Le blob, une substance visqueuse dotée d'une certaine intelligence

Le blob, une substance visqueuse dotée d'une certaine intelligence
Le blob, une substance visqueuse dotée d'une certaine intelligence

Sur Terre depuis 500 millions d'années, cette substance vivante qui n'est ni un animal, ni un champignon, ni un végétal a pourtant des capacités incroyables pour un être unicellulaire. Les scientifiques s'en donnent à cœur joie et l'étudient avec passion ! Découverte...

Qu'est-ce que le blob ?

Le 'blob', de son nom latin Physarum polycephalum, fait partie du règne Protista de 'Protos' qui en grec signifie 'premier', soit des organismes présents sur Terre au tout début de l'évolution. Ce règne, qui compte tout de même 300 000 espèces à ce jour, constitue un peu la case fourre-tout des biologistes, lorsqu'une espèce leur pose un problème de classement.

Notre 'blob', parmi nous depuis 500 millions d'années, possède les capacités de certaines plantes, animaux ou champignons mais ne fait partie d'aucun de ces règnes. Il s'agit d'une cellule unique et géante qui peut atteindre 10 m² tant sa capacité d'expansion est énorme. Ce myxomycète, littéralement 'champignon vivant', bien que ce ne soit pas du tout un champignon, n'hésite pas à s'en nourrir lorsqu'il en croise un sur son passage et met à peine une heure à enrober puis engloutir un bolet de belle taille !

Il est présent dans les sous-bois, les forêts et se présente sous la forme d'un amas gluant pouvant prendre diverses couleurs selon les espèces. Car oui, il existe plusieurs espèces de blobs réparties dans divers pays. Pour être exact, on en compte près d'un millier, qui peuvent revêtir une teinte jaune, blanche, rose, bleue, grise ou verte.

En quoi le blob est-il un être si étonnant ?

Le blob, être unicellulaire, est doté de capacités incroyables. Dépourvu d'yeux, de poumons, de cerveau, d'estomac, il peut cependant se déplacer vers un point précis à l'allure d'1 à 4 cm/h selon sa motivation, mémoriser et faire preuve d'un certain discernement, manger très vite et doubler sa taille en une journée .

Quasiment immortel, ni le feu, ni les tirs de carabine ne le détruisent, comme a pu le tester cette texane affolée qui avait appelé les pompiers puis les policiers pour la débarrasser de la substance gluante étrange qui s'étendait dans son jardin. Après moult tentatives de destruction, la 'chose' avait doublé de taille le lendemain !

En fait seules deux choses peuvent fragiliser cet 'highlander' : une vive lumière et le manque de nourriture. Fragiliser, ne veut pas dire tuer, car notre Physarum devient alors un sclérote pour se sauver, et peut rester sous cet état durant des années, le temps que les conditions s'améliorent pour lui.

Autre fait étonnant, le blob possède 221 sexes, pas uniquement mâle ou femelle donc, ce qui lui octroie une capacité de reproduction de 99,5% de chances lorsqu'il croise un congénère. Autant dire que c'est énorme !

Le blob a une faculté de cicatrisation surprenante, s'il est coupé en plusieurs morceaux, il ne mettra que 2 minutes pour cicatriser et même pour se reformer en fusionnant. Il peut aussi fusionner avec d'autres congénères, s'étendant alors allègrement.

Le blob est-il intelligent ?

La capacité d'apprentissage, de mémorisation et de discernement est habituellement liée au système nerveux et bien sûr au cerveau. Le blob est dépourvu des deux et pourtant, les scientifiques ont prouvé que malgré ses lacunes, il pouvait très bien s'en sortir.

Le blob adore manger, et il opère un discernement étonnant lorsqu'il s'agit de bien se nourrir. En laboratoire sa nourriture de prédilection est constituée de flocons d'avoines. Bien sûr, d'autres substances moins bonnes pour sa santé lui ont été présentées. Le blob choisit dans 100% des cas la meilleure option pour se sustenter.

Autre fait étrange, lorsque l'on présente des flocons d'avoines bio à un blob provenant des États-Unis, il les boude et se tourne vers des flocons d'avoine classiques contrairement aux blobs, japonais ou australiens.

Ce qui soulève le problème de la personnalité du blob et qui dit 'problème' dit 'expérimentation'. L'équipe d'Audrey Dussutour, chercheuse au Centre de recherche sur la cognition animale au CNRS de Toulouse a démontré que les blobs d'une même espèce provenant de pays différents adoptaient des comportements très diversifiés. Par exemple, un blob japonais explore très vite son environnement, alors qu'un australien prend son temps mais a plus de discernement. Un blob américain n'est pas partageur quand il s'agit de nourriture alors que les blobs australiens et japonais collaborent et même fusionnent pour trouver de la nourriture. Notons que le blob américain préférera détruire le blob japonais plutôt que de s'y associer.

La question de l'intelligence de cette substance visqueuse et sans cerveau vient alors naturellement à l'esprit.

L'expérimentation va encore plus loin. L'équipe toulousaine a aussi prouvé que le blob était doté d'une forme de mémoire en lui proposant le piège du 'U'. Enfermé face à un mur en forme de 'U' qu'il ne pouvait que contourner pour s'échapper et rejoindre sa nourriture, le blob se trompait en un premier temps, puis apprenait et trouvait toujours la sortie au moyen d'une traînée de mucus laissée sur son passage précédant lui indiquant qu'il ne fallait plus passer par là car c'était le mauvais chemin.

Plus étonnant encore, un blob peut transmettre son 'savoir' à un autre. La même équipe a appris à un Physarum que la quinine ou la caféine qui d'habitude le repoussent, n’était pas dangereuses et qu'il pouvait traverser ces substances pour se nourrir. Il n'en fallu pas plus pour que les blobs initiés et fusionnant avec des blobs classiques leur 'apprennent' qu'ils ne risquaient rien.

Cette étude met donc en avant les capacités d'apprentissage et de 'mémorisation' chez les organismes très primaires ce qui peut constituer une notion très importante au niveau de l'étude des virus et des bactéries, mais détermine aussi les fonctionnement de ce monde et de son évolution, puisque ces créatures étaient déjà présentes au début de l'Histoire terrestre.

Lire aussi
Collybie visqueuse, Mucidule visqueuse, Oudemansiella mucida Collybie visqueuse, Mucidule visqueuse, Oudemansiella mucida

blanc, visqueux, hémisphérique puis étaléLa chair blanche très mince du chapeau de la Collybie visqueuse laisse la lumière la traverser à contre-jour. Ce phénomène confère un côté féerique à cette...

Calocère visqueuse, Calocera viscosa Calocère visqueuse, Calocera viscosa

non différencié, forme coralloïde, Haut. 2 à 8 cmDu corail dans la forêt... Insolites, inattendues, ces rencontres avec des champignons Basidiomycètes aux formes coralliennes surprennent autant...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Brigitte (Mons (hainaut) Belgique )
    J'ai découvert un soir une chose bizarre au pied de mon romarin. Le lendemain ce truc étrange s'était complètement déplacé et agglutiné. J'ai contacté la faculté agronome qui m'a gentiment répondu que j'avais un magnifique myxomycète (blob). Comment s'en débarasser et est-ce toxique ? Car c'est dans mon jardin !!!
    Répondre à Brigitte
    Le 02/07/2019 à 15:14
  • HERVE (Nord)
    Si je comprends bien il n'est pas question qu'on en trouve en Europe, a moins que ! Après tout les blobs pourraient peut être être la solution pour nettoyer tous les déchets plastiques et autres qu'on ne maîtrise plus, mais ne deviendraient-ils pas également impossible a maîtriser, j'espère ne jamais avoir a en rencontrer, çà n'a pas l'air engageant ! La science fiction a encore de beaux jours.
    Répondre à HERVE
    Le 09/03/2019 à 16:25
  • Marie (Ile de france)
    Merci de parler de cet illustre blob, c'est pas simple de le rencontrer, j'ai eu cette chance un jour. Total respect
    Répondre à Marie
    Le 09/03/2019 à 11:45
  • Lavandou (Bretagne)
    Invasion extraterrestre !!!!!!!!!
    Répondre à Lavandou
    Le 04/03/2019 à 17:53