaies ou hêtraies. Mais ce petit fruit triangulaire apprécié par les animaux domestiques, et sauvages, n'est pas dédaigné par l'homme. Décortiqué et croqué cru, il est agréable. Torréfié à la poêle, sa saveur n'en est que meilleure. Sa consommation doit toutefois rester limitée, en quantité les effets secondaires sont avérés. Les chevaux y seraient particulièrement sensibles. Si la faîne se picore, son huile extrêmement réputée en son temps est d'excellente qualité, sans principes actifs toxiques. Seul souci : l'irrégularité de la production, les hêtres fructifiant irrégulièrement, 2 à 3 ans peuvent passer sans fruits...

En d'autres temps, pendant les périodes de disette, faînes bouillies et écorce séchée étaient broyées et mêlées à l'orge ou à l'avoine.

Propriétés médicinales

Si le chêne mérite attention pour ses multiples propriétés médicinales, parfois oubliées, le hêtre reste discret, dans l'ombre thérapeutique de son confrère. Ses feuilles étaient autrefois prescrites comme détersives et astringentes, son écorce serait également astringente. Elle fut comparée au quinquina pour ses actions fébrifuges, récoltée sur les jeunes rameaux de 2 à 3 ans. Du goudron de bois de hêtre est issue la créosote, antiseptique et désinfectante, plus utilisée pour les boîtes entomologiques qu'à but thérapeutique, étant actuellement considérée nocive. Le charbon de hêtre serait bactéricide et antituberculeux. Les bourgeons sont utilisés en gemmothérapie, ils pourraient jouer un rôle dans le fonctionnement du rein.

Utilités du hêtre

Le hêtre s'adapte facilement à des milieux différents, mais son bois s'en trouve changé. Ses couleurs et ses propriétés varient selon l'habitat, les sols calcaires de plaine favoriseront un bois clair, blanc jaunâtre, facile à travailler, cependant que les sols siliceux des montagnes verront pousser un bois plus dur, nerveux, virant sur le rosâtre et même rougeâtre, plus difficile à ouvrager. Les utilisations sont multiples, meubles, pâte à papier, panneaux de fibres, planchers et lambris, objets se travaillant au tour, rames, pelles, outils agricoles, seaux. Les sabotiers le plaçaient comme meilleur bois après le noyer. Peu résistant aux intempéries, il doit être traité pour durer. Ainsi enduit de créosote, son propre goudron, il s'alignera aux côtés du chêne pour servir de traverses de chemin de fer.

S'il se travaille bien, excepté en bois de charpente, le hêtre a surtout une solide réputation de bois de chauffage, de même pour son charbon.

Autrefois, les feuilles d'automne, douces, remplissaient des sacs de toile qui faisait office de matelas, à l'égal de la fougère séchée.

Quelques histoires...

Port élancé et majestueux, écorce lisse et brillante, somptueuses couleurs automnales... Le hêtre serait de la noblesse des arbres, porteur de douceur, de la connaissance féminine. Il évoque une forte vitalité, une puissance qui viendrait des pierres qui se mêlent à lui lorsque les lichens les couvrent tous deux. S'il supporte mal la foudre et la solitude, différent en cela du chêne, il symbolise l'entraide, la forêt unie.

Les vertus magiques de la baguette de hêtre, divinatoire si besoin mais aussi capable de paralyser les serpents, sont encore citées par quelques Anciens.

Le hêtre était utilisé en petits bâtons par les Germains pour écrire leur alphabet, les runes, son nom se retrouve d'ailleurs dans le vocabulaire littéraire allemand.

Arbre de la fraîcheur, familier de nos forêts, de nos parcs où se dressent les majestueuses silhouettes des hêtres pourpres, le hêtre va t-il pouvoir s'adapter au réchauffement climatique ?

Lire aussi
Hêtre commun, Fayard, Fagus sylvatica Hêtre commun, Fayard, Fagus sylvatica

Avec le chêne, le hêtre est le plus populaire des arbres de France. Reconnaissable à son feuillage dense et à son écorce gris clair, son bois rougeâtre, il est majestueux.

Arbre au caramel, arbre pain d'épice, arbre à gâteaux, katsura, Cercidiphyllum japonicum Arbre au caramel, arbre pain d'épice, arbre à gâteaux, katsura, Cercidiphyllum japonicum

L'arbre au caramel est un très bel arbre qui fait parti des grands classiques dont les amateurs ne sauraient se passer. Les feuilles caduques, de 5 à 10cm de long sont[...]

Arbre à miel, Arbre aux abeilles, Arbre aux cent mille fleurs, Tetradium danielii Arbre à miel, Arbre aux abeilles, Arbre aux cent mille fleurs, Tetradium danielii

Tetradium danielii est un arbre haut de 5 à 10 m en culture, mais de parfois plus de 15 m dans son aire naturelle. Il est caractérisé par un tronc assez bas[...]

Clavaire chou-fleur, Galinette, Pied de poule, Poule du hêtre, Ramaria botrytis Clavaire chou-fleur, Galinette, Pied de poule, Poule du hêtre, Ramaria botrytis

Délicate structure aux rameaux s'affinant le long d'un arbre minuscule de 15 cm de haut, aux couleurs claires et vives, une forme corallienne se détache sur les fonds sombres des[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • CorinneAkTosi (Poitou)
    Un très bel article. C'est vrai que quelques images auraient été profitables mais on ne s'ennuie pas en lisant le texte qui apporte beaucoup de détails et autant de découvertes. Je suis en train de commencer une forêt gourmande et j'ai planté plusieurs hêtres, plutôt pour la beauté de leur feuillage, surtout à l'automne, c'est ce qui m'a incitée à lire l'article. Merci donc pour toutes ces précisions.
    Répondre à CorinneAkTosi
    Le 06/01/2021 à 12:00
  • JML (Grande Aquitaine)
    Pour ceux qui ne connaissent pas suffisamment les arbres, je pense qu'il était souhaitable de montrer une feuille.
    Répondre à JML
    Le 02/01/2021 à 17:22