Calocère visqueuse

Calocère visqueuse, Calocera viscosa
Calocère visqueuse, Calocera viscosa

Botanique

Nom latin  : Calocera viscosa
Synonymes  : Calocera flammea, Calocera stricta
Famille  : Dacrymycetacées
Chapeau : non différencié, forme coralloïde, Haut. 2 à 8 cm
Hyménium  : lisse
Spores  : sporée jaune
Anneau  : absent
Pied : non différencié
Chair : jaune, élastique, dure
Volve  : absente
Odeur : légère, agréable

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe
Periode : du printemps à l'automne
Habitat : forestier, sur bois mort
Confusions possibles : Calocera cornea, Ramaria aurantiaca, Clavulinopsis fusiformis
Toxicité : douteuse
Intérêt culinaire : non comestible
Usages : décoratif

Du corail dans la forêt... Insolites, inattendues, ces rencontres avec des champignons Basidiomycètes aux formes coralliennes surprennent autant qu’elles séduisent. Plaisir des yeux essentiellement, l’intérêt gastronomique étant rarement présent chez les familles des Ramaires, Clavaires... Parmi elles, les Dacrymycetacées comptent une calocère visqueuse, Calocera viscosa, au sporophore remarquable par sa couleur vive, orangée, et ses petites cornes acérées.

Description de la Calocère visqueuse

Jaune à orange vif, de petite taille, 8 cm au plus, ce champignon corallien ressemble à de petites cornes imbriquées les unes dans les autres, aux sommités formant une à deux pointes.  Les  rameaux se ramifient peu, restent de même diamètre, le pied ne se différencie pas. La chair, fine, est tenace, très élastique, particulièrement visqueuse par temps humide. Elle glisse et file entre les doigts, toute tentative de récolte est alors un défi. Par temps sec, les rameaux deviennent plus rugueux mais restent durs et coriaces.  Les spores, organes de dissémination, sont produites par l’hyménium, partie fertile, lisse.  La chair dégage une odeur légère et sa  saveur, après une mastication compliquée, est douce.

Le mycélium, fins filaments blancs de la partie végétative, se propage dans les débris organiques et favorise leur décomposition.

Détermination de Calocera viscosa

Couleur vive, chair coriace et élastique : la calocère visqueuse s’identifie sans trop de risques. Calocera cornea lui ressemble mais forme de petites « cornes » individuelles, non ramifiées. Certaines Clavaires ont des couleurs semblables mais plus pâles, comme Ramaria aurantiaca, à la structure corallienne proche, mais à la chair  fragile.

Clavulinopsis fusiformis, la Clavaire en fuseau, forme un petit bouquet de « tiges » fusiformes, son goût est amer.

Le milieu de vie

La Calocère visqueuse affectionne les sous-bois de conifères, parfois mais plus rarement de feuillus. Commune à l’automne, présente aussi printemps et automne, elle se développe sur des débris végétaux, souches ou branches en décomposition. Elle pousse en groupes, se démarquant sur le bois sombre. Les Calocères sont  généralement saprophytes, se nourrissant de matières organiques en décomposition.

Toxicité de la calocère visqueuse

La Calocère visqueuse est considérée comme non comestible, sa toxicité est toutefois douteuse . Sa consistance n’invite toutefois  pas à la consommation.

Usages

L’élégance de la Calocère visqueuse lui vaut d’être intégrée dans des compositions florales originales, ou des préparations culinaires artistiques.

Le saviez-vous ?

Parmi les champignons en forme de buisson, de corail, la Clavaire chou-fleur, Ramaria botrytis, la Clavaire à crêtes, Clavulina cristata, et la Clavaire crépue ou morille blanche, Sparassis crispa, sont de très bons comestibles. Les autres peuvent provoquer des désordres intestinaux parfois violents .

Espèces et variétés de Calocera

Ce genre comporte une dizaine d’espèces.

  • Calocera cornea : orange, petite, en « corne » simple, sous feuillus.
  • Calocera furcata : proche de cornea, sous conifères.
  • Calocera glossoides : sous feuillus, pied marqué.
  • Calocera sinensis : tiges peu ramifiées, en petits bouquets dressés

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Chett65 (Ardennes belge)
    Des centaines d'exemplaires lors de ma dernière sortie en sapinière !
    Répondre à Chett65
    Le 06/11/2018 à 22:41