Comment faire germer des noyaux de pêche de vigne ?

La pêche de vigne ou pêche sanguine est un fruit d’aspect rustique, quasiment absent du commerce, mais au combien délicieux. Ce pêcher est de plus beaucoup moins sensible en culture. Semer ses noyaux est une manière d’obtenir un fruitier bien adapté à votre jardin.

Je m'abonne 

Qu’est-ce que la pêche sanguine ou pêche de vigne?

La pêche sanguine ou pêche de vigne est un fruit issu d’une variété ancienne et semi-sauvage de pêcher (Prunus persica) qui pousse dans presque toutes les régions de France, du nord au sud.

En marge des gros fruits jaunes ou blancs de l’agriculture fruitière, ces pêchers très rustiques produisent des fruits plus petits, très velus, parfois grisâtre, ou verdâtre à l’extérieur, devenant éventuellement teintés de rouge sombre ; bref, ce n’est pas ce qui est vendeur sur l’étal du magasin.

Et pourtant, il faut la goûter, parce que non seulement la pêche de vigne vient à maturité à partir de mi-septembre, quand c’est fini pour les autres variétés, mais de plus, elle est tout à fait enthousiasmante à la dégustation : sa chair striée de rouge, dite sanguine, est juteuse, parfumée sucrée et acidulé à la fois : un vrai régal.

Peut-être aussi est-ce parce que cette pêche ancienne est cueillie et mangée à maturité : elle ne se conserve pas au-delà de quelques jours et se transporte mal. Tout à fait le genre de fruits qu’on a plaisir à cueillir dans son jardin !

Un fruitier local

La pêche de vigne se retrouvait autrefois principalement au bord des vignobles, mais elle existe encore un peu en local dans tous les départements, dans les vieux jardins ou en échappée des cultures, car cette délicieuse sauvageonne se ressème facilement à partir de son noyau et plutôt assez fidèlement… ce qui fait qu’une pêche de vigne née dans le nord de la France ou en Bretagne est issue de multiples générations de pêchers, et sera donc adaptée au mieux pour sa propre région : l’épigénétisme et la sélection naturelle auront fait leur œuvre… La pêche de vigne s’est donc émancipée du climat méditerranéen. Certaines sont d’ailleurs devenues des pêches de vignes blanches, et non plus sanguines, matures 15 jours plus tôt.

Bref, si courant septembre vous voyez chez un ami, un voisin, sur le marché ou en pleine nature des pêches de vigne, dégustez-les puis gardez vos noyaux pour les semer. Vous pouvez peut-être trouver aussi des noyaux à semer dans les associations de jardinage locales qui rassemblent souvent des passionnés.

Comment semer le noyau de pêche de vigne ?

À quel moment semer les pêchers?

  • Une fois les pêches consommées, nettoyez les noyaux et faites-les sécher quelques jours à l’air libre.

  • inutile de les laisser sécher trop longtemps, ils sont semés dès que possible, en septembre/octobre/novembre.

En effet, même si la germination n’aura lieu qu’au printemps prochain, les noyaux de pêche ont besoin d’une stratification froide pour casser la dormance de leurs graines, pour qu’elles soient capables de germer.

Cette stratification froide est une longue période froide et humide qui arrive finalement tout naturellement dehors pendant l’hiver.

Quelle terre utiliser ?

On utilise un mélange : terre de jardin / terreau / sable :

  • la terre du jardin, pour que dès ses premiers mois ce pêcher s’adapte à votre terre, sa composition et ses microorganismes. D’une part, il y a l’épigénetisme, la propension de la plante à s’adapter à son environnement qui se fait d’autant mieux lorsqu’elle est jeune. D’autre part, certains microorganismes de votre terre pourront être associés en symbiose rapidement après la germination: autant de facteurs qui feront qu’un arbre est bien adapté chez vous. Évidement, pour cela, il ne faut surtout pas ajouter de produits de traitement, ni d’engrais chimique.

  • le terreau sert à alléger la terre et apporte de la matière organique, un engrais naturel. Il peut aussi apporter en quantité des organismes qui aident à dégrader la coque autour de l’amande.

  • le sable, quelques poignées seulement, sert à ajouter du drainage s’il y en a besoin, notamment pour les terres lourdes, afin d’éviter que les amandes ne pourrissent avant de germer.

Comment semer ?

On utilise des pots assez larges de 20 cm minimum en hauteur. Les noyaux sont posés sur la terre à mi-hauteur du pot puis ensevelis sous 10 cm de terre. On place au maximum 3 noyaux par pot, bien espacés. Tous ne germeront sans doute pas.

Un arrosage immédiat tasse et met bien en contact la terre et les noyaux.

Étiquetez éventuellement, car on a vite oublié ce qu’il y a dans un pot de terre apparemment vide.

Où placer les semis de pêche de vigne ?

Stratification froide oblige, ces pots seront laissés au jardin, à un emplacement semi-ombragé, éventuellement en hauteur pour éviter qu’un petit rongeur ne se nourrisse des amandes cet hiver, ou, disons pour ne pas lui faciliter la tâche.

L’hiver durant, ils subiront pluies, gels et dégels, ce qui permettra à une partie des noyaux de germer vers février/mars/avril. Ces pots de semis n’ont généralement pas besoin d’être arrosés tant qu’on ne voit rien de germé.

Germination suivie de la transplantation

Sur 3 noyaux, on peut espérer obtenir 1, voire 2 germinations par pot. Le petit pêcher grandit assez vite, dès qu’il mesure 15/20 cm, il vaut mieux le transplanter en place dans le jardin, afin que ses racines s’enfoncent dans le sol dès la première année, plutôt que de s’enrouler dans le pot. Cela fait des pêchers d’autant plus vigoureux. La transplantation se fait vers la fin du printemps, souvent sans heurt. Il est repiqué directement dans sa motte, en exposition ensoleillée. N’oubliez pas d’ameublir la fosse de plantation pour qu’il s’enracine au mieux .

Développement et résistance aux maladies

Arrosez éventuellement pendant l’été s’il fait vraiment sec. Le pêcher de vigne est vigoureux et grandit vite, c’est un vrai plaisir ! Dès la deuxième année, il peut mesurer plus de 2 m . Il est très rustique et peu sensible aux maladies, y compris à la cloque du pêcher.

Les premières fleurs apparaissent à la 3e ou la 4e année, et donc, peut-être ses premiers fruits aussi.

La fleur de pêcher est d’ailleurs très décorative, grande et rose. Le pêcher est autofertile, donc un pêcher suffit, cependant, il semblerait qu’en planter 2 permettent une meilleure récolte.

Lire aussi
Comment faire germer les graines de lotus ? Comment faire germer les graines de lotus ?

Quelques gestes précis pour faire germer les graines de lotus en 8 jours. Sa croissance formidablement rapide en mini-bassin permet de profiter d'un magnifique feuillage, voire d'une première...

Faire germer une noix de coco Faire germer une noix de coco

Vous êtes amateurs d'expérimentations sur les plantes ? Pourquoi ne pas tenter de faire germer une noix de coco ? Avec un peu de savoir-faire, la chose n'est pas très[...]

Faire germer fruits et légumes exotiques du commerce Faire germer fruits et légumes exotiques du commerce

Les étals de nos supermarchés présentent de nombreux fruits et légumes exotiques qu'il est fort amusant de faire germer bien à l'abri de nos logements.Les possibilités sont nombreuses, il suffit[...]

Comment faire ses semis ? Comment faire ses semis ?

Non seulement, faire ses propres semis est économique, mais en plus, c'est à la portée de tous. Annecé nous explique comment faire.

Vos commentairesAjouter un commentaire