Le Bonsaï, des styles très codifiés

Un érable conduit en Bonsaï
Un érable conduit en Bonsaï

Elevé au rang d'un art par les Japonais, la culture du bonsaï répond à des codifications esthétiques très formelles. La transgression imaginative n'arrive théoriquement qu'après l'assimilation totale des fondements de cet art.

Pour les puristes, la maîtrise parfaite de la culture de bonsaï n'est obtenue qu'après avoir assimilé toutes les « figures imposées » des styles traditionnels. Ces styles très codifiés répondent à des impératifs esthétiques stricts renvoyant constamment aux formes des arbres présents dans la nature.

Plus qu'une copie conforme d'un arbre naturel sur lequel l'amateur aurait pris exemple, le bonsaï se doit d'être une évocation de la puissance de l'arbre. Les plus beaux spécimens doivent posséder l'essence d'un grand arbre reproduite en miniature. Si la plupart des bonsaï font partie de plusieurs styles, on admet généralement 3 grandes catégories majeures.

Les bonsaïs aux troncs uniques

Les bonsaïs aux troncs uniques sont les plus appréciés des puristes car ils demandent une grande maîtrise. Le tronc peut être parfaitement droit (Chokkan), présenter quelques courbes (Tachiki), être incliné comme penché par le vent (Shakan et Fukinagashi), en cascade comme poussé à flanc de montagne (Kengai), en semi cascade (Han-Kengai), tortueux (Bankan), dénudé et surmonté de masses de feuillages à l'image des pins  (Bunjingi), en forme de balai (Hôkidachi), fendu et déchiré (Sabamiki), sinueux (Takozukuri), etc.  

Styles de bonsaïs

Les bonsaïs aux troncs multiples

Selon le nombre de troncs chaque style répond à un nom spécifique : Sokan (2 troncs), Sankan (3 troncs), Gokan (5 troncs), Nanakan (7 troncs), Kyukan (9 troncs), Tsukami-Yose (plus de 9 troncs). Pour chaque spécimen, des spécificités affinent encore la codification. Les troncs groupés sur une racine sont classés dans les Kabudachi, les troncs groupés sur une souche en forme de carapace de tortue sont classés dans les Kôrabuki, les troncs sortant d'une racine sinueuse sont classés dans les Nestsunagari, les arbres couchés portant de nouveaux troncs avec leurs branches sont classés dans les Ikadabuki.

Les bonsaïs plantés en groupes

Le même pot contient plusieurs arbres pour recréer un paysage. Selon le nombre d'arbres le style répond à un nom spécifique : Soju (2 arbres), Sambon Yose (3 arbres), Gohon Yose (5 arbres),  Nanahon Yose (7 arbres), Kyuhon Yose (9 arbres) et Yose-ue (plus de 9 arbres).

D'autres classifications pour d'autres syles de bonsaïs

A cette classification par style s'ajoute également une classification par dimensions. Les petits bonsaï (de 5 à 15 cm) sont appelés Mame ou Shôhin, les bonsaï de taille moyenne (de 15 à 60 cm) sont appelés Kotate-mochi ou Komono jusqu’à 30 cm, puis chùmono jusqu’à 60 cm, les grands bonsaï (de 60 cm à 1.20 m voire plus) sont appelés Ômono.

Illustration sous license cc_byWikipedia

Lire aussi
Le Bonsaï, l'arrosage fait (presque) tout ! Le Bonsaï, l'arrosage fait (presque) tout !

Parce que l'eau est la principale nourriture d'un bonsaï, de la qualité de l'arrosage dépend la santé et la beauté de l'arbre. Quelques conseils pour ne pas se tromper et réussir la culture de son...

Le Bonsaï, une histoire millénaire Le Bonsaï, une histoire millénaire

Né en Egypte, développé en Chine puis codifié au Japon, l'art de la culture des arbres en pot remonte à 4 000 ans. Une formidable épopée planétaire qui n'a touché l'Europe finalement qu'assez...

Bonsaï, différentes espèces utilisées Bonsaï, différentes espèces utilisées

Si tous les arbres et buissons peuvent être conduits en bonsaï, certaines essences se prêtent mieux à la structuration que d'autres. Si théoriquement il n'existe pas d'arbres spécifiques à l'art du...

Le Bonsaï, l'art de la taille Le Bonsaï, l'art de la taille

Un arbre miniature parfaitement structuré s'obtient en le sculptant régulièrement par une taille décidée des feuilles et des racines. Ce geste est l'essence même de l'art du bonsaï ! Outre la...

Vos commentairesAjouter un commentaire