Faux-hydne gélatineux

Faux-hydne gélatineux, Pseudohydnum gelatinosum
Faux-hydne gélatineux, Pseudohydnum gelatinosum

Botanique

Nom latin  : Pseudohydnum gelatinosum
Synonymes  : Hydnum gelatinosum, Tremellodon gelatinosum
Famille  : Exidiacées
Chapeau : en forme de langue ou de rein, 3 à 7 cm
Hyménium  : aiguillons
Spores  : sporée blanche
Anneau  : absent
Pied : court ou absent
Chair : gélatineuse, translucide
Volve  : absent
Odeur : légère

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe, Amérique
Periode : été, automne
Habitat : forestier sur bois mort de conifères
Confusions possibles : aucune
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : comestible moyen
Usages : culinaires

Gélatineux, translucides, lumineux, garnis d'aiguillons aux reflets bleuâtres, les chapeaux du Faux-hydne gélatineux paraissent immatériels dans les sous-bois sombres et humides. Si la famille des Exidiacées regroupe des champignons gélatineux ressemblant parfois à des algues, Pseudohydnum gelatinosum développe un sporophore, partie reproductive visible, plus conforme à notre représentation des Basidiomycètes, type Cèpes, Amanites... Particulier dans sa famille, étonnant à l'observation, le Faux-hydne est unique en son genre.

Description du Faux-hydne gélatineux

La toute première impression , en observant un Faux-hydne, repose sur son aspect totalement gélatineux, translucide. Même les aiguillons, tapissant la partie fertile sous le chapeau , longs jusqu'à 3 mm, sont épais, transparents, avec des reflets bleuâtres. La cuticule, ocre à grise, pubescente, atténue cette apparence presque diaphane. Ou l'accentue par contraste. Le chapeau est en général en demi-disque, en forme de langue ou de rein, accroché à son support par un pied blanc, gélatineux, très court, voire absent. Regroupés, les sporophores s'imbriquent étroitement les uns dans les autres et peuvent se souder. La marge des chapeaux, fine, peut être débordée par l'hyménium produisant les spores, ici des aguillons, plus petits sur les bords ainsi que sur le pied sur lequel ils descendent légèrement. La chair du Faux-hydne gélatineux ne peut être que...gélatineuse, translucide et blanche. Elle brunit avec l'âge, dégage une odeur légère, douce, une saveur faible mais résineuse.

Le mycélium, partie végétative invisible, s'infiltre et se répand en fins filaments blancs dans le bois mort.

Détermination de Pseudohydnum gelatinosum

Du fait de sa chair et de ses aiguillons blanchâtres et gélatineux, les risques de confusion sont exclus. De plus, Pseudohydnum est le seul champignon classé dans son genre. La récolte et la consommation, pour les amateurs de ce champignon, s'effectue sans risques.

Le milieu de vie

Le Faux-hydne gélatineux apprécie les sous-bois frais, essentiellement de conifères. Son sporophore apparaît de l'été à la fin de l'automne sur les branches enfouies dans les tapis d'aiguilles, les vieilles souches, les troncs de bois morts en décomposition,  avec une prédilection pour les Pinus et Abies. La pluie et l'humidité favorise sa croissance. Commun mais appréciant la fraîcheur,  il serait  plus fréquent vers le Nord de L'Europe. Le mycélium de ce champignon saprophyte, se nourrissant de matière organique en décomposition,  dégrade le bois en contribuant  à l'équilibre forestier.

Intérêt culinaire du Faux-hydne gélatineux

Comestible, le Faux-hydne gélatineux présente peu d'intérêt de part son goût fade quoique légèrement résineux.

Usages

Le Faux-hydne, blanchi, peut être consommé avec du citron, sa douce saveur de résine rappelle l'odeur de ses zones de cueillettes.

Le saviez-vous ?

Parmi les champignons gélatineux, Pseudohydnum gelatinosum est le seul à présenter un hyménium, partie fertile du sporophore, constitué d'aiguillons.

Espèces et variétés de Pseudohydnum

Pseudohydnum est le seul de son genre, une forme claire est connue, Pseudohydnum gelatinosum f.alba . On observe cependant , proches dans la classification, quelques genres et espèces particuliers :

Exidia nigricans : gelée sombre sur tronc d'arbres ; Tremella aurantia : petite « cervelle » orange sur braches mortes ;  Auricularia auricula-judae : l'oreille-de-Judas, champignon chinois comestible.

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Les vrais faux légumes anciens Les vrais faux légumes anciens

Les légumes oubliés ont de nos jours le vent en poupe. Recherche de vraies valeurs, de qualités gustatives et d'originalité, le consommateur change ses habitudes pour se tourner vers des variétés...

Thé et café, vrais ou faux amis ? Thé et café, vrais ou faux amis ?

Boisson plaisir d’un côté, boisson santé de l’autre, les vertus du café et du thé sont hétérogènes. Leur point commun : la caféine / théine. A travers le monde, le café et le thé sont...

Les faux poivres Les faux poivres

Le monde du poivre est bien plus vaste que ce que l'on pourrait croire. Il est composé, des vrais poivres tous issus de lianes du genre Piper, et de faux poivres que nous allons découvrir ensemble....

Le faux semis pour éliminer les mauvaises herbes Le faux semis pour éliminer les mauvaises herbes

Trop peu pratiquée par les jardiniers, la technique du faux semis est pourtant un moyen efficace et facile de lutter contre les herbes indésirables et de laissez la zone nette en vue du semis réel....

Vos commentairesAjouter un commentaire