Tamier commun, Respountchous

Tamier commun, Respountchous, Tamus communis

Botanique

Nom latin  : Tamus communis
Synonyme  : Dioscorea communis
Famille  : Dioscoréacées
Origine  : Europe, Asie, Afrique du Nord
Période de floraison : mars à  mai
Couleur des fleurs  : vert
Type de plante : plante grimpante
Type de végétation : vivace tubéreuse
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 3 à 4 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, jusqu'à -20°C
Exposition  : soleil, mi-ombre
Type de sol : sol riche, limon, argile, marne
Acidité du sol  : légèrement acide à basique
Humidité du sol  : frais à sec
Utilisation : plante médicinale, plante sauvage comestible
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis

Tamus communis ou Dioscorea communis, le tamier commun est une plante vivace grimpante appartenant à la famille des Dioscoréacées, de la même famille que l’igname. Le tamier commun est une plante indigène française que l’on peut rencontrer sur tout le territoire, plus ou moins abondante, protégée dans certaines régions. Sa distribution s’étend d’Europe en Asie, ainsi qu’en Afrique du Nord. Le tamier commun croît aux abords forestiers, dans les clairières ou le long des haies. Très apprécié comme légume sauvage, dans certaines régions, sa cueillette est règlementée.

Description du tamier commun

Dioscorea communis produit un tubercule noirâtre en forme de navet. Il développe en mars des tiges annuelles volubiles et ramifiées qui s’enroulent autour du moindre support, et s’allongent jusqu’à 4 m.

Les feuilles sont alternes, en forme de cœur, vert vif et brillant, avec 5 à 7 nervures ramifiées. Les fleurs sont petites et vert jaunâtre ; elles se développent en grappe à l’aisselle des feuilles. Dioscorea communis est dioïque, fleurs mâles et femelles sont sur des pieds différents, imposants une pollinisation croisée par l’intermédiaire des insectes. Les pieds femelles ont des grappes courtes, tandis que les pieds mâles montrent des grappes longues aux nombreuses fleurs.

Sur les plants femelles, les fleurs évoluent en petit fruit : des baies rouge vif.

Distinguer le tamier commun de la bryone dioïque

Ces deux plantes se ressemblent, bien que la bryone dioïque, Bryonia dioica, fasse partie des Cucurbitacées ; mais il ne faut pas les confondre, car la bryone est très toxique. Pour les distinguer, on regarde si la plante a des vrilles pour s’accrocher au support : la bryone est caractérisée par ses vrilles tandis que le tamier commun n’en a pas.

Les jeunes pousses de tamier ou respounchous (plusieurs orthographes possibles)

Les jeunes pousses du tamier commun sont comestibles, et même très appréciées dans certaines régions. Les bouts de tiges, en cours de croissance et non fleuries, sont récoltés longs d’environ 20 cm. Elles sont alors épaisses de 2 à 4 mm, semblables à de fines asperges. Elles sont amères, mais blanchies dans l’eau bouillante avec du vinaigre, elles perdent une grande partie de leur amertume. Les jeunes pousses sont ensuite dégustées en salades composées avec un peu de charcuterie, adoucies par un vinaigre balsamique, ou accompagnées d‘œufs.

La récolte : tôt en saison, on cueille les pousses dont les boutons de fleurs ne sont pas encore très visibles. Souvent, la récolte sauvage est limitée à une poignée par personne.

Tamus communis ; vertus médicinales et toxicité

Le reste de la plante, notamment les fruits et le tubercule sont toxiques. La plante est considérée comme diurétique, vomitive, antirhumatismal, rubéfiante. Son contact peut occasionner des brûlures. Pour autant, elle est surnommée l’herbe aux femmes battues, car sa racine macérée était appliquée autrefois en cataplasme pour faire disparaitre les hématomes.

Les conditions de vie du tamier commun

Tamus communis a besoin de soleil ou de mi-ombre, et se montre relativement thermophile (appréciant la chaleur). Il croit en sol de neutre à basique, assez riche en matière organique, avec un taux d’humidité normal à frais. Ses jeunes pousses sont de plus belle qualité s’il ne manque pas d’eau.

Il peut être éventuellement cultivé au jardin : ses plants femelles remplis de baies rouges sont très décoratifs. Il est semé durant l’hiver à l’extérieur, mais protégé des intempéries, et germe avec le réchauffement du printemps.

Le saviez-vous ?

Tamus communis possède de nombreux noms communs : tamier, taminier, sceau de notre dame, herbe aux femmes battues, sceau de la vierge, vigne noire, haut liseron, raisin du diable, racine vierge, reponchons…

Espèces et variétés de Tamus

Le genre comprend plusieurs centaines d'espèces

  • Dioscorea elephantipes, jolie plante à caudex Diosorea batatas, l’igname de Chine
  • Dioscorea bulbifera, aux étonnantes bulbilles aériennes comestibles
  • Dioscorea japonica, aux petits bulbilles aériens
Lire aussi
Respounchous (tamier commun) au vinaigre Respounchous (tamier commun) au vinaigre

Faites cuire l'oeuf 10 minutes dans de l'eau bouillante. Pendant ce temps, lavez et triez les tiges de tamier. Coupez-en la base pour ne garder que les pointes souples (10 à 15 cm de tiges)....

Le lombric, ver de terre commun Le lombric, ver de terre commun

Le ver de terre commun ou lombric commun (embranchement des annélides, famille des Lumbricidés) est un grand travailleur, il joue un rôle fondamental dans la biologie de notre sol. Un grand...

Le crapaud commun, un batracien utile pour votre jardin Le crapaud commun, un batracien utile pour votre jardin

Le printemps approche, lentement mais sûrement, et, pour certains, il est pour demain, après-demain; seules la température, l'humidité et la luminosité déclencheront le réveil après 3 à 4 mois de...

Frêne commun, Fraxinus excelsior : fiche botanique Frêne commun, Fraxinus excelsior : fiche botanique

Fiche botanique consacrée au frêne commun, Fraxinus excelsior Le frêne commun se trouve partout en France excepté dans le sud-est. On peut en trouver du nord Picardie à la Champagne en passant par...

Vos commentairesAjouter un commentaire