Le cannibalisme chez les champignons

Du cannibalisme chez les champignons, Hypomyces sur sporophores
Du cannibalisme chez les champignons, Hypomyces sur sporophores

Etrange vision que ces petits champignons au joli chapeau rond, au fin pied blanc, installés sur le chapeau d'une Russule. Sympathique tableau de famille d'un individu d'âge mûr portant et protégeant sa progéniture? Non, exemple étonnant d'un cas de cannibalisme entre champignons, qui loin d'être unique nous dévoile des relations inquiétantes au sein de la communauté fongique. Laissons notre sensibilité à la lisière des forêts pour découvrir cette face méconnue des champignons.

Les champignons cannibales : qui sont-ils ?

On peut séparer les champignons en 2 groupes : les macromycètes, visibles à l'oeil nu, avec leur silhouette typique "pied-chapeau"; les micromycètes, beaucoup plus discrets, comprenant les moisissures et les levures. Grands comme petits pratiquent le cannibalisme. Et les petits peuvent être redoutables, à tel point que l'un d'eux, Hypomyces chrysospermus, se nomme "le mangeur de Bolets". Cet Ascomycète recouvre Cèpes et Bolets d'une poudre jaune, blanchâtre et se nourrit de son hôte devenu méconnaissable. D'autres Hypomyces ont pour proies des Russules et Lactaires, les recouvrant partiellement ou totalement d'une moisissure grisâtre, blanche ou dorée. La consommation de ces "doubles" champignons est en général évitée, mais offre parfois un "plus" gastronomique, tant au niveau du goût que de la texture. Avis aux amateurs...

Si les champignons sauvages servent de plat de résistance à leurs collègues, les grandes cultures ne sont pas en reste, au grand dam des myciculteurs. Le champignon de Paris, Agaricus bisporus, est victime de la redoutable Molle, Mycogone perniciosa, champignon qui digère son hôte le transformant en masse informe, nauséabonde et flasque.

Chez les "grands" champignons, les macromycètes, on inverse les rôles en observant un Bolet "mangeur de Scléroderme". Pseudoboletus parasiticus nous offre ainsi l'étonnant spectacle de sa silhouette typique de Bolet solidement ancrée sur un Scléroderme, Ascomycète ressembant aux Vesse-de-loups. Autre Basidiomycète, Asterophora parasitica au joli nom commun Nyctalis porteuse d'étoiles qui parsème de ses petits sporophores le dessus des chapeaux des Russules et Lactaires. Spectacle rare et étonnant, Volvariella surrecta champignon à lames blanc, au joli chapeau sphérique, à la volve bien marquée, installé intimement sur de vieux Clitocybes nébuleux. La liste, longue, ne peut éviter Psathyrella epimyces, cousine du Coprin noir d'encre (Coprinopsis atramentaria) se nourrissant et bloquant la fructification du Coprin chevelu (Coprinus comatus).

Mais comment se nourrissent-ils ?

La stratégie des champignons cannibales est simple : ils ne peuvent pas synthétiser leurs molécules carbonées comme les végétaux chlorophylliens, ne peuvent pas avaler de proies comme les animaux, alors ils se servent directement sur d'autres champignons. Ces hôtes sont eux-mêmes saprophytes, se nourrissant de matières organiques en décomposition, parasites sur des végétaux ou mycorhiziens, en symbiose avec des végétaux, et parfois un petit peu carnivores.

Mais revenons à nos champignons cannibales. Parasites peu pressés la plupart du temps, absorbant leur proie lentement mais sûrement, ils montrent parfois un comportement nettement plus vif et agressif. Ainsi le microscopique champignon du sol, Trichoderma harzianum, saprophyte, mais redoutablement agressif en cas de compétition : il devient alors un prédateur, il attaque. Les hyphes, fins filaments blancs de son mycélium, s'entourent autour du mycélium du visiteur, le pénètrent parfois, secrètent des toxines et des enzymes puis l'absorbent. La concurrence est non seulement éliminée mais aussi digérée. On observera les mêmes mécanismes de prédation chez Peniophora gigantea (Phlebiopsis gigantea), champignon Basidiomycète lignicole, allié des forestiers dans la lutte contre le redoutable Heterobasidium annosum, Polypore parasite des conifères.

La majorité des champignons cannibales ne provoquent pas la mort immédiate de leur hôte, ils le parasitent et provoquent sa destruction à plus ou moins brève échéance. Leurs mécanismes d'action sont variés : une fois fixés, ils pénètrent intimement au plus près des cellules hôtes et prélèvent eau et éléments nutritifs soit en absorbant lentement leur contenu, soit en les tuant petit à petit. Enzymes, toxines, fort pouvoir de pénétration mécanique : panoplie nécessaire et indispensable à tout parasite pour surpasser les actions défensives de l'hôte attaqué. Et accéder à la source carbonée indispensable.

Certains champignons sont à la frontière entre saprophytisme et cannibalisme. Ainsi le Nyctalis porteur d'étoiles se développe sur de très vieux sujets de Russules et Lactaires : se nourrit-il seulement de cellules déjà mortes ou accélère t-il sa décomposition, profitant de sa faiblesse ?

La communauté fongique développe des liens qui peuvent paraître impitoyables. Mais qui révèle surtout des comportements incroyablement diversifiés et complexes dans les interactions entre êtres vivants. Interactions intéressantes puisque mises à profit dans la lutte intégrée où champignons cannibales deviennent de précieux auxiliaires pour limiter la prolifération des maladies fongiques.

Lire aussi
Champignons, bolets et cèpes Champignons, bolets et cèpes

La famille des boletacées comprend dans un fatras d'espèces monumental deux champignons d'exception : le bolet et le cèpe. La famille des boletacées est vaste. Elle compte un nombre impressionnant...

Champignons, les Amanites Champignons, les Amanites

Les Amanites constituent une grande famille de champignons que l'on rencontre fréquemment dans nos sous-bois. Le plus connu d'entre eux est l'amanite phalloïde, hautement toxique ! Tous les...

Champignons, girolles et chanterelles Champignons, girolles et chanterelles

Les chanterelles, également appelées girolles, forment un genre de champignons comportant plusieurs espèces recherchées par les amateurs de bonne chère. Elles se reconnaissent par leurs chapeaux...

Généralités sur les champignons Généralités sur les champignons

Les champignons sont des êtres à part ! Mi animal mi végétal, ces drôles d'organismes biologiques classés dans le règne des Fungi sont d'une diversité infinie : de la levure au cèpe en passant...

Vos commentairesAjouter un commentaire