Théier, Thé, Camélia de Chine, Camélia arbre à thé

Camellia sinensis est le théier dont sont issus les différents thés. Assez rustiques, certaines variétés d’arbres à thé réussissent bien dans nos jardins, notamment cultivés en climat océanique, pluvieux. Ainsi peut-on produire son propre thé maison.

Fleur du Théier, Thé, Camélia de Chine, Camélia arbre à thé, Camellia sinensis

Botanique

N. scientifique Camellia sinensis
Synonymes Camelia thea, Thea viridis
Famille Théacées
Origine Asie
Floraison étalée toute l'année sauf en été
Fleurs blanc
Typearbuste d'ornement, plante de terre de bruyère
Végétationarbustive
Feuillage persistant
Hauteur1,50 à 3 m en culture / 9 m au naturel

Planter et cultiver

Rusticité rustique, jusqu'à -10°C
Exposition mi-ombre à ombre très claire
Solhumifère et drainant, espèce calcifuge
Acidité acide à neutre
Humidité frais à humide
Utilisationmassif, lisière mi-ombre, isolé, haie, grand pot
Plantationnovembre, décembre
Multiplicationsemis, bouture
Fleur du Théier, Thé, Camélia de Chine, Camélia arbre à thé, Camellia sinensis

Camellia sinensis, le théier ou arbre à thé, est un arbuste ou un petit arbre au feuillage persistant appartenant à la famille des Théacées, où il partage le genre avec nos nombreux camélias à grosses fleurs. L’arbre à thé est originaire d’Asie, mais depuis 3000 ans qu’il est largement cultivé pour faire le thé, il est bien difficile de savoir si un théier est sauvage, cultivé ou échappé des cultures. On ne connaît donc pas précisément le berceau de Camellia sinensis. Cependant, sa zone de prédilection se situe entre 100 et 2000 m, plaine ou en montagne, dans une zone un peu nuageuse, en marge forestière ou dans les fourrés.

Thé vert, thé noir, thé blanc, thé jaune, thé bleu... tous sont issus de cette même espèce Camellia sinensis, qui existe cependant en de multiples variétés, clones, cultivars…

Les théiers sont relativement rustiques et peuvent être cultivés avec succès en Europe notamment en climat océanique : ni trop chaud, ni trop froid et un peu pluvieux.

Description de l’arbre à thé

Camellia sinensis est un petit arbre pouvant atteindre 9 m de hauteur lorsqu’il est âgé et non taillé. En culture, il montre une croissance assez lente, mais il sera surtout taillé, et se limite généralement à 2 m, voire moins en agriculture pour qu’il puisse être récolté facilement.

Camellia sinensis prend la forme d’un petit arbre ou d’un arbuste à multiples tiges basses. Le plus souvent, il est modelé par une taille juvénile, puis régulière ensuite pour l’étoffer, équilibrer ce nombre de branches basses ou éventuellement récolter le thé.

Ses jeunes rameaux sont jaunes, feutrés de gris, les branches de l’année en cours sont rouge violacé avec des poils blancs, et les bourgeons sont pubescents et argentés.

Les feuilles sont alternes, oblongues à lancéolées et acuminées, à la marge finement dentée. Leur limbe est de texture coriace, long de 5 à 14 cm et large de 2,5 à 7 cm.

Les fleurs du théier naissent de l’aisselle des feuilles, solitaires ou groupées par 3. Elles mesurent de 2,5 à 4 cm de diamètre, comprenant 6 à 8 tépales blancs, arrondis en cuillères et de nombreuses étamines jaune pâle d’environ 1 cm.

Ces fleurs sont fécondées par les insectes et produisent ensuite des capsules renfermant 1 ou 2, rarement 3  grosses graines brunes, plus ou moins globulaires, de 1 cm.

Variétés sauvages ou cultivars...

  • Camellia sinensis var assamica peut atteindre 17 m de hauteur, il possède de grandes feuilles. Il est donc plus productif, mais moins aromatique, il donne le thé Assam, dont on distingue au moins 3 variants géographiques naturels. En outre, cette variété est plus subtropicale et bien moins rustique. Elle est cultivée dans le sud de l’Asie.

  • Camellia sinensis var sinensis, est le théier à petites feuilles, considéré comme plus aromatiques et plus savoureux. Ça tombe bien parce que c’est la variété naturelle qui se prête mieux à la culture en Europe.

  • Camelia waldenae, autrefois décrit comme une espèce à part est aujourd’hui considéré comme un variant de Camellia sinensis.

  • de nombreux cultivars ont été sélectionnés en Chine, au Japon, en Inde… et certaines appellations font la notoriété d’une région. Le théier est également cultivé un peu partout dans le monde de manière intensive là où le climat le permet. Le goût du thé est a la fois question de génétique et de terroir, mais aussi en fonction de la préparation qui suit la cueillette.

  • Camellia sinensis ThéOJardin® est un cultivar qui semble particulièrement adapté pour une culture dans les jardins d’Europe. Outre qu’il est assez compact, ne dépassant guère 2 m de hauteur, ce théier est résistant aux maladies et se montre rustique jusqu’à -10/-12°C.

Comment cultiver l’arbre à thé ?

Camellia sinensis vit dans une terre fraîche et drainante, plutôt acide, d’un pH compris entre 4,5 et 7,2. C’est une espèce calcifuge. Si parfois cette plante est dite de terre de bruyère, elle ne peut pas vraiment bien prospérer dans de la terre de bruyère pure, qui est trop pauvre pour elle. Un mélange de terreau, de terre de jardin si elle n’est pas calcaire et de terre de bruyère s’il y a besoin d'acidifier est mieux adapté.

Soigner l’exposition est important

Pour choisir son emplacement, n’hésitez pas à jouer avec l’ombrage des arbres ou arbustes caducs déjà présents dans le jardin.

Le camélia de Chine a besoin d’une exposition ombragée, mais lumineuse ou mi-ombre, sachant que seulement quelques heures de soleil par jour en été lui suffisent. On lui évite le soleil en hiver au lever, responsable des gelées tardives, car le givre peut griller ses jeunes pousses, ainsi que le soleil brûlant à mi-journée de l’été, qui peut lui faire avoir trop soif. Le théier peut par exemple être ombré par le houppier d’un grand arbre non persistant.

Tant qu’à faire, on lui évite aussi les courants d’air glacés en hiver ou desséchants en été : il ne doit avoir ni trop chaud, ni trop froid et aime la pluie.

Son sol doit rester toujours un peu humide, il apprécie donc d’être paillé, soit d’écorces de pin (qui acidifient) soit de débris végétaux, plus nourrissants.

Le camélia arbre à thé doit être transplanté en automne de préférence, sans perturber ses racines. On lui ménage un trou de plantation profond pour accueillir sa racine pivotante. Il sera arrosé régulièrement à l’eau non calcaire durant son premier été.

Camellia sinensis est assez rustique, supportant entre -8 et -12°C selon les cultivars à condition que cette gelée ne dure pas trop longtemps.

Il peut être cultivé en pleine terre, mais aussi dans un grand pot profond, sachant qu’en pot, il est plus sensible au froid. Le drainage du pot est généralement très bon, mais le sol doit rester toujours un peu frais : les arrosages, uniquement faits à l’eau douce, devront alors être rigoureux et un paillage sera bénéfique.

Le récolte des feuilles de thé

La récolte peut démarrer 2 à 3 ans après la plantation.

Les jeunes pousses terminales vertes, généralement le bourgeon et les 2 ou 3 dernières feuilles de chaque pousse sont cueillis : cela explique la beauté des champs de théiers en forme de buisson bas et moutonnant : ils sont perpétuellement taillés.

Les jeunes feuilles sont vert clair avec des poils courts et blancs sur le revers. Les feuilles vert foncé sont plus âgées et ont une composition chimique différente. Par exemple, les jeunes feuilles synthétisent plus de caféine (ou théine).

Selon la vitesse de la croissance, on peut espérer une récolte tous les 15 jours durant la saison de croissance (printemps et été). Avec 1 kg de feuilles fraîches, vous obtiendrez environ 250 g de thé.

On estime qu’il faut environ 5 feuilles par tasses de thé.

La fabrication du thé à partir des feuilles fraîches

Même si ce ne sera sans doute pas un grand cru (mais avec le changement climatique, on ne sait jamais), il peut être très satisfaisant de faire son propre thé à partir d’un buisson de Camellia sinensis de son jardin. Et sans doute après quelques expérimentations, vous obtiendrez un thé maison agréable et dépourvu de tout traitement chimique.

La recette du thé vert 

Le thé vert est préparé à partir de feuilles cuites à la vapeur puis séchées.

Les feuilles sont cuites à la vapeur durant 1 à 2 min (mais pas sous pression), tout de suite après la cueillette : la chaleur interrompt l’oxydation de la sève des feuilles cueillies. Elles sont aussitôt trempées dans l’eau froide pour stopper la cuisson. Vert olive et souples, les feuilles de thé sont roulées puis passées au four 10 à 12 min à 110°C. Elles doivent devenir sèches et cassantes.

La recette du thé noir

le thé noir est préparée à partir de feuilles fermentées puis séchées.

La fermentation peut être faite en étalant les feuilles au soleil pendant 13 à 15 h, jusqu’à ce qu’elles soient très flasques.

Mais une deuxième méthode est possible : les feuilles sont roulées à la main, puis mises à fermenter pendant 3 à 6 heures dans une atmosphère humide. Les feuilles roulées en boule doivent prendre une couleur jaune cuivré et sentir bon.

Si la fermentation est trop prolongée, le thé prend un goût trop acide.

Au bout des 3 à 6 heures, les boules de thé sont défaites pour étaler les feuilles et les faire sécher, soit dans un séchoir ou au four comme pour le thé vert. Elles doivent devenir cassantes et sentir le thé.

Outre la préparation et le séchage, de nombreux autres facteurs peuvent faire varier le goût de votre thé, entre autres :

  • le terroir, soit les conditions climatiques, associés à la nature du sol dans lequel le théier est cultivé.

  • la vitesse de croissance : plus la croissance des feuilles est lente, plus le thé a du goût. Donner des apports d’engrais chimiques à son arbre à thé va dévaloriser son goût. Quand on veut en récolter le thé, il est préférable de le nourrir avec un engrais organique, mais sans excès, ou de simplement lui offrir une bonne couche de feuilles chaque automne.

  • la saison de la cueillette (printemps ou été) influence aussi le goût des feuilles. Et il semblerait que les récoltes tardives de fin d’été sont moins qualitatives.

  • en fonction du génotype de Camellia sinensis, ce qui est important à savoir si on sème le théier. Et c’est pourquoi un plant de variété certifiée peut être intéressant.

Autres usages du théier

  • outre la boisson internationale chaude et revigorante que tout le monde connaît, le théier est une plante médicinale utilisée en Asie depuis plus de 3000 ans.

  • une huile peut être extraire des graines.

  • Le théier fait aussi un bel arbuste ornemental au feuillage persistant et aux fleurs plus discrètes que celles des autres camélias, mais non dénuées d’intérêt et attirantes pour les insectes.

Extrêmement esthétiques, les champs de théiers aux buissons compacts, bas et larges, souvent rythmés par les cheminements des cueilleurs et quelques essences arborées plus hautes qui leur apportent de l’ombrage peuvent être une source d’inspiration pour l’utiliser au jardin : en haie basse, en isolé ou en groupe, en massif, en grosse potée et même en bonsaï. La plasticité du théier permet d’en obtenir un buisson soigné.

Comment multiplier le théier de Chine ?

Semer les grosses graines du théier est amusant 

Camellia sinensis se sème assez facilement à partir de graines fraîches. Les graines sont dures et il est préférable de ne pas les stocker longtemps.

Elles sont trempées 24 heures dans de l’eau tiède dans un verre posé près d’un radiateur ou dans un endroit chaud. Les grosses graines montrent qu’elles se sont imbibées en coulant. Celles qui ne coulent pas sont probablement non viables.

Cela fait, on peut les scarifier  pour accélérer la germination: leur tégument très dur est abrasé sur une toile émeri, jusqu’à l’apparition de la couche inférieure. Elles sont ensuite semées à plus de 20 °C dans un sol acide et drainant. Les graines sont enfoncées et bien couvertes de terre (acide et drainante), chacune dans un pot individuel. La terre est imbibée à l’eau de pluie et doit toujours rester un peu humide par la suite, donc le semis est couvert. Les graines de théier germeront en 1 à 3 mois. Les plantules en feuilles ont besoin d’une luminosité importante sans soleil direct.

Compte tenu de leur racine pivot, les jeunes théiers sont rapidement transplantés dans des pots profonds. Il faut éviter que cette racine ne s’enroule au fond d’un petit pot.

Bouturage du théier

Camellia sinensis reprend aussi à partir de boutures, mais le processus est long : soit à partir de boutures lignifiées à talon au mois de juin, soit à partir de bouture semi-lignifiées et à l’étoffée en juillet-aout.

Le saviez-vous ?

Localement en Asie, il existe d’autres espèces de camélias utilisées pour faire du thé.

Espèces et variétés de Camellia

De nombreuses espèces existantes, dont certaines découvertes il y a peu

  • Camellia japonica, camélia du Japon
  • Camellia sasanqua, camélia à petites feuilles aux nombreux cultivars
  • Camellia reticulata, autre espèce cultivée en ornementale
  • Camellia oliefera, cultivé pour son huile de graines
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Camélia d'automne, Camellia sasanqua Camélia d'automne, Camellia sasanqua

Appelé au Japon camélia d'automne, le Camellia sasanqua est un petit arbre aux fleurs simples, dont les pétales tombent facilement, formant sur le sol un tapis coloré, comme le font[...]

Le camélia ThéOjardin, un théier compact aux feuilles se dégustant en thé Le camélia ThéOjardin, un théier compact aux feuilles se dégustant en thé

En direct des pépinières Ripaud, Damien Ripaud nous fait découvrir une variété de camélia permettant de récolter son propre thé chez soi. Une aubaine pour tous les amateurs de cette[...]

Camélia, Camellia Camélia, Camellia

Si la rose est la vedette de la belle saison, le camélia lui fait écho pendant les longs mois d'hiver. Il se joue alors du froid pour déployer une floraison[...]

Camélia du Japon, Camellia japonica Camélia du Japon, Camellia japonica

Les nombreuses variétés sélectionnées de camélias du Japon sont vigoureuses, de culture facile et à la longue floraison hivernale.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Vivevoix (Paca)
    J'ai planté un Camélia mais ne connais pas sa durée de vie en terre?
    Répondre à Vivevoix
    Le 16/04/2022 à 15:29