A LA UNE »
Cake à la carotte

Le dytique, un chasseur impitoyable dans la mare

Une ombre imposante s'élève des profondeurs de la mare, d'une nage souple et rapide. Un Carabe étonnamment grand, à la carapace sombre, perce la surface des eaux, un instant, puis disparaît. Le Dytique est reparti en chasse.

Le Dytique bordé, Dytiscus marginalis, est l'une des plus communes et des plus remarquables
Le Dytique bordé, Dytiscus marginalis, est l'une des plus communes et des plus remarquables

Un coléoptère aquatique

Grande famille de coléoptères, les Dytiscidae comptent de nombreux genres en Europe, tous bien adaptés au milieu aquatique. Oeufs, larves, adultes, dans leur cycle tout se passe sous l'eau. Seules les nymphes font une brève excursion sur les berges. Parmi plus d'une centaine d'espèces, le Dytique bordé, Dytiscus marginalis, est l'une des plus communes et des plus remarquables, par la taille de l'adulte, 3 à 4 cm, sa carapace sombre, aux élytres à reflets métalliques, bordée de jaune doré. Sa larve n'est pas moins étonnante, plus grande encore que l'adulte, jusqu'à 6 cm, à l'allure caractéristique, comme un point d'interrogation inversé. Adultes comme larves sont d'impitoyables prédateurs.

Une vie aquatique, une respiration aérienne

Si les Dytiques passent leur vie sous l'eau, ils ont conservé leur respiration aérienne, du temps de leurs lointains ancêtres terrestres. Régulièrement, les adultes remontent en surface, laissent émerger le bout de leur abdomen, captent de l'air qu'ils stockent entre élytres et abdomen. Leur réserve ainsi faite, ils filent dans la végétation. La larve ne s'est pas plus adaptée à une respiration aquatique que l'adulte, pas de branchies, pas de membrane d'échanges. Elle ondule vers la surface, tête en bas, corps arqué, l'extrémité de son abdomen perce la surface de l'eau, une goutte d'air est aspirée, alimentant son réseau de trachées.

Le tigre des eaux

Le Dytique bordé a une réputation de chasseur vorace. Méritée. Têtards, larves, vers de vase, poissons, tritons, aucun habitant de la mare n'est épargné. Et si les Dytiques régulent les habitants de la mare en assainissant les populations, consommant les individus affaiblis, malades, leur pullulation peut entraîner la disparition de toute vie dans la mare. L'adulte, à l'affût dans la végétation, jaillit avec rapidité, à la suite d'une course poursuite éclair, la proie est capturée, consommée avec un appareil buccal broyeur.

Sa larve est plus redoutable encore. Fine, longue, elle porte une tête aplatie, munie de mandibules arquées, écartées pendant l'affût. La proie passe, les mandibules se referment. Elles ont une action de pinces, mais de seringues aussi, instillant par deux petits canaux des sucs digestifs qui vont liquéfier le menu. Ne restera plus qu'à l'aspirer, par les mandibules aussi.

Juste avant de devenir nymphe, une larve peut consommer jusqu'à 30 proies par jour.

Nageur, plongeur, voilier des airs

Le Dytique bordé est un habile nageur, plongeur. Vif, rapide, il a un corps taillé pour la nage. Ovale, aplati, caréné, biseauté, il fend les eaux avec aisance. Ses pattes arrières dotées de soies natatoires rament vigoureusement dans un bel ensemble. Elles le handicapent toutefois pour la marche, d'éventuelles sorties des eaux le voient cahotant péniblement sur les berges. Par contre, s'il marche mal, le Dytique sait voler. Les nuits noires un vrombissement léger monte de la mare, les Dytiques ont écarté leurs élytres, déployé leurs ailes transparentes, et s'envolent vers d'autres espaces à habiter.

Mâles et femelles, rencontres aquatiques

Les couples de Dytiques se rencontrent au printemps, les mâles fécondent les femelles en se maintenant sur leur dos à l'aide des ventouses de leurs pattes avant. Les pontes sont aquatiques, les larves naissent après 2 à 3 semaines, elles passeront par trois stades avant de rejoindre la berge pour devenir nymphes. Enterrées dans le sable, en moins de deux semaines elle se métamorphoseront en adulte encore un peu pâle et mou, qui regagnera immédiatement de sa marche malhabile le milieu aquatique, où il pourra vivre plusieurs années.

Le Dytique bordé est un des habitants de la mare les plus remarquables, s'invitant au gré des ses envolées nocturnes, repartant sans prévenir lorsque les proies se raréfient. Une végétation dense et variée, une faune diversifiée, permettent de pérenniser sa présence, sans excès toutefois.

Lire aussi
Le moustique, un buveur de sang dans la mare Le moustique, un buveur de sang dans la mare

Grenouilles, couleuvres, tortues, aucun habitant de la mare n'échappe aux piqûres des moustiques adultes. Mais ils se délectent de leurs larves aquatiques, et peu d'entre elles en réchappent.

Le gyrin, un tourniquet dans la mare Le gyrin, un tourniquet dans la mare

Vifs, légers, les Gyrins sillonnent la surface des eaux douces de leur éclat métallique, dans un ballet étourdissant de rapidité.

La ranatre, une punaise carnassière dans la mare La ranatre, une punaise carnassière dans la mare

Dissimulée dans les herbiers, la ranatre attend patiemment ses proies. Sous les yeux effrayés des enfants qui observent la vie fascinante du monde aquatique.

La grande limnée, un escargot majestueux dans la mare La grande limnée, un escargot majestueux dans la mare

De taille remarquable, son élégante coquille enroulée en longue pointe, la grande Limnée sillonne les mares de son glissement tranquille.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • KOJACK (Lorraine)
    Super insecte ! ... Passionné d'insectes, j'en ai élevé en aquarium dans mon jeune temps ! Je le nourrissais avec des vers de vase et de la viande hachée !
    Répondre à KOJACK
    Le 22/01/2021 à 10:39