Stephan DUBEZ, fondateur du réseau "Terre des arbres"

Stephan DUBEZ, fondateur du réseau "Terre des arbres"
Stephan DUBEZ, fondateur du réseau "Terre des arbres"

Stephan DUBEZ, fondateur du réseau "Terre des arbres" répond à nos questions

Bonjour Stephan, pouvez-nous présenter votre société "Terre des arbres" ?

Terre des arbres regroupe au sein d'un réseau national spécialisé dans les domaines de l'aménagement de l'espace, des jardiniers, paysagistes, écologues qui travaillent de manière indépendante. Les indépendants sont salariés de Terre des arbres, nous utilisons le système du portage salarial et celui des services à la personne pour les missions d'entretien.

Terre des arbres est un concept résolument novateur dans ce domaine. Nous répondons parfaitement à la demande des indépendants qui n'ont pas envie de s'embéter avec les démarches administratives d'une société qui en France sont particulièrement contraignantes. Nous traitons aussi l'aspect communication de nos intervenants qui ont besoin de faire reconnaître leurs compétences et leurs savoir-faire.

Pourquoi ce nom évocateur Terre des arbres 'la nature à portée de main' ?

Terre des arbres

Le nom d'une société est important. Il doit être retenu facilement. je voulais aussi qu'il évoque immédiatement quelque chose de positif. J'ai réfléchi longtemps à ce nom. Le jardin est un espace de détente, de rêverie, c'est une des missions d'un paysagiste : arriver à faire rêver. Terre des Arbres évoque à la fois, la terre nourricière que l'on travaille parfois durement et notre Terre si précieuse, si rare que l'on doit protéger. Les arbres sont les éléments les plus structurants du jardin, les plus grands être vivants de la planète... Un nom qui évoque le rêve, la préservation de la planète, la terre et le végétal... Je suis arrivé à Terre des Arbres. Je n'ai toujours pas trouvé mieux...

Peu après avoir trouvé ce nom, un livre magnifique sur les arbres dans le monde est sorti avec le même titre (Terre des arbres de Rudolf Whitman). Celà m'a conforté dans mon choix. La nature à portée de main, évoque le portage salarial, un concept de travail innovant que ne cesse de se développer et qui va révolutionner la façon de voir et concevoir le travail dans les années à venir. De main, évoque le travail manuel et le futur. Il est évident que notre nom apporte une valeur ajoutée à nos intervenants.

Qui sont les intervenants de votre réseau, combien sont-ils ?

Des jardiniers, paysagistes, écologues, architecte DPLG... Nos membres ont des compétences complémentaires, ils travaillent parfois ensemble sur des chantiers, ceux que l'un ne sait pas faire ou n'a pas envie de faire, un autre peut lui donner un coup de main ! C'est tout l'intérêt du réseau, permettre à des indépendanst de ne plus être seul. C'est aussi une de leurs motivations pour entrer à Terre des arbres. Groupés, on est aussi beaucoup plus fort que tous seul. Nous jouons l'effet des économie d'échelle dans les négociations avec des partenaires. Nous avons commencé le recrutement debut juillet, nous avons 2 mois plus tard plus de 50 intervenants indépendants dans toute la France. Et ce n'est qu'un début...

Pouvez-vous nous décrire votre démarche environnementale ?

Elle repose sur deux piliers : Premièrement, l'engagement de nos intervenants qui ont pour mission de conseiller les techniques les plus respectueuses de la nature et de l'environnement. Il faut savoir que chaque année 8000 tonnes de produits phytosanitaires sont dispersées dans les jardins de particuliers. Combien de tonnes sont dispersées inutilement, sur un parasite sur lequel la molécule n'a pas d'efficacité, à la mauvaise période, dans de mauvaises conditions d'utilisation, des désherbants surdosés pour plus d'efficacité... Les jardiniers et les paysagistes sont les premiers conseillers jardin. En entrant à Terre des Arbres, ils ont cette mission de conseil et cette responsabilité de professionnel citoyen. Beaucoup intègrent Terre des Arbres avec le sentiment d'enfin trouver une entreprise qui respecte leurs aspirations profondes de respect de la nature.

Deuxièmement, nous nous engageons à reverser 1% de notre chiffre d'affaire pour des actions en faveur de la préservation du patrimoine naturel. Nous voulons être une entreprise citoyenne qui respecte ses salariés mais aussi la nature. Notre entreprise vit de la nature, il me paraît normal d'investir une partie dans sa préservation.

Pourquoi cette démarche ?

J'ai toujours trouvé aberrant l'utilisation qui été faite de la nature en terme d'image. On trouve tout à fait normal de payer des sommes faramineuses pour le droit à l'image d'un sportif, d'une actrice ou des artistes. Par contre les utilisations courantes faites de la nature ou des espaces naturels ne récoltent rien de cette utilisation. A l'heure, ou les ONG qui gèrent des espaces ont du mal à trouver des financements...il serait temps de changer les choses. Nous avons décidé de prendre les devants.

Pouvez-nous détailler votre démarche concrètement avec quelques exemples ?

Les paysagistes ont une influence directe sur la conception des espaces. Le simple fait de conseiller certaines plantes peu gourmandes en eau et bien adaptées au terrain, permet d'économiser de l'eau. L'accueil dans son jardin de certaines plantes nourricières pour les insectes permettent le maintien de la biodiversité comme laisser s'exprimer la végétation locale sur un secteur de son jardin. Un jardin travaillé en partenariat avec la nature demande moins d'entretien donc moins d'energie, moins d'eau. D'un point de vue esthétique, ils peuvent être étonnant de beauté. Gilles Clément avec ses "Jardins en mouvement" et d'autres paysagistes... l'ont bien compris, depuis un bon moment.

Il faut ouvrir et démocratiser cette façon de concevoir les jardins. Les jardins servent souvent de corridor écologique entre des grands espaces naturels. Chaque propriétaire de jardin doit prendre conscience qu'il est gestionnaire d'un petit bout de la planète. On ne peut donc pas faire n'importe quoi avec l'espace dont on est responsable.

Auriez-vous quelques conseils pour nos jardinautes ?

Beaucoup de jardiniers sont aujourd'hui conscients de leurs responsabilités. L'action passe par la connaissance. Nous sommes tous responsables, notre mode de vie, notre facon de travailler, notre façon de jardiner. Avant de faire une action sur laquelle vous avez quelques doutes sur son impact, n'hésitez pas à rechercher les bons renseignements, s'entourer de conseil auprès d'un intervenant Terre des arbres par exemple ou chercher la bonne information ...en celà votre site est d'utilité publique.

Merci Stephan

Lire aussi
Tibouchine, Fleur araignée, Tibouchina urvilleana Tibouchine, Fleur araignée, Tibouchina urvilleana

Le tibouchine est une plante qui vient du Brésil. Courante dans les régions tropicales et subtropicales, où elle peut dépasser 6 mètres de haut, elle aurait été introduite en Europe au milieu du...

Cléome, Fleur araignée, Cleome spinosa Fleur araignée, Cleome spinosa

Le cléome, appelé également fleur araignée, est une belle plante annuelle, originaire des régions tropicales d'Amérique du Sud. Mais on le trouve naturalisé dans d'autres parties du monde, dans les...

Fleur des Elfes, Epimedium grandiflorum Fleur des Elfes,Epimèdre, Epimedium grandiflorum

La fleur des elfes est, très certainement, la vivace de sous-bois que vous recherchiez pour agrémenter un pied d'arbre ou un coin à l'ombre. Il s'agit d'une belle plante couvre-sol que l'on peut...

Oeil de paon, Tigridia pavonia, Fleur de paon, Lis de tigre Oeil de paon, Fleur de paon, Lis de tigre, Tigridia pavonia

L'œil de paon, appelé également fleur de Paon, fleur de Tigre ou lis de Tigre, est une plante bulbeuse, originaire du Mexique ou du Guatemala. Son feuillage est formé de longues feuilles...

Vos commentairesAjouter un commentaire