La ranatre, une punaise carnassière dans la mare

Dissimulée dans les herbiers, la ranatre attend patiemment ses proies. Sous les yeux effrayés des enfants qui observent la vie fascinante du monde aquatique.

La ranatre, une carnassière effilée dans la mare
La ranatre, une carnassière effilée dans la mare

La punaise « brindille » des eaux douces

Elle déplace précautionneusement son long corps, 35 mm, sur ses 6 longues pattes, au milieu des plantes aquatiques. L'eau est son élément. Telle une brindille, elle reste immobile, observe son environnement de ses grands yeux ronds. Elle capture ses proies de ses pattes avant transformées en pinces ravisseuses, les transperce de son rostre piqueur et suceur. La ranatre, Ranatra linearis, insecte de la famille des Nepidae, n'est autre qu'une punaise aquatique, dite hétéroptère, redoutable prédatrice des eaux calmes, commune dans toute la zone paléarctique.

Elle respire l'oxygène de l'air...sous l'eau

La ranatre vit, chasse, se reproduit, sous l'eau. Mais ne possède ni branchies, ni membranes respirantes. Alors pour trouver son oxygène elle s'est dotée d'un tuba. L'extrémité de son abdomen se prolonge d'un long tube, constitué de 2 demi-tiges à gouttières, tout aussi long que son corps. Ce siphon respiratoire la lie au milieu aérien, lui permettant d'alimenter son système trachéen en air. Elle préférera mener des affûts à proximité de la surface, pour s'approvisionner régulièrement avec des efforts moindre.

Une carnassière à l'affût

A longueur de siphon respiratoire de la surface, brindille dans les herbes, la ranatre s'installe et ne bouge plus. Elle attend. Insectes aquatiques, larves, petits crustacés, têtards, et même petits poissons, sont de son menu. S'ils passent à sa portée, ses pattes se replient sur la proie, la tiennent en étau, crochet et épine la ferrent efficacement. La suite est terrible pour la prise. Et l'observateur. Voir un petit têtard captif se faire transpercé par le rostre de la ranatre, être prédigéré, puis absorbé par la chasseuse, impressionne, et ne pas appartenir à ce petit monde est plutôt rassurant...

Une nageuse maladroite

Si la ranatre vit sous l'eau, la nage n'est pas vraiment son domaine. Elle préfère se déplacer à son rythme de plante à plante, accrochée avec ses longues pattes, qui d'ailleurs ne sont pas équipées de soies natatoires comme ses cousines les Notonectes et Naucores. Et si elle ne nage pas, ou mal, elle est capable de sortir de l'eau, de se laisser sécher, et... de prendre son envol. Elle déploie ses ailes, d'un beau bleu translucide, et part à la recherche de nouveaux territoires. Etonnante, elle dévoile alors un abdomen rouge du plus bel effet, inattendu sous ses couleurs jaunâtres.

Mâles et femelles , rencontres aquatiques

La reproduction des ranatres se déroule au printemps. La femelle perce les plantes de sa tarière caudale et y dépose des œufs de 2 mm environ, soit dispersés soit à la queue leu leu, selon les plantes choisies ou disponibles. 2 petits filaments aérifères sont visibles à l'oeil nu. A l'éclosion, les petits ressemblent aux adultes, 5 stades larvaires vont se succéder durant 2 mois pour mener à la ranatre de taille définitive. Qui vivra 2 ans environ.

Si la ranatre est impressionnante lorsqu'elle capture ses proies, l'observer se nettoyer délicatement de ses pattes avant, se raidir comme une brindille, déposer une ligne d'oeufs sur un nénuphar, s'envoler toute colorée, est un spectacle dont on ne se lasse pas.

Lire aussi
Une punaise invasive et diabolique Une punaise invasive et diabolique

Elle n'a l'air de rien et pourtant... La punaise diabolique qui ressemble à s'y méprendre à notre inoffensive punaise européenne, n'a pas fini de faire parler d'elle ! Invasions automnales dans[...]

Le dytique, un chasseur impitoyable dans la mare Le dytique, un chasseur impitoyable dans la mare

Une ombre imposante s'élève des profondeurs de la mare, d'une nage souple et rapide. Un Carabe étonnamment grand, à la carapace sombre, perce la surface des eaux, un instant, puis[...]

Le moustique, un buveur de sang dans la mare Le moustique, un buveur de sang dans la mare

Grenouilles, couleuvres, tortues, aucun habitant de la mare n'échappe aux piqûres des moustiques adultes. Mais ils se délectent de leurs larves aquatiques, et peu d'entre elles en réchappent.

La musaraigne aquatique, une souris dans la mare La musaraigne aquatique, une souris dans la mare

Elle sort au coucher du soleil, furète sur les berges tortillant son long museau, plonge dans la mare pour pêcher de petites larves. Discrète, la Crossope passe inaperçue.

Vos commentairesAjouter un commentaire