La lithobie à pinces, amie du jardinier

La lithobie à pinces

Un corps allongé, de nombreuses pattes : la lithobie n'inspire pas confiance... Pourtant elle fait partie de l'écosystème du jardin et peut même être utile. Focus sur cet animal méconnu.

Un mille pattes qui a du piquant

La lithobie à pinces (Lithobius fortificatus) est une espèce très commune en France qui fait partie de la classe des Chilopodes. Cet animal au corps allongé composé d'articles peut mesurer jusqu'à 3 cm de longueur et possède 15 paires de pattes qui lui permettent de se déplacer très rapidement. Comme tous les autres Chilopodes, la lithobie est munie de forcipules en forme de tenaille qui ne sont autres qu'une paire de pattes modifiées en appareil inoculateur d'un venin létal pour ses proies. Ils sont situés sous la tête qui porte deux longues antennes, ses organes sensitifs de prédilection, et un œil composé de plusieurs ocelles lui servant à délimiter les zones ombragées plutôt qu'à réellement y voir.

Habitat

La lithobie n'aime pas la lumière et vit donc cachée dans le sol, sous les feuilles et les écorces, mais aussi dans les muret de pierres ou à l'abri des fissures. Elle apprécie les zones humides, mais peut très bien venir visiter nos maisons car elle aime se déplacer sur des surfaces dures.

Cycle de vie

La fécondation des œufs de lithobies se fait de manière indirecte, la femelle recueillant le sperme du mâle à terre. Elle transportera ensuite ses œufs grâce à ses gonopodes puis les enterrera dans le sol où ils passeront de 40 à 90 jours avant d'éclore. Ensuite surviendront 13 phases de mues successives ou le nombre de segments et de pattes augmentera progressivement ; les fonctions sensorielles et reproductives se mettront alors en place. La totale transformation prendra environ une année, l'animal atteignant la phase de « maturus senior » c'est à dire d'adulte complet capable de se reproduire à son tour.

Alimentation

La lithobie chasse ses proies en les coursant grâce à sa grande rapidité. Son puissant venin est capable de tuer très rapidement. Sur l'homme, ce venin n'a pas de conséquence, sinon une sensation de brûlure fort désagréable.

Pour se nourrir, elle s'intéresse particulièrement aux araignées, aux coléoptères mais aussi aux larves et œufs d'insectes divers. Vivant dans le sol, elle participe à la transformation des matières organiques et peut même trouver sa place dans le tas de compost ; elle est donc l'amie du jardinier.

Comment la préserver ?

Conservez des tas de feuilles mortes humides et fraîches aux pieds d'arbustes formant une haie, ou constituez de petits tas d'écorces : la lithobie aimera s'y cacher.

En parallèle, évitez les désherbants et autres pesticides, toujours nuisibles pour l'équilibre du jardin.

Lire aussi
La chevêche, une chouette alliée du jardinier La chevêche, une chouette alliée du jardinier

Mignonne et rondouillarde, la chevêche, petite chouette aux yeux d'or, se raréfie dans le paysage français, au point d'être actuellement menacée. Elle est pourtant une alliée du jardinier ; sachez...

Des abris pour les amis du jardinier (suite) Des abris pour les amis du jardinier (suite)

» Des abris pour les amis du jardinier La maison des abeilles et des guêpes solitaires Les abeilles et les guêpes solitaires contribuent à la pollinisation des fleurs, arbres fruitiers, légumes......

La fourche, un outil polyvalent utile au jardinier La fourche, un outil polyvalent utile au jardinier

La fourche, de la préhistoire à aujourd'hui ... Bien que la fourche évoque souvent, dans l'esprit commun, un instrument agricole, elle n'en est pas moins utile au jardin; entre autres opérations,...

Accueillir les amis du jardinier Accueillir les amis du jardinier

La biodiversité d'un jardin fait sa richesse. Pour favoriser l'installation de la faune sauvage amie du jardin, quelques gestes simples suffisent. Création d'une mare, mise en place d'une rocaille,...

Vos commentairesAjouter un commentaire