Pinces de homard, Kakabeak

Pinces de homard, Kakabeak, Clianthus puniceus

Botanique

Nom latin  : Clianthus puniceus
Synonymes  : Donia punicea
Famille  : Légumineuses, Fabacées, Papilionacées
Origine  : Nouvelle- Zélande
Période de floraison : avril à septembre
Couleur des fleurs  : jaune
Type de plante : arbuste rampant à sarmenteux
Type de végétation : arbustive
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 1 à 3 m

Planter et cultiver

Rusticité  : peu rustique, jusqu'à -7°C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : drainant
Acidité du sol  : légèrement acide à basique
Humidité du sol  : toujours frais en été
Utilisation : en pot, palissée contre un mur
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis, marcottage
Maladies et ravageurs : escargots, mineuses

Clianthus puniceus, appelé pinces de homard ou de son nom local Kakabeak, est une plante arbustive ornementale appartenant à la famille des Fabacées, comme les pois ou les glycines. Le clianthus est originaire de Nouvelle-Zélande, cet arbuste se développe sur les falaises, au bord des cours d’eau ou en lisières et clairières forestières, toujours en sol relativement caillouteux. Cette superbe plante, bien qu’assez couramment cultivée, est pourtant en voie de disparition dans sa contrée d’origine.

Les pinces de homard se cultivent en pleine terre dans les régions aux hivers doux ou en pot, à abriter en serre froide ou véranda pendant l’hiver.

Description du clianthus pinces de Homard

Clianthus puniceus est un arbuste sarmenteux : ses longues et fines branches rampent, retombent d’un talus ou grimpent, palissées contre un mur ou tuteurée. Elles peuvent s’allonger jusqu’à 4 m ses branches souples portent des feuilles composées pennées, aux petites folioles très régulières, au limbe luisant. Ce feuillage est persistant en hiver modéré.

Les grappes de fleurs s’épanouissent d’avril à septembre. Nombreuses, elles sont longues de 10 à 15 cm et pendent de l’aisselle des feuilles. Les fleurs sont très caractéristiques avec leurs deux carènes pointues, les fameuses pinces de homard, longues de 5 à 7 cm.

Fécondées, les fleurs se transforment en gousses vertes qui s’ouvrent à maturité sur quelques grosses graines noires.

Comment cultiver les pinces de homard ?

Clianthus puniceus demande un sol assez graveleux, suffisamment drainant pour supporter des arrosages importants et réguliers durant sa croissance sans que le sol ne se gorge d’eau ; par exemple un mélange de terre franche, de terreau et de gravier. Son sol doit toujours rester frais.

Il est rustique jusqu’à -7 °C et demande une exposition ensoleillée, par exemple abrité sur un mur au sud, dans les régions un peu limites. Il supporte très bien le vent, qui a tendance à le rendre plus résistant aux escargots et autres parasites, du moment que sa terre ne se dessèche pas.

Les plantes en pots sont hivernées dans une pièce lumineuse et fraiche, à 10 °C maximum. En hiver, les arrosages seront plus restreints, mais la terre ne doit pas se dessécher complètement.

Entretien du kakabeak :

  • Engrais : les apports d’engrais sont bénéfiques, mais ne doivent pas être trop riches, notamment en azote.

  • Taille : Les branches souples du clianthus pince de homard peut être éventuellement rabattues d’un tiers après la floraison

  • Rempotage : un rempotage tous les 3 ans ou lorsque la plante est trop grande par rapport à son contenant est suffisant. Les racines n’apprécient pas les perturbations. Il suffit de le mettre le kakabeak dans un pot plus grand sans toucher chignon de racines.

Multiplier le clianthus pinces de homard

Par semis : les graines fraiches germent facilement. Elles sont trempées 24 hures dans l’eau puis semées à a chaleur et la lumière, en sol très humide.

Les graines sèches sont capables de germer au bout de trente ans de conservation. Mais leur germination est plus erratique. Après trempage, la levée peut-être déclenchée par la lumière : les graines sont disposées à la surface d’une terre très humide, couvertes d’un film plastique, sous la lumière naturelle.

Le saviez-vous ?

Clianthus puniceus peut croitre en sol pauvre en azote, car il est capable d’absorber celui présent dans l’atmosphère grâce à des nodules remplis de bactéries symbiotiques.

Clianthus puniceus et Clianthus maxima ont été auparavant considérés de la même espèce. Cliantus maxima diffère notamment par ses feuilles plus grandes et plus brillantes.

Espèces et variétés de Clianthus

  • Clianthus maximus, autre espèce de Nouvelle-Zélande
  • Clianthus puniceaus  ‘Red Cardinal’, aux fleurs rouges
Lire aussi
La lithobie à pinces, amie du jardinier La lithobie à pinces, amie du jardinier

Un corps allongé, de nombreuses pattes : la lithobie n'inspire pas confiance... Pourtant elle fait partie de l'écosystème du jardin et peut même être utile. Focus sur cet animal méconnu. Un mille...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

Vos commentairesAjouter un commentaire