Châtaignier de Guyane, Pachirier aquatique

Le Pachira aquatica est souvent disponible en jardinerie sous forme tressée

Botanique

Nom latin  : Pachira aquatica
Synonymes  : Bombax aquaticum, Pachira macrocarpa
Famille  : Bombacacées
Origine  : Amérique du Sud
Période de floraison : plutôt en automne/hiver
Couleur des fleurs  : jaune orangé
Type de plante : plante à caudex, pachycaule, arbre-bouteille
Type de végétation : arborée
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 3 à 25 m 

Planter et cultiver

Rusticité  : peu rustique, jusqu'à -2°C
Exposition  : lumineuse, ombre claire
Type de sol : terreau de bonne qualité
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : normal
Utilisation : culture en pot, plante d'intérieur, plante de véranda
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis, bouture

Généralités

Pachira aquatica, appelé couramment pachira ou châtaigner de Guyane est un arbre tropical, couramment cultivé comme plante d’intérieur et appartenant à la famille des Bombacacées ; c’est un cousin des baobabs et chorisias. Il est originaire des forêts pluvieuses d’Amérique du Sud, où ses graines sont d’ailleurs consommées. En Europe, le pachira fait une excellente plante d’appartement en tige, au feuillage luxuriant : le genre de plante que l’on peut conserver avec satisfaction durant des dizaines d’années.

Description du pachira aquatica

Le châtaigner de Guyane fait un arbre au feuillage persistant qui peut dépasser 20 m de hauteur dans sa contrée natale. Ses feuilles sont palmées composées de 5 à 7 grandes folioles lancéolées, vert sombre et joliment satinées. Les feuilles peuvent mesurer entre 30 et 40 cm de large. Son tronc se renfle à la base, à la manière des arbres-bouteilles.

Les fleurs du pachirier aquatique sont rares en culture, mais possibles. Elles mesurent 20 cm de diamètre et sont très exotiques, composées de 3 tépales longs et rigides jaunes ou rouges et d’un grand nombre de très longues étamines plus ou moins rouges ou jaunes. Pollinisées, elles produisent un fruit lignifié à maturité renfermant de petites noix comestibles semblables à des cacahuètes.

En tant que plante d’appartement, le pachira est souvent vendu sous forme de 5 tiges tressées dont la base commence à se renfler. Le feuillage forme une boule portée sur tige, ce qui offre une silhouette très facile à intégrer dans la décoration intérieure. Sa croissance est rapide, et il renouvelle ses feuilles chaque année.

Comment cultiver Pachira aquatica ?

Pachira aquatica se prête parfaitement à la culture en conteneur à l’intérieur. Il demande une exposition lumineuse, mais sans soleil direct et se complait entre 15 et 25 °C. Sa rusticité va cependant jusqu’à de faibles gelées ponctuelles (-2 °C minimum).

Pour le maintenir au mieux de sa forme, il sera installé dans un grand pot, dans un terreau de bonne qualité disposé au-dessus d’un lit de gravier, cela permet une gestion des arrosages plus aisée : une grande quantité de terre permet un équilibre hydrique plus efficace. En effet, s’il se montre tout à fait résistant aux oublis, le pachira sera bien plus exubérant s’il est correctement arrosé. Pour parfaire l’aspect général de l’ensemble, il est intéressant de lui joindre une ou plusieurs plantes compagnes basses solides (fougères, Tradescantia, etc.) qui garnissent la surface du conteneur et en même temps, accentuent l’humidité de l’atmosphère autour du pachirier.

Il sera donc arrosé abondamment, une fois par semaine pendant la croissance et une fois par mois en automne hiver.

Quelques désordres culturaux

  • Lorsque votre Pachira devient dégingandé ou atteint le plafond, il suffit de lui faire une coupe sévère (au printemps), il renouvelle alors son branchage dans le mois qui suit.

  • Lorsque les feuilles sèchent soit il s’agit d’un oubli d’arrosage trop long, soit il est brulé par les rayons directs du soleil.

  • Lorsque les feuilles deviennent trop pales, il a faim : penser à rempoter au printemps prochain et/ou lui donner de l’engrais.

  • Pachira aquatica est le plus souvent délaissé par les cochenilles, lorsqu’il est en bonne santé.

Comment multiplier le pachira ?

Les boutures de tiges vertes s’enracinent assez facilement, aidée d’hormones d’enracinement et à l’étouffée. Le semis est faisable et engendre des plants plus résistants au froid.

Espèces et variétés de Pachira

Pachira glabra est une autre espèce avec lequel il s’est parfois confondu

Lire aussi
Le châtaignier des nonneries à Abbaretz Le châtaignier des nonneries à Abbaretz

Classé 9ème plus vieil  arbre de France, découvrons le châtaignier des nonneries à Abbaretz. Une curiosité qui serait millénaire ou Henry IV serait veny s'y reposer. Le Châtaignier des Nonneries,...

Châtaignier commun, Castanea sativa : fiche botanique Châtaignier commun, Castanea sativa : fiche botanique

Fiche botanique consacrée au châtaignier commun, Castanea sativa Originaire du bassin méditerranéen, le châtaignier est présent dans de nombreuses régions françaises, cependant il est rare dans le...

Cynips du châtaignier, Dryocosmus kuriphilus Cynips du châtaignier, Dryocosmus kuriphilus

Dryocosmus kuriphilus Yasumatsu, un petit Hyménoptère de la famille des cynipidés qui provoque des galles vient d’être découvert en Italie dans la région de Cuneo (Piémont). Il est originaire...

La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

Vos commentairesAjouter un commentaire