Coprin domestique

Hôte occasionnel des maisons, le Coprin domestique est un habitué des forêts de feuillus, des vieilles souches, des bois en décomposition mais ne présente pas d'intérêt culinaire.

Coprin domestique, Coprinellus domesticus
Coprin domestique, Coprinellus domesticus

Botanique

N. scientifique Coprinellus domesticus
Synonymes Coprinus domesticus, Agaricus domesticus
Chapeau conique à convexe, brun ochracé, couvert de flocons blanchâtres, 1 à 6 cm
Hyménium lames blanches puis noires et déliquescentes
Spores sporée brun violacé à noire
Anneau absent
Pied cylindrique et creux, blanchâtre, pubescent, H. 4 à 10 cm
Chair blanchâtre, fine et fragile
Volve absente
Odeur insignifiante ou faiblement fongique

Habitat et usages

Répartition Europe, Amérique du Nord
Périodeessentiellement du printemps à l'automne
Habitatforestier, proche des troncs et souches de feuillus, parfois dans les maisons
Confusions possiblesCoprinellus radians, Coprinellus ellisii, Coprinellus xanthothrix, Coprinellus micaceus
Toxicitéindigeste ou sans intérêt particulier
Intérêt culinaireaucun
Usagesnon référencés
Coprin domestique, Coprinellus domesticus

Hôte occasionnel des maisons, le Coprin domestique, Coprinellus domesticus, ne présente hélas aucun intérêt culinaire. Ce Basidiomycète de la famille des Psathyrellacées est un habitué des forêts de feuillus, des vieilles souches, des bois en décomposition.

Description du Coprin domestique

Chez les jeunes individus du Coprin domestique, un voile blanchâtre et floconneux recouvre le fond brun ochracé à gris roussâtre du chapeau. Ce voile, fragile, disparaît rapidement, il forme de légères mèches laineuses plus pâles vers le sommet. La marge, plus claire, est elle aussi recouverte par ces flocons laineux. Les lames larges et serrées sont d'abord blanches puis elles noircissent et deviennent déliquescentes. Cylindrique et creux, le pied blanchâtre mesure entre 4 et 10 cm de haut. Pubescent sur toute sa longueur, un feutrage roux de mycélium, nommé ozonium, est souvent visible à sa base. La chair blanchâtre, fine et fragile dégage une odeur peu marquée, faiblement fongique. Sa saveur est douce mais sans grand intérêt.

Détermination de Coprinellus domesticus

Bien que son voile particulier permette de le différencier de nombreuses espèces de Coprins, des confusions restent possibles. Très semblable à Coprinellus domesticus, Coprinellus radians présente le même voile floconneux et laineux. Il se développe dans des habitats identiques au Coprin domestique mais il présente un chapeau légèrement plus pâle et plus cannelé que ce dernier.

Deux espèces sont difficiles à distinguer, Coprinellus ellisii et Coprinellus xanthothrix. Pour être certain de l'identification, une étude des spores au microscope sera nécessaire. Une autre confusion, plus rare, est possible avec Coprinellus micaceus, le Coprin micacé dont le voile fugace forme davantage des paillettes micacées et, ce, sur un fond plus sombre.

Milieu de vie

Le Coprin domestique est une espèce retrouvée communément dans nos forêts de feuillus, autour des troncs et des souches de bois morts, ou proche de copeaux de bois. Il se développe parfois même dans les habitations, plus particulièrement dans les caves utilisées pour le stockage du bois. Grégaire, il pousse en touffes plus ou moins compactes, il est rarement retrouvé seul. La période la plus propice à sa croissance se situe entre le printemps et l'automne.

Espèces et variétés de Coprinellus

Parmi les Coprins, seul le Coprin chevelu, Coprinus comatus est comestible, les autres sont soit sans intérêt culinaire, soit indigestes et parfois même toxiques :

  • Coprinus levisticolens : Coprin à odeur de chicorée, chapeau blanc à centre brunâtre, sans intérêt culinaire ou indigeste
  • Coprinopsis nivea : Coprin blanc de neige, chapeau complètement blanc, sans intérêt culinaire ou indigeste
  • Coprinellus disseminatus : Coprin disséminé, chapeau ochracé roussâtre puis gris, sans intérêt culinaire ou indigeste
  • Coprinellus saccharinus : chapeau beige roussâtre, sans intérêt culinaire ou indigeste
  • Coprinopsis atramentaria : Coprin noir d'encre, chapeau gris argenté, toxique
  • Coprinopsis romagnesiana : chapeau grisâtre couvert de flocons brunâtres, toxique
Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Coprin  à sucre, Coprin saupoudré de sucre, Coprinellus saccharinus Coprin  à sucre, Coprin saupoudré de sucre, Coprinellus saccharinus

La curiosité des amateurs gastronomiques reviendra à Coprinellus saccharinus, Coprin bien nommé « saupoudré de sucre », son chapeau beige se parsemant de paillettes blanches. Mais ce saupoudrage...

Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea Coprin pie, Coprin noir et blanc, Coprinopsis picacea

Il est des sorties mycologiques dont on revient le panier vide, mais avec des images remarquables ; le Coprin pie, Coprinopsis picacea, chapeau noir brillant parsemé de mèches blanches perché sur[...]

Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala Coprin à tête rouge, Coprinopsis erythrocephala

Rouge vermillon à orange sur le sol nu, le Coprin à tête rouge se repère et s'identifie sans peine. Il perdra vite sa superbe, deviendra noir et liquide comme de l'encre,[...]

Coprin, Coprinopsis pachysperma Coprin, Coprinopsis pachysperma

Un habitat riche, tempéré, limité à quelques centimètres carrés : la crotte. Le coprin a trouvé son milieu de vie idéal. D'autres membres de sa famille adoptent ce mode de[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire