Richard DHENNIN, créateur des végéformes

Richard DHENNIN, créateur des végéformes
Richard DHENNIN, créateur des végéformes

Interview de Richard DHENNIN, créateur des végéformes

Pourriez-vous présenter votre activité en quelques mots ?

Je suis un artisan du jardin. Je réalise des structures grillagées , « les végéformes ». Simple support pour une plante grimpante, guide de taille pour l'art topiaire, sculpture de sphaigne taillée dans le végétal, elles offrent une forme particulière aux plantes laissant libre cours à l'imagination des jardiniers.

Aujourd’hui mon activité est une petite bouture de moins d’un an, elle est encore fragile.

Comment vous est venue cette idée ?

Enfant, je ne rêvais pas de devenir pompier, ni pilote d'avion. Non, je répondais fièrement: "moi je serai paysagiste." Je réalisais des mini jardins dans des boites d'emballage. Le temps passa et en décida autrement, je ne dessinerai pas les jardins mais les emballages...

Avec un diplôme de maquettiste en art graphique en poche, je commençais mon parcours professionnel en tant que créatif dans une société de matériel publicitaire. J’y ai appris alors a manier le carton, le plastique, le bois et le métal, ainsi que la CAO. (conception assistée par ordinateur.) Cette expérience m'a confronté a l'ensemble de la conception/ réalisation/ et production d'un projet. A la fois créatif et technicien, j'ai développé une approche personnelle d'élaboration des études en rapport direct avec la clientèle. Ma nature a me responsabiliser au sein d'une société  fit germer en moi l’idée de créer mon activité, et de transférer mon savoir-faire.

Quelle est votre clientèle ?

Arbre à robinetsLes végéformes peuvent trouver leurs place dans de nombreux endroits:

  • Les jardins de particulier, les terrasses, les halls d’entrée, les show-room des sociétés, les espaces verts des communes, en passant par les parcs de châteaux, ou encore l’évènementiel.

  • L’art topiaire réapparaît dans le paysage contemporain. Les travaux sur le ‘Mur Végétal’ de Patrick Blanc ouvrent l’horizon vers de nouveaux champs de cultures citadins, créant par la même occasion d’autres jardins inexplorés.

  • Bien qu’offrant des solutions à ces nouveaux espaces, aujourd’hui les sculptures de sphaigne restent marginales.

C’est pourquoi je travaille principalement en partenariat avec des paysagistes qui intègrent les structures à leurs compositions.

Quel est votre travail au quotidien ?

Je suis un «homme orchestre », il faut gérer plusieurs dossiers en parallèle, aller prendre les mesures, analyser les besoins, se documenter, adapter la technique. Puis je passe à la conception informatique pour obtenir des images de présentation pour l’avant projet. Après validation du client, j’obtiens des fichiers me permettant de passer à la réalisation concrète du modèle.

ParabolesQuels sont vos sources d’inspiration ?

Je part du principe que l’apprentissage commence par l’observation et la reproduction du travail des aînés pour mieux le comprendre et affûter son oeil. Ensuite sur cette base on peut commencer son propre travail. ( seul le génie peut s’en passer ! ) Dans le quotidien tout ceci se fait en parallèle, et est en constante évolution.

L’art topiaire est un art très ancien qui porte en lui des modes et tendances multiples. J’aime autant la maîtrise rassurante des jardins à la Française ou les jardins zen, que l’apparent fouillis d’un jardin au naturel. Mes souvenirs d’enfance de cabanes improvisées dans les jardin ouvriers, me font aujourd’hui aimer la poésie se dégageant des jardins de banlieue, et de ses friches avoisinantes.

L’architecture est aussi une source d’inspiration. J’aime particulièrement l’univers baroque des grottes et fausses ruines de la renaissance.

Le travail de rocailles ou art rustique qui consiste à imiter le bois ou tronc d’arbres en ciment. (le facteur cheval,  le parc Gùell d’ Antoni gaudi, le parc des Buttes Chaumont, le travail de Rose-Lys Lambert, les gravures de François Houttin etc. )

Quels sont les services proposés aux particuliers ?

Végéforme BoudhaTout d’abord l’écoute des besoins, et le bon choix au regard du temps disponible. Des réponses aux questions et inquiétudes au sujet de l’entretien de tel ornements. Une topiaire en buis, en if ou en lierre ne nécessitera pas la même patience. Une structure remplie de sphaigne  pour y planter de l’helxine ou autres plantes tapissantes, nécessite quelques règles et conseils de base. Le projet doit, comme pour l’aménagement d’un jardin,être élaboré avec le client afin de l’adapter à son mode de vie pour que son entretien ne devienne pas fastidieux.

Avez-vous un jardin ?

Oui, j’ai cette chance. C’est un petit jardin d’expérimentation, un style « Exotique à la Française ». Il y cohabite un jardin d’ornement et une aire de jeux pour enfants. J’avoue avoir mis plusieurs années à rendre compatible cette cohabitation… Mais je crois y être arrivé !

Merci Richard
Végéforme

Lire aussi
Olivier LOCATELLI, créateur de socles pour bonsaïs Olivier LOCATELLI, créateur de socles pour bonsaïs

Bonjour Olivier LOCATELLI, vous vous présentez comme un créateur d'espace pour bonsais, pouvez-vous nous présenter votre idée et ce que vous faites ? L’idée de créer des socles pour bonsaï...

Richard SOBERKA, globe trotter et photographe Richard SOBERKA, globe trotter et photographe

Richard SOBERKA, globe trotter et photographe, répond à quelques questions sur ses techniques de photographies et sur sa relation avec la nature et les plantes. Photographe et globe trotter,...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Vos commentairesAjouter un commentaire