A LA UNE »
Adopter un âne

Azorelle, Coussin des Andes

Azorelle, Coussin des Andes, Azorella trifurcata
Azorelle, Coussin des Andes, Azorella trifurcata

Botanique

Nom latin  : Azorella trifurcata
Synonymes  : Gummifera bolax, Bolax glebaria
Origine  : Amérique du sud
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : jaune
Type de plante : plante de rocaille, couvre-sol, aromatique
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 5 à 15 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -25°C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : très drainant, pauvre et graveleux
Acidité du sol  : acide à alcalin
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : rocaille, talus, couvre-sol
Plantation, rempotage : automne
Méthode de multiplication : semis, division, bouturage

Azorella trifurcata est une plante vivace alpine originaire d’Amérique du sud. Cette jolie plante couvre-sol au port prostré, qui s’étale en épousant la forme du sol appartient à la famille des Apiacées, c’est-à-dire celle que l’on appelait auparavant les Ombellifères.

L’aspect de cette belle alpine persistante ne rappelle pourtant en rien celle de la carotte sauvage, qui est proche parente. Dans son milieu naturel, l’azorelle couvre des gravières, ou amas rocheux, parfois en altitude, ce qui la rend très rustique.

Description de l’azorelle

Azorella trifurcata forme un coussinet de 5 à 15 cm d’épaisseur fait de nombreuses petites rosettes de feuilles persistantes serrées les un les contre les autres. Les feuilles sont très fermes et épaissies, elles se terminent par 3 à 5 lobes arrondis. La fermeté du feuillage lui donne un toucher particulier, rappelant l’aspect du plastique. Le feuillage est aromatique. Les fleurs apparaissent en minuscules ombelles jaunes au milieu de l’été. Les fleurs sont mellifères et autofertiles. L’azorelle est fécondée par les insectes et produit des graines. Elle est de croissance lente, mais s’étale beaucoup à la longue, capable d’étouffer de petites alpines moins vigoureuses.

Culture de l’azorelle

L’azorelle se plante au printemps dans un sol graveleux très drainant et pauvre. Il est même conseillé de lui aménager un lit de gravier, car un bon drainage est ce qui lui confère sa rusticité. Ielle s’implante également dans une rocaille pierreuse, ou pousse dans les fissures. Il faut lui éviter les apports d’engrais. Azorella trifurcata aime le plein soleil mais supporte la mi- ombre, elle ne peut par contre pousser à l’ombre complète.

Lors de son installation, il n’est pas rare que la plante passe par une phase de jaunissement du feuillage, ce qui rentre dans l’ordre avec le temps et quelques arrosages.

Azorella trifurcata donne un agréable tableau de feuillage ras d’aspect vert et moussu, épousant les formes du terrain, dont il arrondit les angles. Elle est magnifique plantée en nombre pour produire une large plage de coussinets en bosses et creux. Elle est idéal pour végétaliser une pente rocailleuse, qui une fois bien plantée ne donnera plus aucun entretien.

L’azorelle s’adapte également très bien à la culture en potée ou en auge.

Comment multiplier Azorella trifurcata ?

  • Par semis en châssis froid dans un mélange sablonneux. Les graines sont semées dès la récolte. Elles germeront au printemps suivant.

  • Par boutures de rosette au printemps en milieu frais.

  • Par division des plantes au printemps

Le saviez-vous ?

Bolax gumifera et Azorella trifurcata ne sont peut-être pas tant des synonymes que des plantes extrêmement proches, qui définissent 2 espèces différentes. Certains affirment que Azorella trifurcata montre des petites ombelles jaunes, tandis que Bolax gumifera, des ombelles de fleurs verdâtres, néanmoins le reste de la plante est très semblable pour les 2 noms.

L’azorelle joue un rôle écologique important dans son milieu naturel : les coussinets de l’azorelle créent un milieu favorable à la germination d’autres plantes.

Espèces et variétés de Azorella

70 espèces dans ce genre, la plupart originaire des Andes

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire