Marronnier d'Inde

Aesculus hippocastanum, Marronnier d'Inde, Marronnier commun

Botanique

N. scientifique Aesculus hippocastanum
Origine Nord de la Grèce, Albanie
Floraison mai, juin
Fleurs blanc
Typearbre
Végétationvivace
Feuillage caduc
Hauteurjusqu'à 25 m
Toxicitéfruit toxique

Planter et cultiver

Rusticité très rustique
Exposition soleil, mi-ombre
Solordinaire, bien drainé
Acidité neutre
Humidité normal
Utilisationisolé, grand jardin
Plantationautomne
Multiplicationsemis en automne, séparation des drageons
Sensibilité résitant aux maladies
Aesculus hippocastanum, Marronnier d'Inde, Marronnier commun
Marronnier d'Inde (Aesculus hippocastanum)
Marrons d'Inde, graines du Marronnier d'Inde échappées de leur bogue
Marrons d'Inde de bonne consistance, graines du Marronnier d'Inde, hélas non comestibles !
Marronier d'Inde en fleur dans La Vienne

Le marronnier, introduit en Europe au cours du XVIème siècle (à Paris en 1612), est un grand arbre d'environ 25 mètres de haut et de large, à maturité. Son tronc épais et droit se couvre d'une écorce brune et grisâtre. Lisse et cendré dans un premier temps, il forme des écailles en prenant de l'âge qui, peu à peu, se détachent. Du tronc, partent de nombreuse tiges qui forment un houppier ovoïde et pyramidal, large et touffu.

A la fin de l'hiver, apparaissent les gros bourgeons marron-rouge, visqueux et luisants. Les larges feuilles très reconnaissables du marronnier sont composées et palmées (5 à 7 folioles dentelées). Nombreuses, elles fournissent une ombre épaisse au printemps. D'abord vertes, elle deviennent rousses à l'arrivée de l'automne (voire plus tôt en cas de sécheresse).

Au mois de mai, la floraison ornementale démarre. De multiples fleurs (10 mm) à quatre pétales blancs au cœur rose ou jaune, se regroupent au bout des branches, en pannicules également en forme de pyramides dressées. 7 longues étamines recourbées émergent de chaque fleur. Le pollen des fleurs est très apprécié des insectes butineurs, mais malheureusement source d'allergies pour certaines personnes vivant à proximité des marronniers.

à la fin de l'été, mûrissent les fruits, capsules épineuses vert-jaune contenant une  graine (le marron d'inde), de couleur marron foncé brillant.

Où planter un marronnier ?

Le marronnier demande un bel espace pour s'épanouir correctement. On le trouvera donc plus facilement dans les jardins, les parcs, les places ou les bords d'allées ou de routes du domaine public, que chez les particuliers. D'une durée de vie très longue (200 ans), le choix de l'emplacement du marronnier doit être bien réfléchi  avant sa mise en terre.

Très rustique (- 23°C), il s'adapte à tous les types de sols, plutôt profonds pour le bon développement de son système racinaire puissant. Sa préférence va aux expositions ensoleillées, mais une légère ombre ne le dérange aucunement. Le marronnier est un arbre robuste à la croissance rapide et régulière. Notez toutefois que, sur un terrain pauvre et sec, le feuillage sèche rapidement dès que les températures chaudes s'installent.

Entretien et multiplication

Inutile de tailler le marronnier durant sa jeunesse. Toute coupe entraverait son bon développement. Dans la force de l'âge, une taille peut être nécessaire sur les côtés, pour dégager les allées, ce qui aura pour effet de le fortifier et de l'épaissir.

La multiplication du marronnier se fait par semis des marrons, au mois d'octobre (après maturité), ou au plus tard en février.

Le saviez-vous ?

  • Le marron, fruit du marronnier est toxique, contrairement à la châtaigne, fruit du châtaigner. La châtaigne se différencie du marron par son cloisonnement en plusieurs amendes entourées d'une enveloppe et enfermées par deux ou  trois dans une bogue. Attention, on nomme parfois « marron », une variété de châtaigne non cloisonnée.
  • Une décoction de marrons, décortiqués, séchés et réduits en poudre peut être utilisée comme lessive ou savon pour les mains.
  • Les fruits du marronnier sont utilisés dans la pharmacopée pour traiter les insuffisances veineuses.

Espèces et variétés de Aesculus

Le genre comprend une dizaine d'espèces
- espèce type

Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Marronnier rose, marronnier rouge, Aesculus x carnea Marronnier rose, marronnier rouge, Aesculus x carnea

Le marronnier rose est un hybride, issu du croisement entre le marronnier commun (Aesculus hyppocastanum) et Aesculus pavia, de petite taille. Bien que plus petit que son cousin, le marronnier[...]

Pavier blanc, Marronnier nain, Aesculus parviflora Pavier blanc, Marronnier nain, Aesculus parviflora

Parmi les marronniers, Aesculus parviflora est un marronier nain, et il est d'autant plus intéressant en isolé dans les jardins, qu'il se pare d'une floraison impressionnante et de riches...

Rose d'Inde, Tagetes erecta Rose d'Inde, Tagetes erecta

La rose d'Inde fait partie du même genre botanique que l'oeillet d'Inde : ce sont des Tagetes, mais elle se distingue de sa parente par plusieurs aspects. Sa taille, tout d'abord.[...]

Les oeillets d'Inde contre les pucerons Les oeillets d'Inde contre les pucerons

En associant les oeillets d'Inde à vos plantes, vous tenez éloigné les pucerons.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • NINA (Alsace)
    Ma propriété est en limite de la place de l'église de mon village d'environ 80 m de large sur laquelle sont déjà plantés 2 marronniers sur le côté gauche et un tilleul sur le devant et un habitant a demandé à pouvoir planter 3 autres arbres sur la partie droite (à 5 m de ma propriété) soit 1 marronnier, un sapin et un ginko biloba (plantés à environ 7 m de distance l"un de l'autre). compte tenu des nuisances à venir (branches au dessus de mes locaux, feuilles en quantité dans ma cour et mes gouttières) j'ai demandé que ces arbres soient plantés ailleurs dans la commune. en cas de refus quels seraient mes recours ?
    Répondre à NINA
    Le 19/10/2019 à 22:07