Inviter la Nature au jardin

Un peu de nature sauvage au jardin, pour la biodiversité
Un peu de nature sauvage au jardin, pour la biodiversité

Cela peut paraître paradoxal de parler de Nature au jardin et pourtant... Un jardin constitue un espace de nature certes, mais maîtrisé, parfois à outrance, par le jardinier qui désire garder son espace tiré au cordeau.

Laissons faire la Nature, elle nous le rendra bien !

Géométrie et Nature

L'homme voulant maîtriser la Nature au sein de ses jardins a, de tous temps, invité la géométrie pour la canaliser. Lignes droites dans les allées, haies taillées à l'horizontale, buisson coniques, croisées des chemin, bassins carrés... Tout est fait pour maîtriser, contenir et contraindre la Nature. Le meilleur exemple se trouve au potager. Qui ne s'est jamais laissé aller à tracer des sillons bien droits, à réaliser des planches parfaitement rectangulaires ou des carrés d'herbes aromatique ? Même les fleurs censées protéger les légumes y sont semées en lignes bien droites !

Certes la géométrie existe dans la Nature, nous en avons l'exemple sous diverses formes notamment chez les plantes dont les graines ou les feuilles reprennent la suite de Fibonacci et l'angle défini par le nombre d'or ! Mais là n'est pas la question...

Laissons entrer la Nature sous sa forme spontanée au jardin

La nature sous sa forme spontanée est souvent réduite à néant au jardin où la chasse aux « mauvaises herbes » et aux « parasites » divers est ouverte à plein temps ! Cependant, ces organismes vivants y ont leur place et leur utilité. Certaines herbes folles offrent le gîte et le couvert à divers auxiliaires du jardinier. Ils y pondent même parfois leurs œufs, alors laissez-leur une place dans votre jardin, par exemple près du tas de compost ou au pied d'une haie car ces plantes toutes simples favorisent la biodiversité.

De même pour les « parasites » qui servent de nourriture à de nombreux autres animaux. En les éliminant de manière chimique, vous détruisez aussi leurs prédateurs et c'est le cercle infernal des traitements à répétitions qui se met en route !

Pour accueillir la nature, laissez pousser les plantes spontanées, vous aurez parfois de belles surprises. Les graminées en sont un exemple, elles donnent du mouvement au jardin et poussent sans entretien. Les ombellifères quant à elles n'ont pas leur pareil pour attirer les papillons et pour aérer les massifs.

Si vous avez la chance de posséder un terrain très argileux voici une idée pour l'exploiter : creusez une marre. Une petite mare suffit à attirer de nombreux animaux et à recréer un espace naturel au jardin. Quelques plantes aquatiques et voilà un écosystème complexe qui va s'implanter dans votre jardin ! Vous serez surpris de voir toutes les espèces animales et végétales qui viendront spontanément coloniser le lieu aussi bien dans l'eau que dans l'environnement direct de la mare.

Non loin de là, pensez à laisser traîner quelques branchages issus des diverses opérations de taille. Les petits animaux présent près de la mare y trouveront alors refuge en hiver !

Lire aussi
Inviter la nature en ville Inviter la nature en ville

En ville la nature a perdu peu à peu ses droits au fil des siècles laissant place à la grisaille de l'asphalte et des trottoirs bétonnés. Quelques îlots de verdure perdurent encore dans les parcs...

La biodiversité au jardin La biodiversité au jardin

Dans le jardin, l'équilibre entre ravageurs et prédateurs repose sur la biodiversité. Pour favoriser la venue des uns et ainsi lutter naturellement contre les autres, il suffit d'un peu...

Favoriser les auxiliaires au jardin Favoriser les auxiliaires au jardin

La bonne santé d'un jardin dépend de nombreux facteurs générant un équilibre indispensable à l'interactivité entre plantes et animaux. Cette diversité biologique va aider le jardinier à lutter de...

Le jardin en mouvement Le jardin en mouvement

Selon le créateur du concept, Gilles Clément, le jardin en mouvement est un nouvel état d'esprit du jardinier qui doit 'conduire à observer plus pour intervenir moins'. La nature occupe donc une...

Vos commentairesAjouter un commentaire