Fleur de Tan, Crachat de coucou

Désormais classé parmi les Myxomycètes, le crachat de coucou se développe principalement sur les bois morts de feuillus. Son autre joli nom de Fleur de tan lui vient du chêne, « tan » désignant la poudre utilisée pour le tannage du cuir.

Fleur de Tan, Crachat de coucou, Fuligo septica
Fleur de Tan, Crachat de coucou, Fuligo septica

Botanique

N. scientifique Fuligo septica
Famille Physaracées
Chapeau absent
Hyménium absent
Spores sporée brunâtre à noirâtre
Anneau absent
Pied absent
Chair molle puis un peu dure, jaune
Volve absente
Odeur sans particularité

Habitat et usages

Répartition quasi-mondiale
Périodedu milieu du printemps jusqu'à la fin de l'automne
Habitatforestier, souches, troncs et branches mortes de feuillus, notamment de chêne
Confusions possiblesFuligo muscorum, Fuligo megaspora
Toxicitéaucune
Intérêt culinairesans intérêt ou indigeste
Usagesnon référencés
Fleur de Tan, Crachat de coucou, Fuligo septica

Hôte étrange des sous-bois sombres, le Crachat de coucou, Fuligo septica, fut longtemps considéré comme un champignon. Désormais classé parmi les Myxomycètes, dans la famille des Physaracées, il développe son plasmode principalement sur les bois morts de feuillus. Son joli nom de Fleur de tan lui vient du chêne, « tan » désignant la poudre utilisée pour le tannage du cuir.

Description du Crachat de coucou 

Au début de son développement la Fleur de tan forme un plasmode, masse irrégulière à l'allure de petit coussin mesurant entre 5 et 20 cm de diamètre, pour une épaisseur de 1 à 3 cm. Cette masse jaune vif à jaune soufre est initialement très molle et a pour particularité d'être mobile si l'humidité est suffisante. A maturité ce plasmode évolue, la fructification à lieu, il se transforme en aethalium. Fuligo septica s'immobilise alors sur son substrat et durcit légèrement. Sa surface reste plus ou moins jaune mais tire vers le brunâtre. La chair en son centre se teinte de noir avec la maturation des spores qui seront libérées par la désintégration de l'aethalium. Elle ne présente pas d'odeur ni de saveur particulières.

Détermination de Fuligo septica 

Il est possible de confondre la Fleur de tan avec d'autres Fuligo. Le Fuligo des mousses, Fuligo muscorum, pousse exclusivement sur les mousses, mais plus étalé et moins dense. Le Fuligo megaspora est très épais et ses spores sont particulièrement grandes.

Les variations des caractères morphologiques de Fuligo septica ont conduit à différencier plusieurs variétés, telles que var. Septica, var. fFava, var. Candida et var. Rosea.

Milieu de vie de la fleur de Tan

La Fleur de tan est un organisme commun dans nos régions, il apprécie les sous-bois humides, favorisant sa mobilité et son développement. Il pousse sur les souches, troncs et branches mortes de feuillus, notamment de chêne. Il est parfois retrouvé au sol, installé sur du bois en décomposition. Sa période de croissance et de fructification se situe dès le milieu du printemps et jusqu'à la fin de l'automne.

La saviez-vous ?

Les Myxomycètes ne sont plus considérés comme des champignons, ils font partie des Protozoa, organismes mobiles souvent unicellulaires (mais avec plusieurs noyaux) qui ingèrent leur nourriture par phagocytose. C'est le cas pour Fuligo septica, il ne possède pas de mycélium mais son plasmode mobile se nourrit de débris en décomposition et parfois d'autres micro-organismes.

Espèces et variétés de Fuligo

Il existe quelques autres espèces appartenant à la famille des Physaracées :

  • Badhamia utricularis : plasmode jaunâtre puis forme des filaments ovoïdes gris bleu, pousse sur la matière ligneuse, principalement sur feuillus
  • Fuligo muscorum : Fuligo des mousses, plasmode jaune vif et étalé, pousse sur les mousses
  • Fuligo cinerea : Fuligo gris, Fleur de tan cendrée, ressemble à de la mousse blanchâtre à grisâtre qui pousse dans les milieux ouverts sur les tiges herbacées
  • Mucilago crustacea : Fuligo jaune, masse ressemblant à de la mousse jaunâtre puis brunâtre, pousse sur les herbes ou le bois en décomposition

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Cicadelle écumeuse (crachat de coucou), Philaenus spumarius Cicadelle écumeuse (crachat de coucou), Philaenus spumarius

Dégâts Responsable : L'espèce la plus commune est Philaenus spumaria, sorte de petite cigale de l'ordre des Hémiptères qui, au stade larvaire, produit une bave blanche très caractéristique. Dégâts...

La Nostoc commune, un crachat de lune aux étonnantes capacités La Nostoc commune, un crachat de lune aux étonnantes capacités

Quel intérêt certain d'apprendre que la substance gluante, visqueuse, hideusement verdâtre et ô combien glissante de votre chemin est une algue bleue dénommée Nostoc ommune ou plus communément...

Coucou, Primevère officinale, Primula veris Coucou, Primevère officinale, Primula veris

Primula veris, dit coucou, ou encore Primevère officinale est certainement la primevère sauvage qui nous est la plus connue. On peut l'observer facilement dans les régions de terrain calcaire,...

Fleur de cire, Fleur de porcelaine, Hoya carnosa Fleur de cire, Fleur de porcelaine, Hoya carnosa

Hoya carnosa, la fleur de porcelaine est une plante volubile de la famille des Asclépiadacées. Il est originaire des forêts tropicales ou subtropicales d'Asie. Cela fait de lui une excellente[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire