A LA UNE »
Les guêpes maçonnes

Coucou, Primevère officinale

Primevère officinale, Coucou, Primula veris

Botanique

Nom latin  : Primula veris
Famille  : Primulacées
Origine  : Europe et Asie
Période de floraison : avril, mai
Couleur des fleurs  : jaune d'or
Type de plante : plante à fleur herbacée
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : semi-persistant
Hauteur : 5 à 30cm
Toxicité : Les jeunes feuilles et les fleurs peuvent être consommées. Cependant les primevères peuvent causer des réactions allergiques du à la présence de primine.

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique
Exposition  : ombre, mi-ombre
Type de sol : pauvre et calcaire
Acidité du sol  : neutre à basique
Humidité du sol  : sec, jusqu’à frais
Utilisation : potée, massif, bordure
Plantation, rempotage : printemps ou automne
Méthode de multiplication : semis et division de la touffe à l'automne
Maladies et ravageurs : les limaces, les araignées rouges

Primula veris, dit coucou, ou encore Primevère officinale est certainement la primevère sauvage qui nous est la plus connue. On peut l’observer facilement dans les régions de terrain calcaire, sur les talus, au bord des routes, et dans les prairies, petits bouquet de fleurs jaune doré qui fleurissent assez tôt, au mois d’avril.

Bien qu’elle soit botanique (c’est-à-dire une espèce sauvage) elle a sa place dans les jardins, d’autant que la mode est actuellement portée sur les jardins plus naturels. Elle fut aussi, dans le temps, introduite dans les jardins en raison de ses vertus médicinales.

Description de la primevère officinale, Primula veris

Une rosette basale faite de feuilles longues de 5 à 15 cm et large de 4 cm, ovales, presque cordiformes à la base du limbe, portées par un pétiole ailé. Le limbe vert clair est un peu ridé, et légèrement dentelé.

La plante possède un rhizome court sur lequel chaque année un nouveau bourgeon donne une nouvelle rosette, qui se ramifie pour donner une touffe avec l’âge.

Les fleurs sont portées en grappe pendante sur un seul côté de la hampe florale qui peut atteindre 30 cm de haut. Les fleurs sont formées d’un calice en forme de tube bombé blanchâtre et velu d’où émergent 5 pétales soudés en leur base, jaune foncé avec une petite tache orange au centre.

Les fleurs sont de 2 types, celles dont les étamines sont longues et dépassent le pistil, et celles où à l’inverse c’est le style du pistil qui dépassent le reste ; c’est une stratégie de la plante pour favoriser la pollinisation croisée (entre individus différents) par les insectes. D’ailleurs dans ce but, la fleur dégage un parfum suave et sucré.

Culture de la primevère officinale, Primula veris

La primevère officinale aime un terrain argileux, à tendance calcaire, pauvre en matière organique et demande un ensoleillement de plusieurs heures par jour. Pour l’installer dans son jardin le mieux est de la semer en semis direct, en situation ensoleillée, et sur un terrain propre. La germination est facile, et les plantules vite reconnaissable par la couleur verte des petites feuilles ridés, plaquées au sol.

Semée au printemps, la plante sera florifère dès le printemps suivant. Une germination en aout permet d’obtenir parfois une floraison au printemps, mais les plantes sont de petites tailles. Avec les années les pieds de primevère s’étofferont. Elles sont plus jolies plantées en groupe et se ressèment spontanément sans devenir envahissantes.

Aimant les terres pauvres, il vaut mieux leur éviter l’apport d’engrais.

Utilisation de La primevère officinale

En dehors de son aspect décoratif, comme son nom commun l’indique, elle peut être utilisée comme plante médicinale. Elle a une action sédative sur les coup et contusions, utilisée sous forme de feuilles macérées dans l’huile. Des infusions ont une action apaisante sur le système nerveux.

Du point de vue alimentaire, Les fleurs et les jeunes poussent agrémentent les salades.

Le saviez-vous ?

On peut confondre cette primevère avec Primula elatior, la primevère élevée, qu’il faut se garder de cueillir car elle est beaucoup moins courante. La primevère élevée montre des fleurs plus larges et d’un jaune plus pale.

Primula veris est une parente des primevères de jardin du groupe Polyanthus, dont les fleurs sont regroupées au sommet des tiges, et qui présentent de nombreux coloris.

Espèces et variétés de Primula

400 espèces réparties dans tout l’hémisphère nord tempéré. Primula veris est une espèce botanique indigène.
Parmi les autres espèces souvent cultivées, il y a les primevères candélabres comme Primula bulleyana, les Primula denticulata et les hybrides du groupe Polyanthus, couramment vendues en hiver.

Nos fiches
Lire aussi
Les bienfaits de la sauge officinale Les bienfaits de la sauge officinale

Depuis l'Antiquité cette plante indispensable au jardin, n'a cessé de prouver son efficacité. Le célèbre dicton « qui a de la sauge dans son jardin, n'a pas besoin de médecin » résume à lui seul...

La primevère denticulée La primevère denticulée

Bernard BUREAU des pépinières HORTIFLOR nous présente la primevère denticulée Primevère denticulées ou primevère de l'himalaya La Primula denticulata est une primevère d'origine japonaise. Elle...

Cicadelle écumeuse (crachat de coucou), Philaenus spumarius Cicadelle écumeuse (crachat de coucou), Philaenus spumarius

Les cicadelles écumeuses se remarquent par la présence de nid de bulles ou plutôt de crachats de coucou que l'on peut remarque à l'intersection de branches dans lequel elles se cachent à l'abri du...

Installation d'un arrosage automatique pour le potager Installation d'un arrosage automatique pour le potager

Mr Collinet habitant à Marseille : Je souhaite mettre en place dans mon jardin un arrosage automatique (goutte à goutte) pour le potager. Comment faut-il faire ? Les 3 principales contraintes...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Isabelle Bazantay
    Est il vrai que c'est une fleur qu'on ne doit pas ramasser car protégée?
    Répondre à Isabelle Bazantay
    Le 25/04/2013 à 19:14
  • Pascale Guérard
    Le coucou, primevère officinale : ma fleur préférée depuis toujours, mhhhhh ça sent bon !
    Répondre à Pascale Guérard
    Le 14/04/2013 à 17:23