Champignons et incendies

Les feux se propagent régulièrement dans les milieux forestiers, réduisant en cendres broussailles, litière du sol, faune et flore ne pouvant fuir. L'incendie apaisé laisse des paysages calcinés, sombres, tristes, où toute vie semble avoir disparue. Mais un matin de printemps des champignons pointent leur chapeau, résistants, prêts à s'installer sur ces terres bouleversées.

Champignons et incendies
Champignons et incendies

Ils émergent des cendres

Dès le premier printemps suivant un incendie de petits champignons développent leurs sporophores, parties reproductives visibles, au milieu des cendres et charbons. Coupelles brunes, ocres ou orangées des Pézizes, têtes plissées des Gyromitres, petites boules noires des Cenococcum, silhouettes dressées des Morilles... Les Ascomycètes sont de sortie. Le feu est passé rapidement dans les sous-bois, effleurant les troncs des grands arbres, mais transformant en cendres, charbon et éléments minéraux, toute vie, tout débris, soumettant le sol à des températures inhabituelles. Comment ces Ascomycètes ont-ils pu réapparaître aussi vite ?

De multiples stratégies de survie

Soumis depuis des millions d'années aux incendies naturels, de nombreux champignons se sont adaptés en développant d'étonnantes stratégies de survie. Si les incendies filent à toute vitesse dans le sous-bois rencontrant une végétation basse clairsemée, s'ils ne se répètent pas avec une fréquence excessive, alors quelques Ascomycètes refont surface.

Leur mycélium, partie végétative, s'enfouit profondément dans le sol, à l'abri des chocs thermiques, des stress hydriques. Certains vont même compacter leur mycélium en sclérotes durs et résistants. Et des espèces de Morilles iraient même jusqu'à enrouler leur mycélium autour des racines des arbres, attendant patiemment leur mort pour se nourrir de leur décomposition. Ils ont appris à survivre, à se protéger, à reprendre une activité biologique dans un habitat bouleversé.

Survivre, puis se propager

Geopixix carbonaria est une des premières Pézize à montrer ses coupelles ocre brune, sporophores reproductifs, en grand nombre après un incendie. Son mycélium souterrain a survécu, mais pourra t-il perdurer dans le temps ? Cet Ascomycète de la famille des Pyronématacées serait en lien avec les racines des arbres et arbustes environnants, formant une mycorhize, association à bénéfices partagés. Mais le milieu a été bouleversé, ses associés risquent de mourir. Sur le territoire, d'autres végétaux germent, rejettent de souches. De nouveaux arbres et arbustes sont en préparation. Les fructifications de Geopixix carbonaria vont alors émettre des spores en grande quantité, recréer de nouvelles symbioses, et ainsi se propager en s'adaptant à l'évolution de son habitat.

Des pionniers

Si quelques champignons ont réussi à s'adapter aux incendies, nombre d'entre eux disparaissent, leur mycélium détruit par la chaleur, le stress hydrique. Mais des forêts voisines sont encore intactes, diffusant à chaque saison les spores de toutes les espèces possibles et imaginables du monde fongique. Emportées par les vents, les animaux, ces spores cherchent de nouveaux territoires. Mais les sols brûlés sont des habitats difficiles, particuliers. Seules des espèces pionnières appréciant particulièrement le charbon, les éléments minéraux apportés par les cendres, ainsi que les nitrates, se développeront. Pour certaines elles vivront là exclusivement, ouvrant petit à petit la voie à une faune et flore moins spécialisée.

Parmi les pionniers

L'Omphale des charbonnières, Myxomphalia maura, y trouve sa place. De la famille des Mycénacées elle se rencontrera sur charbon de bois, de conifère de préférence. A ses côtés se trouvera la Flammule des charbonnières, Pholiota highlandensise, de la famille des Strophariacées.

A ne pas confondre avec les Chanterelles, la Fausse-chanterelle des charbonnières, Faerberia carbonaria, a également élu domicile dans les anciennes place à feu. Tout comme la Psathyrelle des charbonnières, Psathyrella pennata, de la famille des Psathyrellacées.

Tous ces champignons racontent l'histoire des écosystèmes, de leurs étonnantes adaptations à des conditions extrêmes. Mais ils racontent aussi une autre histoire, celle des hommes. Leur présence révélera sous une végétation ayant repris ses droits la présence d'anciennes places à feu, charbonnières, bivouacs., d'habitats d'époques plus ou moins lointaines.

Lire aussi
Les incendies, un bienfait pour les plantes pyrophytes Les incendies, un bienfait pour les plantes pyrophytes

Considérés comme catastrophiques, les incendies indignent et inquiètent à juste titre. Dans la nature et dans certains écosystèmes, ils sont pourtant indispensables pour le maintien d'espèces de...

Les champignons cultivés Les champignons cultivés

Contrairement aux champignons sauvages, poussant spontanément dans les sous-bois frais, les champignons cultivés sont disponibles toute l'année car ils ne sont pas soumis aux aléas climatiques....

Macarons de champignons à la feta Macarons de champignons à la feta

Un apéritif original et facile, des champignons farcis présentés en forme de macarons pour étonner vos convives.

Salade de champignons aux crevettes Salade de champignons aux crevettes

Envie d'une salade composée originale ? Voici une recette légère, fraiche, savoureuse et très simple à préparer. Des champignons de Paris, une belle poignée de crevettes décortiquées, deux...

Vos commentairesAjouter un commentaire