Polypore des vergers, Phellin du prunier, Phellin des arbres fruitiers, Phellin tuberculeux

Polypore des vergers, Phellin du prunier, Phellin des arbres fruitiers, Phellin tuberculeux, Phellinus tuberculosus, 31 janvier 2018 sur prunelier, Ariège
Polypore des vergers, Phellin du prunier, Phellin des arbres fruitiers, Phellin tuberculeux, Phellinus tuberculosus, 31 janvier 2018 sur prunelier, Ariège

Botanique

Nom latin  : Phellinus tuberculosus
Synonymes  : Phellinus fulvus, Boletus tuberculosus, Phellinus pomaceus
Famille  : Hymenochaetacées
Chapeau : en sabot ou léger renflement , plaqué entièrement au support
Hyménium  : pores
Spores  : sporée blanche
Anneau  : absent
Pied : absent
Chair : coriace
Volve  : absent
Odeur : non significative

Habitat et usages

Répartition  : Europe, Amérique du Nord, Asie, Afrique
Periode : pérenne
Habitat : sur feuillus, parasite et saprophyte privilégié des Prunus, nuisible des vergers
Confusions possibles : Phellinus igniarius, Phellinus punctatus
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : aucun
Usages : médicinal

Le prunier du jardin a offert un printemps fleuri, son feuillage est dense. Mais un coup de vent, léger, et une branche se casse. Puis une autre, sous un appui un peu lourd. Une inspection minutieuse révèle un renflement crème sur une ancienne blessure, une forme nodulaire émerge du bois. Il s'agit du sporophore, partie reproductive visible, d'un champignon lignicole : le phellin des fruitiers. Le mycélium de ce Basidiomycète de la famille des Hymenochaetacées se glisse dans les branches et troncs des fruitiers dont il fragilise puis détruit la structure. Et sa présence signe l'arrêt de mort de l'arbre ; mort lente, mais inéluctable.

Description du phellin du prunier

Le polypore des vergers émerge des blessures du bois en renflements peu épais, 1 à 2 cm,  de couleur crème à brune, plaqués sur l'aubier. De 3, 4 cm de large pour une hauteur de 10 à 15 cm sur les sujets imbriqués les uns aux dessus des autres. Un chapeau peu déterminé se différencie, une bosse arrondie en forme de sabot très atténuée, appliqué à son support, légèrement marqué par une marge arrondie, de couleur cannelle. L'hyménium, tissu fertile du sporophore, est beige à brun, exposé vers l'extérieur , donc de type résupiné. Les pores sont arrondis, petits, 4 à 5 par mm.  Rarement, le Phellin du prunier développe un sporophore isolé, en sabot, au chapeau marqué et lignifié, craquelé, brun-rouille, mesurant jusqu'à 10 cm de diamètre.

La chair peu épaisse est dure, d'une texture mélant bois et liège, de couleur brun-rouille à crème.

Le toucher est velouté, doux, l'odeur insignifiante.

Le mycélium, partie végétative, circule  dans les branches et troncs en filaments blancs et fibreux.

Détermination de Phellinus tuberculosus

Parmi les champignons en forme de croûte, champignons patch en anglais, Phellinus tuberculosus, épais, peut être confondu avec Phellinus punctatus, champignon en plaques sans aucun chapeau. Sa forme en sabot bien marquée ressemblerait plus au faux amadouvier.   

Les champignons patch étaient autrefois regroupés dans la famille des Corticiacées. La classification ne prenant pas en compte la seule similitude de formes  ils sont maintenant répartis dans plusieurs familles. On les dénomme encore champignons corticioïdes.

Le milieu de vie

Le polypore des vergers affectionne les Prunus, pruneliers et pruniers, s'installe plus rarement sur pêchers, abricotiers, amandiers, aubépines. Parasite d'un arbre blessé, il développe, comme d'autres   lignicoles, ces pourritures blanches qui dégradent la lignine. A la mort de l'arbre il poursuit sa fonction de décomposeur en tant que saprophyte.

Un arbre atteint par ce champignon ne peut être traité. Si les sporophores peuvent être arrachés, en entraînant l'écorce, le mycélium ne peut être détruit et dégrade l'ensemble du bois inexorablement. L'arbre devient cassant, s'élague et chute.

Les vergers sont affectés par un autre polypore de la famille des Hymenochaetacées, l'Inonotus hispidus, appréciant les pommiers.

Toxicité ou intérêt culinaire

Aucune toxicité n'a été signalée mais sa chair subéreuse le rend impropre à la consommation.

Usages du phellin des arbres fruitiers

Le phellin aurait été utilisé en Angleterre pour résorber les oedèmes jusqu'au début du  XXe siècle.

Espèces et variétés de Phellinus

  • Phellinus hippophaeicola : le phellin de l'argousier, également sur Eleagnus.
  • Phellinus ribis : de Ribes, groseiller, sur groseillers et fusains, renommé Phylloporia ribis
  • Phellinus robustus : sur chênes
  • Phellinus punctatus : sur aulnes et saules, sporophore sans chapeau.
  • Phellinus tuberculosus var.crataegi : sur aubépine . Une vingtaine d'espèces pour un genre dont la classification évolue à la lumière d'analyses chimiques et moléculaires.

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Polypore en ombelle, Poule-des-bois, Liévrot, Polypore fidèle, Dendropolyporus umbellatus Polypore en ombelle, Poule-des-bois, Liévrot, Polypore fidèle, Dendropolyporus umbellatus

en forme de chou-fleur, ramifié en nombreux petits chapeauxParmi les Polypores comestibles de France il en est un remarquable : Le Polypore en ombelle, Dendropolyporus umbellatus, expose sur un...

Polypore soufré, Laetiporus sulphureus Polypore soufré, Laetiporus sulphureus

en consoles imbriquées, de 10 à 30 cm chacuneUn champignon jaune soufre, aux larges consoles tendres imbriquées en étages multiples se détachant sur du bois sombre : Laetiporus sulphureus est un...

La pollinisation des arbres fruitiers La pollinisation des arbres fruitiers

La majorité des arbres fruitiers nécessitent une pollinisation croisée pour produire des fruits. La plupart d'entre-eux possèdent bien des organes mâles et femelles dans leurs fleurs mais tous ne...

L'éclaircissage des arbres fruitiers L'éclaircissage des arbres fruitiers

Après la floraison, dès la formation des premiers fruits, un éclaircissage correctement mis en œuvre va permettre une fructification de meilleure qualité. Quels sont les différents intérêts...

Vos commentairesAjouter un commentaire