Le bon Bonsaï pour débuter

Taxus baccata conduit en Bonsaï
Taxus baccata conduit en Bonsaï

Pour débuter dans cet art difficile de la culture en pot, les débutants préfèrent acheter un bonsaï déjà formé. Erreur !

Pour débuter dans la culture des Bonsaïs, il existe deux voies distinctes. Soit on  l'achète déjà mis en forme en supermarché ou en pépinière, soit on le « fabrique » à partir d'essences locales.

Les bonsaï déjà formés

Les Bonsaïs disponibles dans le commerce notamment en supermarché ou en pépinière non spécialisées sont le plus généralement issus d'essences tropicales qui ne sont pas adaptées à nos climats. On les taxent à ce titre et à tort de bonsaï d'intérieur. Leur prix varie de 5 à 30 euros, ils sont donc très accessibles mais ils ne sont pas faits pour durer ! Pour 90% des cas, ces bonsaï vont dépérir lentement ou plus rapidement selon leur qualité et le soin de leurs propriétaires à les garder en vie. Cultivés à la chaîne en Asie, ils ne sont ni plus ni moins que des plantes d'ornement classiques. Décevants par leur fragilité, ces arbres miniatures n'ont pas grand chose à voir avec les vrais bonsaïs cultivés amoureusement et patiemment par les amateurs. Et s'ils permettent de débuter facilement, ils révèleront très rapidement leurs limites !

Les bonsaï crées soit-même

BonsaïAprès avoir été déçu par un bonsaï « d'intérieur » condamné à brève échéance, la plupart des débutants attirés par l'art du bonsaï poursuivent par une création personnelle. Plus difficile d'accès mais aussi beaucoup plus valorisante, la création d'un bonsaï répond à quelques règles. Tout d'abord, pour s'assurer de la bonne acclimatation de l'arbre, il est recommandé de choisir une essence commune de son secteur géographique. Sur ce point, la démarche ressemble fortement à celle du jardinier.

Pour un beau jardin, rien ne vaut les plants dénichés chez son voisin ! Et toutes les essences ou presque se prêtent à la conduite en bonsaï. Pour s'assurer d'un résultat esthétique, le principal argument du choix résidera dans le type de feuillage. Choisissez-le plutôt petit et serré pour plus d'équilibre et de facilité. Autre conseil : plus l'essence sera rustique et plus les chances de réussite seront grandes. Enfin, mieux vaut commencer la culture dans un grand pot qu'il sera toujours possible de diminuer au fil des tailles et des rempotages. Si au départ le bonsaï personnel ne ressemble pas vraiment à un bonsaï, il pourra après plusieurs années devenir une sculpture vivante du meilleur goût. L'amateur pourra modifier la hauteur mais aussi la direction de pousse de l'arbre comme bon lui semblera ou encore nanifier les feuilles (la taille des fleurs et des fruits n'est jamais modifiable).

Patience donc !

Lire aussi
Le Bonsaï, l'arrosage fait (presque) tout ! Le Bonsaï, l'arrosage fait (presque) tout !

Parce que l'eau est la principale nourriture d'un bonsaï, de la qualité de l'arrosage dépend la santé et la beauté de l'arbre. Quelques conseils pour ne pas se tromper et réussir la culture de son...

Le Bonsaï, une histoire millénaire Le Bonsaï, une histoire millénaire

Né en Egypte, développé en Chine puis codifié au Japon, l'art de la culture des arbres en pot remonte à 4 000 ans. Une formidable épopée planétaire qui n'a touché l'Europe finalement qu'assez...

Bonsaï, différentes espèces utilisées Bonsaï, différentes espèces utilisées

Si tous les arbres et buissons peuvent être conduits en bonsaï, certaines essences se prêtent mieux à la structuration que d'autres. Si théoriquement il n'existe pas d'arbres spécifiques à l'art du...

Le Bonsaï, l'art de la taille Le Bonsaï, l'art de la taille

Un arbre miniature parfaitement structuré s'obtient en le sculptant régulièrement par une taille décidée des feuilles et des racines. Ce geste est l'essence même de l'art du bonsaï ! Outre la...

Vos commentairesAjouter un commentaire