Multiplier un pêcher

Noyau de pêcher de vigne ayant germé au début du printemps
Noyau de pêcher de vigne ayant germé au début du printemps

A la fois ludique et économique, la multiplication du pêcher par semis est une méthode facile à réaliser. Mode d'emploi...

Intérêts de la méthode

Lors de vos récentes vacances, vous avez goûté à une variété exceptionnellement succulente mais n'en connaissez pas le nom ; il vous suffit de conserver le noyau pour un jour pouvoir la cultiver dans votre propre jardin ! De même pour les variétés anciennes, non commercialisées que vous pouvez encore trouver dans le jardin de votre grand oncle ou celui d'un voisin.

Quant aux espèces communes, elles seront parfaites pour obtenir de manière fort simple de beaux portes-greffes qui deviendront une base d'expérimentations fort intéressantes.

Cette méthode de multiplication est facile, économique et ravira les enfants qui pourront participer activement au semis. De plus, certaines variétés vous feront des surprises car le semis n'est pas toujours fidèle, c'est à dire que la plante produite pourra avoir d'autres caractéristiques que la plante mère pour un résultat parfois étonnant !

Comment semer les noyaux ?

Les variétés anciennes donnent généralement des semis fidèles. Choisissez les variétés que vous appréciez pour leurs qualités gustatives ou pour une réussite assurée, une variété qui pousse aisément dans votre région.

En fin d'été, les pêches sont à maturité. Après dégustation, nettoyez le noyau pour en retirer les restants de pulpe. Aidez-vous d'une vieille brosse à dent si vous avez du mal à extraire les filaments.

Laissez sécher ce noyau à l'air libre, à l'ombre, dans un endroit abrité du jardin.

Dans un pot en argile, aménagez un lit de drainage au fond du pot avec des billes d'argiles, des tessons de pots ou des graviers. Ce drain doit être équivalent à environ 20% de la totalité du substrat.

Le pêcher aime les terres à tendance acide le substrat sera donc composé d' ¼  de sable, 2/4 de terre de bruyère et ¼ de terreau.

Disposez le noyau au centre du pot et couvrez-le d'une couche de terre équivalente à sa hauteur puis arrosez.

Installez votre pot à l'extérieur près d'un mur ou même dans un châssis froid. Vérifiez de temps en temps que le substrat reste humide sans toutefois laisser stagner l'eau dans la coupelle.

Germination et formation de l'arbre futur

Après l'hiver, lorsque le froid aura enclenché le processus de germination, vous devriez voir poindre une plantule qui va se développer au cours du printemps.

Rempoter lorsque la plante à plusieurs vraies feuilles dans un mélange composé pour moitié de terreau et pour moitié de terre de jardin à tendance acide. Veillez à bien arroser tout au long de l'été et fertiliser en période de croissance.

La taille de formation de l'arbre n'interviendra que lorsque la tige sera lignifiée en supprimant les feuilles et les branches basales pour ne conserver que la tige principale et donner ainsi une forme allongée à l'arbre futur.

Le printemps suivant le pêcher sera installé en pleine terre et vous pourrez espérer une récolte à partir de la troisième année.

Lire aussi
Multiplier le figuier Multiplier le figuier

Le figuier nous rappelle les vacances en méditerranée où il dégage ses effluves discrets une fois la chaleur plombante de la journée passée. Pour le multiplier, il existe plusieurs méthodes, plus...

Multiplier les primevères Multiplier les primevères

Daniel LAUSON des pépinières BARNHAVEN nous explique la multiplication des primevères Il a deux façons de multiplier les primevères; soit par division, soit par semis. Pour la division, il faut...

Multiplier les plantes Multiplier les plantes

Du semis au marcottage, nombreuses sont les méthodes qui permettent d'obtenir un jardin opulent sans pour autant dépenser des fortunes. Le semis : patience et récompense Le semis est une méthode...

Multiplier le phalaenopsis Multiplier le phalaenopsis

L'orchidée la plus couramment vendue garde son charme et son élégance envers et contre tout. Facile à multiplier à partir des plantules qu'elle émet sur ses tiges, cette plante si rare auparavant...

Vos commentairesAjouter un commentaire