Onagre arbustif, Oenothère

Onagre arbustif, Oenothera fruticosa

Botanique

Nom latin  : Oenothera fruticosa, Oenothera linearis
Synonyme  : Oenothera linearis
Famille  : Onagracées
Origine  : Etats-Unis : Massachusetts, Michigan, Missouri et Floride
Période de floraison : De mai à septembre
Couleur des fleurs  : Jaune
Type de plante : Fleur
Type de végétation : Vivace ou bisannuelle
Type de feuillage  : Persistant (juste une rosette au ras du sol en hiver)
Hauteur : De 30 à 70cm de haut
Toxicité : Non toxique

Planter et cultiver

Rusticité  : Bonne rusticité, -15°C
Exposition  : Soleil, éventuellement mi-ombre
Type de sol : Indifférent
Acidité du sol  : Neutre à calcaire
Humidité du sol  : Pas d'excès d'eau. Supporte les sols secs mais la floraison risque d'être moins belle
Utilisation : En massif
Plantation, rempotage : A l'automne ou au printemps de préférence
Méthode de multiplication : Le semis est le plus indiqué, en mars en caissette. On peut le diviser en mars. Enfin le bouturage herbacé sur les tiges non florifères marche assez bien, de mai à juillet.
Taille : Les fleurs fanées peuvent être supprimées
Maladies et ravageurs : Taches foliaires et mildiou pour les champignons, mais aussi limaces fréquemment ou pourriture des racines dans les sols trop lourds et surtout humides.

Parmi les à peu près 125 espèces d'onagres, l'Oenothera fruticosa ou onagre arbustif fait figure de valeur sûre dans un massif où l'on veut une belle masse jaune. En effet, peu de vivaces proposent de tels tons de jaunes, allant du vif au plus soutenu.

Cet onagre arbustif produit des tiges dressées, qui poussent parfois un peu fléchies. Ces tiges sont rougeâtres, un peu poilues et bien ramifiées vers le sommet. Ce sommet porte ensuite des grappes de trois à dix fleurs à quatre pétales, de 2 à 5cm de diamètre, en coupe, d'un jaune profond à vif, d'abord enfermées dans des boutons colorés de rouges, ce qui offre un magnifique contraste (surtout avec les tiges en plus).

Les feuilles caulinaires, alternes, vert moyen, sont ovales à lancéolées, mesurent 5 à 10cm de long sur 1 à 2cm de large et ont des bords légèrement dentelés. Les feuilles basales sont plus rondes, oblancéolées à obovales.  

Où et avec quoi planter mon Oenothera ?

L'Oenothera fruticosa est parfait en massif, plutôt à l'arrière plan de vivaces plus basses à floraisons estivales. Les mélanges possibles sont nombreux, mais on privilégiera des associations de teintes dynamiques. Cet onagre apporte déjà un très beau contraste entre ses fleurs jaunes et ses boutons et tiges rouges ; on poursuivra dans la même optique. Ainsi, il sera parfait avec un Cotinus coggygria 'Royal Purple' aux feuilles pourpres, avec un Nandina domestica aux fruits et feuillage rougissant ou avec des vivaces comme Campanula glomerata et ses fleurs bleu violacé soutenu ou l'incomparable Salvia lycioides et sa floraison violette sombre à pourpre profond, où son feuillage très odorant (parfait avec les fleurs de l'onagre).

Histoire et étymologie…

Oenothera qui vient du grec oinos, "vin" et thèra, "chasse aux bêtes sauvages", fait référence aux racines de la plante qui auraient une saveur vineuse ou bien dont la racine, infusée dans du vin, servait à apprivoiser les bêtes sauvages. Cette origine serait du à l'odeur vineuse des racines d'Oenothera biennis.

Son autre nom, onagre, connait une origine relativement proche. Ce nom vient lui aussi du grec, de onagros qui signifie "âne sauvage". Cette plante était aussi régulièrement appelée "herbe-aux-ânes" et même si la raison de cette appellation n'est pas claire, elle recoupe la précédente par le fait qu'elle était peut-être utilisée pour domestiquer certains animaux sauvages (ici un âne).

Fruticosa vient lui du Latin frutex qui signifie "buisson", d'où son nom vernaculaire d'onagre arbustif...

Le saviez-vous ?

  • L'Oenothera fruticosa est une espèce à floraison diurne : une fois la nuit venue les fleurs se referment. Elles n'ont pas une très longue durée de vie, mais leur quantité impressionnante ainsi que leur perpétuel renouvellement, leur permettent une floraison quasi continue de mai à septembre.

  • La fleur dégage également un très agréable parfum.

Espèces et variétés de Oenothera

Le genre comprend plus de 100 espèces
On trouve de nombreuses variétés parmi lesquelles :
- Oenothera fruticosa 'Fyrverkeri', aux feuilles brun pourpre et fleurs rouges en bouton , virant ensuite au jaune
- Oenothera fruticosa 'Hoheslicht', plus petit (environ 60cm) et très nombreuses fleurs jaune vif
- Oenothera fruticosa 'Yellow River', aux tiges rouges prononcé et aux immenses fleurs jaune canari de plus de 5cm de diamètre
- Oenothera fruticosa 'Sonnenwende', aux fleurs jaune éclatant et feuilles rouge pourpré
- Oenothera fruticosa 'Youngii', jaune intense et qui se ressème particulièrement facilement
- Oenothera fruticosa ssp. glauca, aux feuilles plus larges, d'abord rougeâtres puis bleutées, moins poilues et aux fleurs d'un jaune plus clair. On trouve cette sous-espèce dans tout l'est des Etats-Unis.

Nos fiches
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire