Buis

Buis, Buxus sempervirens, le topiaire idéal
Buis, Buxus sempervirens, le topiaire idéal

Botanique

Nom latin  : Buxus sempervirens
Famille  : Buxacées
Origine  : Bassin méditerranéen
Période de floraison : avril
Couleur des fleurs  : crème
Type de plante : arbuste
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : jusqu'à 5 m, de croissance très lente
Toxicité : le buis est toxique, il contient des alcaloïdes provoquant des vomissements, des nausées, des diarrhées et des tremblements

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique
Exposition  : soleil, mi-ombre
Type de sol : sols riches, bien drainés, de préférence argilo-siliceux
Acidité du sol  : normal, calcaire, légèrement acide
Humidité du sol  : normal, sec
Utilisation : haie taillée, bordure
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : bouturage
Taille : au moins une taille en été, utilisez des formes en fil de fer pour les petites scultures végétales
Maladies et ravageurs : la cécidomye

L'art topiaire a vu le jour à Rome, dans la seconde moitié du IIe siècle avant J.-C. Les jardiniers d'ornement, inspirés par le talent des sculpteurs de pierre, ont commencé à travailler les buis, cyprès et lauriers en forme d'animaux sauvages et de figures mythologiques.. C'était l'ars topiaria ou " art du paysage ".

Une discipline artistique qui traverse les siècles

De l'Antiquité au Moyen-âge, de la Renaissance au siècle du Roi Soleil, l'art topiaire a exprimé à travers les siècles la volonté humaine de transformer la nature. Mélange de fantaisie et de rigueur, cet art s'exprime tout autant dans les sages jardins à la française, que les somptueuses villas italiennes ou les jardins anglais les plus extravagants.

Très en vogue en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, cette technique très sophistiquée fut abandonnée aux XVIIIe et XIXe siècles, avant de retrouver les faveurs, depuis une vingtaine d'années, des créateurs jardins les plus reconnus. Les topiaires conviennent, il est vrai, si bien à nos petits jardins de ville.

Mise en scène

Austère ou fantaisie, classique ou moderne, la topiaire sera un élément fort de votre jardin, l'anti-caméléon. Elle donne vie et rythme au jardin, permet au jardinier d'exprimer son talent et de se découvrir sculpteur. Véritable ornement elle apporte chic et architecture. Sa forme définie attire le regard et matérialise la construction du jardin, sans toutefois l'alourdir.

Vous voulez une scène classique ? Optez pour les formes de boules, cônes ou pyramides. Moderne ? Associez quelques topiaires à des plantes un peu folles, graminées, cosmos ou cléomes. C'est aussi la plante de bordure par excellence, que l'on utilise en abondance dans les jardins structurés, pour délimiter des massifs au tracé géométrique. Pour un souffle de fantaisie ou d'extravagance, osez la topiaire sculptée en dauphin, lapin ou licorne ! Votre imagination sera à peu près votre seule limite !

Le buis, un topiaire idéal

Originaire du sud de l'Europe, on rencontre aussi le buis sur les collines calcaire d'Afrique du Nord et d'Asie Mineure. Très apprécié pour sa croissance régulière et plutôt lente, ainsi que pour sa végétation compacte, le buis est la plante la plus prisée pour tous les types de sculptures végétales, des plus simples aux plus complexes. C'est la grande vedette de l'art topiaire, car il se prête à toutes les tailles, même répétées, animalières, géométriques ou fantaisies.

Des balcons chics

En raison de sa croissance assez lente et régulière, les buis réussissent fort bien en pot, et y ont une excellente longévité ce qui contribue aussi à leur succès actuel. On les utilise seuls dans un joli pot de style florentin, pour apporter une note élégante et cossue au décor végétal. Sur un balcon, les formes simples : boule, cône, spirale sont à préférer. De plus, en raison de l'aspect vernissé et coriace de son feuillage, le buis résiste bien à la pollution atmosphérique.

De bons compagnons

Dans les massifs d'arbustes, le buis se comporte comme une plante de structure. Son feuillage homogène et persistant se fond dans la masse, apportant simplement de la verdure en toutes saisons. De ce fait, il est possible d'associer le buis avec toutes les plantes, notamment des espèces à feuillage caduc. Il met très bien en valeur l'opulence des rosiers, la fantaisie des vivaces et des graminées et renforce l'éclat de toutes les floraisons. Un mariage de buis à bordure et de bruyères peut composer un étonnant tapis décoratif et persistant.

On peut aussi planter quelques pieds de buis dans les massifs d'arbustes ou les haies à vocation brise-vent ou écran, car la végétation est très dense.

Aux petits soins

Arbuste très accommodant, le buis ne nécessite aucune intervention particulière pour bien se développer. La plantation ne pose guère de problème, y compris pour les gros sujets, car le buis forme un réseau de racines fines et très ramifiées. Les très jeunes sujets peuvent même être transplantés à racines nues.

Vous gagnerez toutefois à apporter un bon engrais complet (un engrais rosiers par exemple) au printemps. Dans les régions aux étés chauds et secs, un paillis organique (avec du mulch d'écorce, de la paillette de lin, des aiguilles de pin ou des coques de cacao) donne d'excellents résultats.

Le seul entretien consiste à tailler les jeunes pousses pour respecter la forme des bordures ou des topiaires. Cette intervention se pratique deux à trois fois par an. Les buis se taillent bien, dans toutes les formes, ce qui est une de leurs principales qualités. Ils supportent même une sévère taille de rajeunissement en mai, à condition de bien fertiliser par la suite et de pailler le sol pour éviter tout dessèchement. Utilisez des cisailles à lames courtes pour une meilleure précision du travail.

Il supporte des froids intenses, même si les jeunes pousses peuvent griller à la suite d'une gelée printanière, mais ce problème assez spectaculaire sur le plan visuel (décoloration et brunissement) est sans conséquence pour la plante elle-même, qui renouvelle rapidement son feuillage abîmé. Attention en revanche, le buis est très sensible aux désherbants qui provoquent le même type de réaction (décoloration), mais de façon plus durable.

De croissance assez lente, guère plus de 5 à 7 cm chez les jeunes plantes, ensuite environ 10 cm par an. Distances de plantation : de 10 à 20 cm, pour le buis de bordure. 60 cm dans les haies, 1,50 m dans les massifs.

Combien de temps faut-il pour obtenir une sculpture végétale ?

À partir d'un jeune plant de buis, il faut environ cinq ans pour créer une boule ou un cône. Pour une forme plus sophistiquée comme une spirale, il faut compter une dizaine d'années. Les topiaires en formes d'animaux demandent de huit à douze ans pour exprimer toute leur personnalité.

Comment former une topiaire ayant une silhouette d'animal ?

On utilise une armature grillagée évoquant la forme désirée, que l'on installe au-dessus de la plante. Lorsque cette dernière a bien poussé et que ses rameaux traversent le grillage, il suffit de couper tout ce qui dépasse. Certaines topiaires sont également réalisées avec du lierre que l'on palisse sur l'armature rigide.

Combien de temps vit une topiaire ?

Du moment que l'entretien est conduit avec rigueur et persévérance, la topiaire se comporte comme une plante tout à fait normale. Il existe de nombreux sujets plus que centenaires dans les grands parcs à la française.

Qu'appelle-t-on la broderie végétale ?

C'est une culture apparentée à la topiaire, que l'on réalise essentiellement avec du buis. Il s'agit de créer des motifs, non plus dans le plan vertical, mais horizontal pour en décorer des parterres. On retrouve cet art dans les jardins à la française, notamment à Vaux-le-Vicomte ou au manoir d'Eyrignac. La broderie se retrouve dans de nombreux jardins modernes avec une expression simplifiée, à savoir les bordures de buis qui soulignent les massifs.

Le saviez-vous ?

Le genre Buxus appartient à la famille des Buxacées qui comprend six genres, dont le Sarcococca et le Pachysandra arbustes également utilisés dans nos jardins. Les Buxus se déclinent en près de 70 espèces d'arbustes et d'arbres persistants, originaires de tous les continents. Le nom Buxus vient du grec pycknos qui signifie " dense ", en raison de la dureté du bois. Le buis vit très longtemps, jusqu'à 500 ou 600 ans et pousse lentement, ne dépassant pas 5 m de haut.

Le bois du buis, de couleur jaune citron, est d'une dureté remarquable et d'une grande finesse (densité 0,9 à 1,06). C'est d'ailleurs le plus dense de toutes les espèces ligneuses rustiques et le second de tout le monde végétal sur le plan de la dureté (derrière l'ébène). Ce bois est très recherché par certains artisans dont les tourneurs, les graveurs, les sculpteurs, etc. On l'utilisait pour les toupies, les flûtes, les manches d'outils, la gravure sur bois, les tablettes recouvertes de cire sur lesquelles on écrivait, et pour confectionner le maillet des loges maçonniques, où il symbolisait la fermeté et la persévérance.

Les fleurs unisexuées (en général une femelle entourée de plusieurs mâles) jaunâtres ne présentent aucun intérêt ornemental. En revanche, elles sont très appréciées des abeilles.

Le buis est un arbuste persistant dont les feuilles vert foncé vernissé, plus clair dessous, de 1 à 3 cm de long, sont opposées, entières, coriaces, lancéolées ou arrondies. Souvent concaves, elles sont aussi échancrées à leur extrémité. Elles sont portées par des rameaux de section carrée et dégagent lorsqu'on les froisse, une odeur curieuse (ressemblant un peu à celle du pipi de chat).

Dans le langage des fleurs, le buis est le symbole du stoïcisme. Pour les Gaulois, il représentait l'éternité.

Les anglais appellent le buis " box " parce qu'on l'employait pour fabriquer des boîtes destinées à contenir des objets précieux.

Dans les régions septentrionales (au sud c'est l'olivier et les palmes), le buis est la plante dont on fait bénir des pousses une semaine avant Pâques, à l'occasion de la fête des " Rameaux ". Le buis des Rameaux évoque l'immortalité et la résurrection. Durant la cérémonie, il est de coutume de s'exclamer 'Hosanna' (de l'hébreu Hoscha na, sauve-nous), d'où les nom de croix hosannière, croix buissée ou couronne hosannière, donnés aux bouquets des rameaux selon leurs formes.

Les feuilles de buis étaient jadis substituées au houblon dans la fabrication de la bière ou mêlées à celles du Séné. Mais c'était considéré comme un délit, car le buis est toxique. Il contient des alcaloïdes provoquant des vomissements, des nausées, des diarrhées et des tremblements. On l'a d'ailleurs utilisé comme laxatif.

L'Empereur Joseph II d'Allemagne acheta à un charlatan pour 1 900 florins, un remède miracle contre la fièvre, qui était de la teinture alcoolique de buis !

Dans l'Antiquité, le buis était dédié à Hadès, Dieu des enfers et à Cybèle déesse de la Terre, symbole de la fécondité.

En Bretagne, on conserve un rameau de buis toute sa vie dans une armoire et un enfant le dépose sur le cercueil lors de l'enterrement en signe de bénédiction.

Dans le Berry, on accrochait des croix de buis aux portes des maisons et des étables. Dans la plupart des régions, on l'accroche à la tête du lit, comme symbole religieux, mais aussi en guise de porte-bonheur.

Dans le Périgord, un bouquet de buis et de laurier est tenu par les enfants pendant la bénédiction de Pâques. Dans le Midi, il est associé au romarin et à la myrte.

Selon d'anciennes croyances, comme tous les végétaux sacrés, le buis ne doit pas être coupé par un outil en fer, métal impur, mais cassé, pour conserver toutes ses vertus protectrices.

Une légende : quand le Christ mourut sur la croix, les feuilles du buis s'assombrirent et se serrèrent les unes contre les autres. La plante qui se pavanait au sommet du Caucase décida qu'en signe d'angoisse, elle habiterait désormais les collines incultes et pierreuses. Ses branches dans les nécropoles ourleront les allées funéraires et ses rameaux toujours verts évoqueront la triomphale entrée de l'homme Dieu dans les rues ensoleillées de Jérusalem.

Espèces et variétés de Buxus

On cultive essentiellement le buis commun (Buxus sempervirens) qui se décline en très nombreuses variétés.
- À feuilles panachées comme 'Argentea', 'Argenteovariegata', 'Aureovariegata', 'Elegantissima', 'Latifolia Maculata',
- à port pyramidal ('Pyramidalis')
- ou compact tels 'Handsworthensis (le buis d'Angleterre), 'Herrenhausen' ou 'Suffruticosa'.
- 'Rotundifolia' présente des feuilles plus grosses et pousse plus vite que les autres.

Lire aussi
La culture du buis en pot La culture du buis en pot

Arbuste de culture facile et restant toujours bien vert, le buis peut aussi être planté en pot pour orner une terrasse ou un balcon. Cerise sur le gâteau, il supporte la majorité des expositions et...

Conseils de taille et d'entretien des buis Conseils de taille et d'entretien des buis

Florian DUROUSSET de la pépinière bio jardins nous parle de la taille et de l'entretien du buis La taille et l'entretien du buis est réalisé dans le cadre d'un jardin à la française en Bretagne qui...

Les alternatives au buis Les alternatives au buis

Très apprécié depuis des siècles, le buis était jusqu'alors une plante idéale pour les jardiniers amateurs de topiaires ou de bordures taillées au cordeau. De nos jours, il est malheureusement...

Pyrale du buis, Cydalima perspectalis Pyrale du buis, Cydalima perspectalis

La pyrale du buis est un papillon nocturne venu d'Asie il s'agit donc d'une espèce invasive. Elle est classée sur la liste d'alerte de l'OEPP et dévaste les plantations de buis en France depuis...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Acteo (Normandie)
    Évitez d'écrire que "le buis est toxique" puisque c'est un antiviral puissant notamment en cas de grippe et en cataplasme sur des plaies. Quant aux alcaloïdes "provoquant des vomissements" c'est trop générique... La vitamine C en fait partie...
    Répondre à Acteo
    Le 28/09/2016 à 12:18
  • Ldd (Aquitaine)
    Bjr, je ne comprends pas la préconisation (plus haut dans le texte de l'article), de ne pas tailler le buis avec un outil en métal !.."mais cassé" ??? Si quelqu'un pouvait traduire...Merci
    Répondre à Ldd
    Le 07/04/2014 à 10:00
    Piejo (Idf)
    Ce n est pas une préconisation, mais une croyance. Donc continué avec le sécateur.
    Répondre à Piejo
    Le 03/07/2014 à 10:31
  • Marc Vibert
    Pour les mètres en pleine terre quel précotion doige prendre merci
    Répondre à Marc Vibert
    Le 28/05/2012 à 10:20
  • André Jabrillat
    Est-ce que le buis est comestible pour mes anes
    Répondre à André Jabrillat
    Le 02/05/2012 à 13:43
    Fb16 (16240)
    Non ne pas donner pour les animaux mais pour l'homme en décoction pour certaines maladies.
    Répondre à Fb16
    Le 30/07/2016 à 15:57