Pézize du cèdre, Géopore du cèdre

Pézize du cèdre, Géopore du cèdre, Geopora sumneriana
Pézize du cèdre, Géopore du cèdre, Geopora sumneriana

La pézize du cèdre est peu fréquente à rare. Découvrons ce champignon étonnant et son milieu de vie.

Botanique

Nom latin  : Geopora sumneriana
Synonymes  : Sepultaria sumneriana, Peziza sumneriana
Famille  : Pyronematacées
Chapeau : intérieur gris blanc et brun pour l'extérieur
Hyménium  : lisse
Anneau  : absent
Pied : absent
Chair : chair blanchâtre et cassante
Volve  : absent

Habitat et usages

Répartition  : Europe, France
Periode : peu fréquent à rare, printemps, à partir de mars
Habitat : pelouse sous des cèdres
Toxicité : toxique
Intérêt culinaire : toxique cru, doit être cuit longuement mais sans grand intérêt culinaire

Généralités

Geopora sumneriana, la pézize du Cèdre ou le géopore des Cèdres est un champignon ascomycète appartenant à la famille des Pyrenomatacées. Ses délicates coupes étoilées s’observent au printemps à proximité de grands arbres, souvent en nombre. La pézize du cèdre est peu fréquente à rare. Son carpophore, l’organe de reproduction du champignon, est une apothécie : il forme une coupe et non pas un pied et un chapeau.

Description du géopore des Cèdres

Geopora sumneriana développe un carpophore sphérique de de 2 à 6 cm à moitié enterré, semi-hypogé. L’épiderme est brun recouvert de longs poils denses. La partie supérieure, au-dessus de la terre, se divise en étoile, s’étalant de 5 à 7 cm, plus rarement 10 cm. l’apothécie s’ouvre sur un hyménium lisse, crème à légèrement gris, parfois un peu ocre. L’hyménium produit les spores du champignon. La chair du géopore des cèdres est assez épaisse, mais fragile, cassante. Elle ne sent pas grand-chose, si ce n’est une légère odeur terreuse.

Les carpophores de Geopora sumneriana sont assez souvent serrés en groupe dense. Ce ne sont bien sûr que les parties visibles du champignon, ses organes reproducteurs. Le corps du champignon ou mycélium, un réseau de filaments blanchâtres, est souterrain.

Détermination de la pézize des cèdres

Geopora sumneriana est facile à déterminer, d’une part, par sa forme et d’autre part du fait qu’il soit inféodé au cèdre. Il peut être confondu cependant avec Geopora foliacea, qui lui ressemble et peut se voir sous les pins, mais pas sous les cèdres.

Le milieu de vie de Geopora sumneriana

La pézize du cèdre se développe sous les cèdres, bien plus rarement sous un if ou un genévrier. Elle partage avec ces arbres des relations symbiotiques poussées. C’est un champignon mycorhizien. Il y a une étroite collaboration au niveau cellulaire entre les racines de l’arbre et le mycélium de Geopora sumneriana : le réseau mycélien accroît la surface d’échange de l’arbre avec le sol, et lui permet une meilleure croissance. Le champignon draine les sels minéraux du sol, particulièrement le phosphore ; en échange, l’arbre offre au champignon des molécules organiques, notamment du glucose. Chacun des deux tire avantage cette association. Les échanges s’effectuent au niveau de mycorhizes.  

Geopora sumneriana apparait dans les pelouses au ras de terre au printemps, en mars avril, mais aussi plus rarement lors d’automnes doux. Une fois arrivé, il reparait régulièrement chaque année, plus ou moins densément.

Toxicité ou intérêt culinaire

Le géopore du cèdre ne présente pas un grand intérêt culinaire. De plus, ce champignon est toxique cru, et doit être cuit longuement pour perdre sa toxicité.

S’il apparait dans un jardin, n’hésitez pas le faire observer aux enfants en rappelant qu’on ne met à la bouche aucun champignon, ni même aucune plante en dehors de fruits et légumes connus. Le géopore du cèdre est peu courant et utile à l’arbre, il est inopportun et même illusoire de vouloir en débarrasser sa pelouse.

Espèces et variétés de Geopora

  • Geopora arenicola, en sol sablonneux
  • Geopora foliacea, ressemblant à la pézize du cèdre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Cèdre du Japon, Cryptoméria, Cryptomeria japonica Cèdre du Japon, Cryptoméria, Sufi, Cryptomeria japonica

Arbre sacré du Japon, le cryptoméria est très présent dans la culture japonaise. Dans son pays d'origine, c'est un grand arbre qui exprime toute sa noblesse à proximité de nombreux temples. En...

Cèdre de l’atlas, Cedrus atlantica Cèdre de l’atlas, Cedrus atlantica

Le cèdre de l’atlas, Cedrus atlantica, est un magnifique conifère persistant, de la famille des Pinacées, originaire des montagnes de l’Afrique du nord, notamment l’Atlas. Bien...

Thuya d'Occident, Thuya du Canada, Cèdre blanc, Thuja occidentalis Thuya d'Occident, Thuya du Canada, Cèdre blanc, Thuja occidentalis

Thuja occidentalis, le thuya d’occident, est un conifère persistant appartenant à la famille des Cupressacées. Cet arbre est originaire de l’est de l’Amérique. Bien qu’il ne...

Pézize écarlate, Coupe de l'elfe, Sarcoscypha coccinea Pézize écarlate, Coupe de l'elfe, Sarcoscypha coccinea

non différencié, forme de coupeEclatante au milieu des mousses vertes, la Pézize écarlate porte bien son nom d'espèce : coccinea,  signifiant rouge carmin. Et son nom de genre, Sarcoscypha, décrit...

Vos commentairesAjouter un commentaire