Palmier royal

Palmier royal, Roystonea regia

Botanique

Nom latin  : Roystonea regia
Synonyme  : Roystonea elata
Origine  : Amérique centrale
Période de floraison : juin, juillet
Couleur des fleurs  : crème
Type de plante : palmier, plante tropicale
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 30 m

Planter et cultiver

Rusticité  : non rustique, 15°C
Exposition  : soleil à mi-ombre
Type de sol : riche et humifère
Acidité du sol  : tolérant
Humidité du sol  : frais à humide
Utilisation : conteneur, véranda, plante d’appartement
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis

Roystonea regia, le palmier royal, est une espèce de grand palmier tropical appartenant à la famille des Arécacées. Originaire des Caraïbes et de Cuba, du Mexique et de la Floride, ce palmier atteignant parfois 30 m de hauteur s’est vu cultivé comme plante ornementale dans de nombreuses régions tropicales ou subtropicales. Roystonea elata est de nos jours, considéré de la même espèce que Roystonea regia.

Ce palmier ne rencontre pas de succès en culture extérieure en France et donc se maintient en pot, en véranda, en serre chaude, ou en intérieur lumineux. Ses magnifiques palmes en font une plante très attrayante, même lorsqu’il est jeune.

Description du palmier royal

Roystonea regia montre une silhouette majestueuse, avec un stipe élancé, très haut, fin et lisse, couronné d’un toupet de palmes longues et fines. Les palmes sont composées de folioles allongées longues et disposées sur 4 rangs. C’est l’un des critères pour différencier l’espèce de Roystonea oleracea dont les folioles sont disposées sur deux rangs. Les palmes sont souples et les plus anciennes se ploient vers le bas tandis que les jeunes sont bien dressées. La couronne est presque sphérique. Les anciennes palmes tombent, ce qui laisse un tronc lisse et net. Leur poids est important et leur chute peut s’avérer dangereuse.

Les fleurs éclosent en grappes au début de l’été. Elles sont nectarifères. Pollinisées, elles produisent des fruits qui deviennent violacés à maturité. Les graines sont arrondies, à peine allongées.

Culture du palmier royal

Roystonea regia n’est pas rustique en France, c’est une plante tropicale qui demande chaleur et humidité. Il peut supporter au plus bas, dans les 2 à 5°C, mais ponctuellement. En dehors des climats tropicaux, le palmier royal est donc cultivé en conteneur. Il montre une croissance relativement rapide pour un palmier. En intérieur, les plantes cultivées sont très jeunes et ne comporte pas ou peu de stipe, mais néanmoins sont déjà belles.

Le palmier royal demande une terre riche et humifère. Il est tolérant pour l’acidité du sol. Un mélange de 1/3 de terre de jardin avec 2/3 de compost ou de terreau de bonne qualité lui convient. En fond de pot une couche d’argile expansée permet un bon drainage.

La température en intérieur lui va bien, mais il lui faut impérativement une forte luminosité, et mieux encore du soleil direct. L’humidité atmosphérique doit être également importante, surtout dans les intérieurs chauffés en hiver. L’humidité atmosphérique est amplifiée grâce à une grande coupelle remplie d’eau et d’argile expansée disposée sous le pot, avec l’aide de nombreuses plantes voisines, ou par brumisation.

Les arrosages sont réguliers. La terre doit sécher à peine sur quelques centimètres en surface entre chaque arrosage. Lorsqu’une nouvelle palme commence à déployer ses feuilles alors que le pétiole n’est pas encore poussé, c’est signe que votre Roystonea regia a manqué d’eau. En hiver, les arrosages sont un peu diminués.

Multiplication du palmier royal

Roystonea regia se propage par semis. La germination est facile dans un mélange de sable et de tourbe, à une chaleur de 25°C. Le mélange doit rester humide, la tourbe empêche en partie les champignons de se développer et de faire pourrir les graines. Les premières années, les feuilles sont entières et longues. La croissance est faible mais s’accélère après 3 ou 4 ans.

Espèces et variétés de Roystonea

Le genre comprend 10 espèces
Roystonea oleracea, une espèce encore plus haute

Lire aussi
Savoir choisir son palmier Savoir choisir son palmier

Florian DUROUSSET de la pépinière bio jardins nous parle de la bonne manière de choisir un palmier Cela commence par définir l'emplacement final du palmier car au nord on ne placera peut-être pas...

Le jardin botanique royal de Kew Le jardin botanique royal de Kew

Visite du jardin royal de Kew classé au patrimoine mondial de l’humanité. Kew gardens, le jardin botanique royal de Kew, un patrimoine reconnu Les jardins botaniques royaux furent fondés en...

Le rotin, un palmier grimpant Le rotin, un palmier grimpant

Sous l'appellation commune de 'palmier à rotin' se cachent de nombreuses espèces tropicales de palmiers grimpants à fort développement. Ces plantes étonnantes sont utilisées dans de nombreux...

Charançon rouge du palmier, Rhynchophorus ferrugineus Charançon rouge du palmier, Rhynchophorus ferrugineus

Le charançon rouge est un coléoptère originaire des îles indonésiennes et de l'Inde méridionale. Il détruit sur ses terres d'origine les plantations de cocotiers ; il est donc considéré comme...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • MayorgasAlain (AIN 01260)
    J'ai ramené de Guadeloupe (en février), une pousse de palmier royal sortie de terre d'environ 50cm et je l'ai mise en pot (terre + terreau) pour voir le résultat, le laissant au soleil sur le balcon. Les feuilles ont jauni et ont disparu. Mais la tige restée verte, j'ai placé le pot dehors au soleil, en maintenant arrosé. Depuis il végète tel quel et je vais bien sûr le rentrer pour l'hivers et voir venir. Quelques conseils m'aideraient bien pour la suite... Merci d'avance.
    Répondre à MayorgasAlain
    Le 20/09/2017 à 19:27
  • Mael (Essonne 91)
    Je souhaite savoir si les palmiers royaux résistent biens aux maladies et si à l'inverse ils n'en transmettent pas trop à l'homme ? Et quant à leurs solidité pour porter des charges verticales ? C'est pour un projet design en première année.
    Répondre à Mael
    Le 29/03/2017 à 13:22